Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écurie et remise, dite Grange Taverne cadet

Dossier IA64002586 inclus dans Station thermale d'Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

AppellationsGrange Taverne cadet
Dénominationsécurie, remise
Aire d'étude et cantonPyrénées-Atlantiques
AdresseCommune : Eaux-Bonnes
Adresse : 9 rue
Louis-Barthou
Cadastre : 2018 AN 271

Absent des représentations antérieures à 1837 mais déjà présent sur le plan géométrique d'Eaux-Bonnes en 1841, cet édifice couramment désigné comme "grange" appartenait au cadet de la famille Taverne. Il constituait une annexe du bâtiment ayant précédé l'hôtel de la Poste - actuel Hôtel des Eaux-Bonnes - construit pour le même Taverne cadet et, fort probablement, de l'hôtel de France, tenu par son aîné, qui proposait de nombreux services impliquant des chevaux et dont l'héritier Marcellin Taverne possédait au début du 20e siècle à la fois cet hôtel et une écurie.

Représentée sur l'ensemble des vues d'Eaux-Bonnes, cette petite bâtisse, devenue emblématique de l'entrée de la station, se distinguait de son environnement bâti de par son aspect rudimentaire et ses modestes proportions, qui toutefois apportaient une dimension pittoresque très appréciée des touristes. Relevant pleinement des services facilitant la vie touristique de la station, la grange Taverne accueillait une écurie, particulièrement nécessaire au 19e siècle. Elle a été démolie durant la seconde moitié du 20e siècle et remplacée en 1980 par un immeuble résidentiel moderne.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1837, daté par travaux historiques

Situé à proximité du jardin Darralde, entre l'hôtel du Commerce et l'ancienne Maison Hourcade - actuel bar L’Étape -, l'édifice, caractéristique de l'architecture rurale ossaloise, se déployait sur un plan rectangulaire et présentait sa façade utilitaire directement sur la rue. Cette élévation comprenait un niveau de rez-de-chaussée surmonté d'un étage de comble agrémenté d'une fenêtre en chien-assis. Au centre des trois travées du rez-de-chaussée, se trouvait un large portail à vocation purement fonctionnelle. Les cartes postales anciennes laissent apparaître, sur la partie gauche de la façade sur rue, une enseigne en fer forgé composée d'un cartouche rectangle et d'une sorte de croix nimbée.

Constituant l'un des rares édifices à vocation utilitaire au cœur du bourg thermal, il devait certainement à son ancienneté et au statut de la famille Taverne sa préservation au sein d'un quartier de constructions modernes destinées à la plaisance.

Murspierre moellon enduit
Toitardoise
Étagesen rez-de-chaussée, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
État de conservationdétruit
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Sites de protectionsite classé

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan géométrique de la ville des Eaux-Bonnes, et visuel pour les promenades qui sont indiquées par des lignes ponctuées, terminé sur le terrain dans le courant du mois de juillet 1841. Dessin par F. Noble, lithographie E. Vignancour.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Cartes et plans, GE DL 1842-262-2
  • Plan cadastral d'Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Plan d'ensemble des Eaux-Bonnes (partiel), 24 janvier 1874, par Pierre Gabarret. Dessin, fragment de calque.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : P1 Plans
  • Plan des Eaux-Bonnes, dans Guide Joanne, Hachette, 1894.

Bibliographie
  • JAM (BOUILLÉ R. de). Guide de Pau aux Eaux-Bonnes : suite des excursions à pied. Pau, E. Vignancour, 1869.

  • MIGNOT Marie-Pascale. Les Eaux-Bonnes, station thermale des Pyrénées-Atlantiques. DRAE Aquitaine, 1986.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane