Logo ={0} - Retour à l'accueil

École Sainte-Néomaie, actuellement maison

Dossier IA86013640 réalisé en 2020

Fiche

Dossiers de synthèse

VocablesSainte-Néomaie
Destinationsmaison
Dénominationsécole
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Châtellerault-1
AdresseCommune : Scorbé-Clairvaux
Adresse : place
Sainte-Néomaie
Cadastre : 2016 AI

Dans une lettre adressée au curé de Châteauneuf à Châtellerault en date du 17 janvier 1878, le curé de Scorbé-Clairvaux précise que quatre religieuses de la Pommeraye sont installées à Clairvaux pour y instruire les filles de la paroisse. La supérieure a précédemment dirigé une école à Thuré. L'école Sainte-Néomaie située dans le bourg est fondée vraisemblablement au milieu des années 1880 lorsque apparaissent, dans les recensements de population, la mention d'institutrices libres en 1886.

Cette école est dirigée par les sœurs de la congrégation de la Providence de la Pommeraye, congrégation fondée en 1825 dans le Maine-et-Loire. Elle est installée sur des terrains appartenant à la famille Marchand. Il est probable qu'au décès de Marie-Louise Marchand en 1884, la maison qu'elle occupe sur la place Sainte-Néomaie soit utilisée par les sœurs comme salle de classe. De nouvelles classes sont construites au cours du mois de juillet 1899.

Suite à la loi du 1er juillet 1901 encadrant les congrégations religieuses, l'école Sainte Néomaie est contrainte de fermer en juillet 1902, n'ayant pu fournir dans les délais les justificatifs de la fondation de son école : " Les sœurs de Scorbé-Clairvaux sont parties (...). Elles ont été accompagnées à la gare par un très grand nombre d'habitants. " [La Semaine religieuse, 27 juillet 1902].

En septembre 1902, la Semaine religieuse relate le retour des soeurs : " Les sœurs de la Pommeraye, qui étaient parties pour obéir aux injonctions illégales de M. Combes, viennent de rentrer, à la grande joie des habitants. L'une d'elles est institutrice dans une maison particulière où les bonnes religieuses reçoivent la plus cordiale hospitalité ; l'autre se dévoue après des malades. Bientôt une troisième Sœur arrivera à Scorbé-Clairvaux. " [La Semaine religieuse, 14 septembre 1902].

En octobre 1902, le conseil municipal se prononce pour la réouverture de l'école " attendu qu'il existait depuis plusieurs années une école privée dirigée par les sœurs de la Congrégation de la Providence de la Pommeraye, attendu que cette école contenait un certain nombre d'élèves et qu'aucune compétition ne s'est jamais produite à aucune époque ; qu'une tranquillité absolue et une liberté entière ont toujours existé et qu'il y a lieu de les maintenir et de laisser toute liberté à chacun de diriger ses enfants comme bon lui semble " [Registre des délibérations du conseil municipal, 14 octobre 1902].

En février 1903, l'école Sainte-Néomaie est définitivement fermée, tout comme les sept autres écoles tenues par la congrégation de la Providence de la Pommeraye et dix-neuf autres écoles congréganistes du département de la Vienne.

L'ensemble des bâtiments, convertis en maisons d'habitations, est aujourd'hui divisé entre plusieurs propriétaires.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

L'ancienne école Sainte-Néomaie est située dans le bourg autour de la place éponyme.

L'ensemble regroupe plusieurs bâtiments aujourd'hui transformés en habitations et abritant autrefois les salles de classes, une cour et un portail d'entrée. L'accès se fait depuis la place par un portail en pierre de taille à arc segmentaire constitué de pierres calcaire appareillées et agrémenté d'une corniche moulurée. Celle-ci s'interrompt au centre du portail pour accueillir un fronton en plein cintre portant l'inscription " Ecoles Ste Néomaie ". Le fronton est encadré par deux piliers terminés par un chapiteau corinthien. Une croix prend place au dessus du fronton. A gauche du portail se trouve une porte piétonne avec linteau et piédroits en pierre.

En fond de parcelle, l'ancienne salle de classe, de plan rectangulaire, est construite en pierre calcaire. Sa toiture est en ardoise, couverte d'un toit à longs pas. Le pignon oriental est couvert. La façade postérieure comprend quatre fenêtres, la façade antérieure une porte et une fenêtre : les encadrements des baies sont en pierre de taille. Les chaînes d'angle en pierre de taille sont harpées. La corniche est constituée de consoles en pierre supportant les chevrons.

Murscalcaire pierre de taille
moellon
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée
Couvrements
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Techniquessculpture
Représentationscroix représentation non figurative
Précision représentations

Inscription sur le fronton : "Ecoles Ste Néomaie".

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Recensement de population, 1886-1891.

    En 1886, premier recensement des institutrices : Marie Guérin (37 ans), Augustine Flon (52 ans), Joyer Marie (48 ans)

    En 1891, trois institutrices libres sont recensées : Marie Guérin (41 ans), Augustine Flon (57 ans) et Jeanne Barreau (34 ans).

    Archives départementales de la Vienne, 8 M 3/324/9 et 8 M 3/324/10.

  • La Semaine Religieuse du diocèse de Poitiers, 1902-1903.

    27 juillet 1902 : départ des sœurs, pp. 482-483.

    3 août 1902 : fermeture de 15 établissements congréganistes, p. 518.

    14 septembre 1902 : retour des sœurs à Scorbé-Clairvaux, p. 632.

    8 février 1903 : fermeture définitive des écoles congréganistes de la Vienne dont celle de Scorbé-Clairvaux, pp. 90-91.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Recensement de la population de Scorbé-Clairvaux, 1886 et 1891.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 8 M 3/324/9-10
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 14 octobre 1902 : réouverture de l'école Sainte-Néomaie.

    Archives municipales, Scorbé-Clairvaux : non coté
  • Registre des déclarations faites à la mairie en cas de construction nouvelle, de reconstruction, d'addition de construction et d'affectation de terrains à des usages commerciaux ou industriels, 1891-1958.

    Archives municipales, Scorbé-Clairvaux : non coté
Périodiques
  • La Semaine Religieuse du diocèse de Poitiers, 27 juillet 1902.

    p. 482-483 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • La Semaine Religieuse du diocèse de Poitiers, 27 juillet 1902.

    p. 518 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • La Semaine Religieuse du diocèse de Poitiers, 14 septembre 1902.

    p. 632 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 8 février 1903.

    p. 90-91 Bibliothèque nationale de France, Paris
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.