Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecole primaire protestante, actuellement maison

Dossier IA17043976 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesjardin, distillerie
Dénominationsferme, maison, école, école primaire
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Communauté de communes de Haute-Saintonge
AdresseCommune : Saint-Dizant-du-Gua
Lieu-dit : Morisset
Adresse : 3 impasse du
Puits
Cadastre : 1832 C 19 et 20 ; 2009 AI 94

Des bâtiments sont mentionnés à cet endroit sur le plan cadastral de 1832. Le cadastre indique qu'en 1871, Jean Lys fait construire un nouveau logis, et sans doute aussi la distillerie. En 1892, Pierre-David Rodier, propriétaire du Pible, achète la propriété et fait reconstruire la partie sud pour y installer une école primaire privée protestante, quelques années avant la construction du temple voisin. Cette école fonctionne jusqu'en 1906 : après la séparation des Eglises et de l'Etat, les élèves protestants rejoignent l'école publique. Le puits situé devant le logis, et qui a donné son nom à l'impasse, était commun. On dénombrait huit puits dans le hameau.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1871, daté par source
1892, daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

L'ensemble comprend un logis au nord, perpendiculaire à la voie, un bâtiment accolé au sud en retour d'équerre, ayant servi d'école, et une ancienne distillerie à l'arrière du logis, vers l'ouest, le long de l'impasse. Devant le logis se trouve un puits à margelle carrée, faite de deux blocs de pierre taillée. Il est encore équipé de son mécanisme en métal. Le logis est couvert d'un toit avec une croupe sur le côté droit, côté rue, uniquement, ornée d'un épi de faîtage en pointe, en terre cuite. La façade, orientée à l'est, est ornée d'un bandeau mouluré et d'une corniche à modillons et à denticules, qui se prolongent sur le mur pignon nord. Si le rez-de-chaussée de la façade a été remanié, la répartition des baies au comble laisse penser qu'il existait à l'origine quatre travées d'ouvertures. L'aile sud, qui abritait l'école protestante autour de 1900, se distingue par les deux grandes baies rectangulaires sur le mur pignon nord. Elles sont réunies sous un larmier et par leurs encadrements saillants. La porte de l'école, aujourd'hui murée, se trouvait sur le mur gouttereau est. L'ancienne distillerie est couverte d'un toit avec une croupe ornée d'un épi de faîtage en zinc. La façade, au nord, est percée d'une porte encadrée par deux fenêtres, toutes trois avec linteau en arc surbaissé et à claveaux. A la base du mur pignon ouest, on remarque une pierre d'évacuation de l'eau usée utilisée par la distillerie.

Murscalcaire
pierre de taille
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée, étage en surcroît
Couverturestoit à longs pans
croupe
Typologiesferme à bâtiments jointifs
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Souvenirs de Mme Gripon et Mlle Habrard, habitants de Morisset, sur la communauté protestante de Morisset, recueillis par Mme Jeanne Grand (extrait du dossier d'étude des temples en Poitou-Charentes, établi en 1998 par Charlotte Pon) :

    "Au siècle dernier, le Pible, domaine situé entre St Dizant et Morisset, était habité par la famille Rodier (seule protestante de ce secteur semble-t-il). Cette famille avait comme domestique un protestant venu de la région de la Seudre. D'autres habitants de cette région sont également venus et se sont mariés dans le village voisin. L'un d'eux était forgeron à Morisset (Gravaud).

    Un membre de la famille Rodier, ayant acquis par échange une maison à Morisset, y fit construire une école protestante où enseignait Melle [...]oraze, école fermée après la loi de 1905 (séparation de l'église et de l'État).

    A ce moment là, par Melle Rodier, le pasteur Fernand Faivre de Bordeaux (évangéliste) est venu faire des cultes. On se réunissait dans une pièce mise à la disposition du pasteur dans l'un ou l'autre village. Ainsi plusieurs catholiques se sont convertis.

    Puis le pasteur Paul Faivre, a succédé à son frère et se déplaçait dans les villages pour évangéliser, avec une petite voiture et un poney. Il avait noté qu'un groupement assez dense de familles protestantes existait autour de St Dizant-du-Gua. Il prit l'initiative, aidé sur le plan régional par son frère, de construire à Morisset un temple et un presbytère. Ils recueillirent l'argent nécessaire grâce à des tournées de conférences et furent très aidés financièrement par Melle Rodier et son frère. C'est ainsi que le temple fut construit en 1898 et le presbytère entre 1903 et 1905. Mrs Habrard et Lys donnèrent du terrain, Mr Gaborit les pierres.

    Paul Faivre résidant jusque là à La Mothe (St Ciers-du-Taillon), vient habiter à Morisset jusqu'en 1912.

    La synode du 23 avril 1913 décide que les trois associations culturelles (Soubran, La Bergerie, Morisset) qui formaient deux églises, n'en formeraient désormais qu'une, desservies par le pasteur Lourde.

    Puis le pasteur Tarin résida jusqu'en 1960 dans ces lieux. Il n'y eut plus de pasteur résidant après lui, mais les cultes furent assurés jusqu'en 1970 par le pasteur Bergeret.

    Jusqu'en 1996, l'ensemble des bâtiments appartenaient à l'ERF (UNACERF, Union Nationale des Associations Culturelles de l'Église Réformée de France)".

  • Souvenirs de la famille Petit/Bugeaud, transmis par M. et Mme Chalard, Saintes :

    La communauté protestante de Saint-Dizant-du-Gua s'est constituée à la fin du 19e siècle autour du domaine du Pible. Son propriétaire, M. Rodier employait des domestiques et des ouvriers agricoles, protestants comme lui, originaires des rives de la Seudre et d'Oléron, et qui se sont fixés en particulier dans les hameaux de Morisset et de Barateau. Par ailleurs, des conversions ont eu lieu parmi la population de Saint-Dizant-du-Gua. Edmond Petit, par exemple, cultivateur Chez-Rideau, adhéra à la communauté protestante à la suite de son mariage, en 1894, avec Marie-Lydie Bugeaud et d'une brouille avec le prêtre lors de la cérémonie. Il éleva alors ses filles dans la religion protestante. Parmi elles, Léona, née en 1897, fréquenta l'école protestante de Morisset jusqu'à sa fermeture en 1906. Elle parcourait chaque jour à pied la distance séparant Chez-Rideau de Morisset, en passant par la Pible.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service régional de l'Inventaire, correspondance, photographie et notes prises en 1998 par Charlotte Pon dans le cadre de l'étude sur les temples protestants en Poitou-Charentes..

Documents figurés
  • 1832 : plan cadastral de Saint-Dizant-du-Gua.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 4916
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.