Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecart, puis domaine des Escorcières, actuellement château des Escorcières

Dossier IA00046759 réalisé en 1977

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

AppellationsChâteau des Escorcières
Destinationschâteau
Parties constituantes non étudiéescour, grange, étable, toit à porcs, four à pain, buanderie
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonArrondissement de Montmorillon - Lussac-les-Châteaux
Hydrographiesla Vienne
AdresseCommune : Gouex
Lieu-dit : Les Escorcières
Adresse : Route
de Lussac
Cadastre : 1811 B 1663-1668 ; 2019 OB 1575-1579

Ce domaine n'a pas toujours été d'un seul tenant. Au 16e siècle, il s'agit d'un hameau comprenant plusieurs maisons et terres dont les habitants et exploitants rendent hommage au prieuré de Grand Chaume (commune de Queaux), ainsi qu'on peut le reconstituer à partir du terrier de 1548. Composé de plusieurs maisons, granges, cour et courtillages, vergers et jardin, ruisseau et fontaine, il semble être rassemblé progressivement en un seul fief, dévolu au début du 17e siècle à René Frottier "écuyer seigneur du Bagneux et des Escorcières", qui est le seul désormais à rendre hommage au prieur de Grand Chaume (hommage du 15 décembre 1624). En 1661, un acte d'échange entre 2 membres de la famille Frottier nous apprend que le domaine se compose d'une maison noble et toutes ses dépendances, accompagnées de la métairie de la Porte, également située aux Escorcières, attenante à la maison noble. Dépendent également du fief, les métairies et moulin de Bouzante, la métairie de la Gaudinière, celle de Chez Bourlot, et la "métairie noble" de la Pommeraie (qui comprend en réalité 2 fermes). La famille Frottier reste propriétaire du fief des Escorcières jusqu'en 1791.

Après un bref passage entre les mains d'un Deluzine, famille alliée aux Delauzon, le domaine est confisqué et vendu en 1796 comme bien national. C'est la famille Delauzon qui le rachète. Il se compose alors d'une maison de maître, de 9 métairies et borderies situées sur la commune de Gouex et de 2 métairies et bordereies situées à Mazerolles. A Gouex, outre les fermes déjà citées, se sont ajoutées au domaine, une métairie aux Bordes, une à Vassou, et celle de la Varenne. C'est cette même famille Delauzon et plus particulièrement Louis Ferdinand qui réalise d'importants travaux entre 1807 et 1820, transformant la maison de maître en château, à peu près tel qu'on peut le voir aujourd'hui. Un premier plan cadastral napoléonien, dit plan masses de culture, établi en 1807, puis un second établi en 1811, montrent une partie de ces transformations, passant d'un plan en U à un plan en L. Il semble que l'ensemble des travaux soit de grande ampleur car la table des augmentations et diminutions fait mention d'une reconstruction dont l'achèvement est noté en 1820.

En 1845, les héritiers de Ferdinand Delauzon vendent le dimine, comprenant le château et les 11 métairies, à Jean François Pierrugues du Harlay. La famille y réside régulièrement à la belle saison, entre avril et octobre et poursuit les améliorations : construction d'une nouvelle chapelle en 1859, d'une écurie et une remise en 1867, d'une maison en 1878 (actuelle maison située à côté de la piscine). Géré par un régisseur qui a également son logis sur place, vraisemblablement construit en 1865, le domaine est resté dans la famille jusqu'au milieu du 20e siècle.

Repéré lors de l'inventaire de 1977, les photographies réalisées à l'époque montrent une cloche qui ornait le faîtage du château, côté ouest, ainsi qu'un château d'eau, aujourd'hui disparus.

Remploi
Période(s)Principale : 2e moitié 16e siècle, 18e siècle
Secondaire : 3e quart 17e siècle, 4e quart 18e siècle, 1er quart 19e siècle, 2e moitié 19e siècle
Dates1820, porte la date
1859, daté par source
1867, daté par source
1878, daté par source

Le domaine des Escorcières se situe au nord du bourg de Gouex, entre la D25 qui mène à Lussac-les-Châteaux et la Vienne dont il est distant de 450 m, à mi-pente d'un versant boisé orienté à l'est. Il se compose du château, de deux maisons et de nombreuses dépendances réparties sur un parc arboré d'environ 20 hectares. Il est clos de murs sur toute la longueur ouest, ainsi qu'au sud, où se situe le portail d'entrée. La métairie de la Porte construite dans le prolongement du château, est totalement intégrée au domaine actuel.

Le château de plan en L présente un étage carré et un étage de comble. Le toit à croupes est couvert d'ardoises. Un bandeau filant et s'interrompant sur la façade est délimite les niveaux des façades ouest, sud et nord. La façade sud s'organise autour de 8 travées d'ouvertures. Le comble est éclairé par des lucarnes à linteau en arc surbaissé surmonté d'un fronton triangulaire. L'accès par la façade sud se fait par 3 portes à 2 vantaux surmontées d'un linteau sobrement décoré. Dans la partie inférieure, la présence de jours atteste de l'existence d'une cave. Au dessus de la porte principale, une pierre porte ce qui semble être un début de date [17.]. Le pavillon en retour d'équerre présente une façade est (vers la Vienne) s'organisant autour de 5 travées d'ouvertures. Le rez-de-chaussée surélevé est accessible par un escalier à volées double en pierre depuis la terrasse agrémentée d'un bassin à fontaine aujourd'hui vide. A la base des baies situées au-dessus de la porte d'entrée, on peut apercevoir deux pierres à volutes sortantes en remploi, qui pourraient provenir du bâtiment précédent. Dans le prolongement sud de ce retour se trouve un bâtiment en rez-de-chaussée sur cave. L'accès aux pièces du rez-de-chaussée se fait par le vestibule, desservant ce qui devait être la cuisine côté ouest et les salons et bibliothèque à l'est. Deux escaliers, l'un en pierre à l'est, l'autre en bois à l'ouest desservent les étages. Une grande galerie éclairée par des baies orientées au nord assure la distribution des chambres du 1er étage. Le pavillon en retour d'équerre dispose également d'une petite galerie-haute de circulation.

Près du château, bordant l'allée sud-ouest, s'élève une grange construite en appareil régulier de moellons calcaires dressés. De plan rectangulaire, sa façade principale s'ouvre aujourd'hui à l'ouest. La façade est s'élève sur 3 niveaux dont les ouvertures ont été modifiées au gré des usages. Le bâtiment semble avoir été rehaussé afin de créer un étage carré et un comble à surcroît, les oculi sur le pignon nord ont été condamnés, remplacés par de nouveaux placés plus haut ainsi que sur la façade est. A l'origine l'angle nord-est abritait un logis s'élevant sur un étage carré, comme l'indique la présence d'une porte à imposte vitré accostée d'une pierre d'évier. Deux souches de cheminées ornent le toit de ce même côté. Dans le prolongement vers le sud, la grange s'ouvrait par 2 grandes portes charretières avec larmier en pierre, et une porte d'étable. Côté ouest, la grange s'élève sur un seul niveau, ayant fonction d'étable et d'écurie. Deux portes s'ouvrent en pignon en façade, couvertes d'un toit à longs pans en tuile plate. A l'intérieur, les stabulations en bois reposant sur un muret de pierre sont conservées.

Face à cette grange se trouve le logis de la ferme dit maison du régisseur avec grange attenante. La façade principale du logis donne à l'est et il se compose d'un étage carré et d'un étage de comble. Couvert de tuiles creuses, les encadrements des baies et chaînages d'angles sont en pierres de taille harpées. Une pierre d'évier accoste la porte d'entrée. Dans l'alignement, la grange est construite en appareil régulier de moellons calcaires. Deux larmiers en pierre protègent les linteaux en bois des 2 plus grandes ouvertures de la façade est. A l'arrière du logis se trouve le fournil couvert d'un toit à longs pans en tuile plate logeant un grand four à pain et une cuisinière à bois.

Le parc s'étend au nord et à l'est du château. Il est traversé par un ruisseau coulant à environ 17 mètres en contrebas du château, vers le nord, des Escorcières à la ferme de La Varenne. Au nord-ouest du parc s'élève une serre, aux murs de briques et de pierres. La façade est rythmée par 6 pilastres encadrant des verrières à structure métallique fixée sur un linteau bois. Le toit est en terrasse. En 1977, à l'avant de ce bâtiment, se situait un château d'eau, aujourd'hui détruit. Le réservoir reposait sur 2 larges piles composées de pierre de taille et de moellons. D'après les propriétaires actuels, il était alimenté par le ruisseau, au moyen d'un bélier hydraulique encore partiellement en place. Il se situe dans un petit abri circulaire, couvert d'ardoise, le long du ruisseau et distant de quelques 80 mètres du château. Un lavoir se trouve à l'avant de l'abri. Au sud, une fontaine avec un bassin maçonné est encore visible, ainsi que quelques ruines de bâtiments dont la fonction n'a pas été identifiée. Enfin, dans la partie nord du parc, occupée par un bois composé de feuillus et de résineux, on trouve deux piliers en pierre de taille marquant peut-être autrefois une entrée du domaine. Des murs partant vers l'est et vers l'ouest, il ne reste que quelques vestiges.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Plansplan régulier en L
Étagessous-sol, 1 étage carré, étage en surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre
escalier de distribution extérieur : escalier à double révolution en maçonnerie
Typologiesgrange à ouverture en goutterau
Techniquessculpture
Représentationsvolute, chronogramme
Précision représentations

Deux pierres à volutes sortantes en façade est.

Une pierre portant une début de date sur la façade sud, au dessus de la porte d'entrée : 17

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Gouex, cadastre par masses de cultures : plan des sections A à C. Dressé par MM. Couteault et Pautrot, géomètres, 1807.

    Feuille unique Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 5786
  • Gouex, plan parcellaire du cadastre napoléonien, section B. par MM. Vignaud et Guignard, 1811.

    2e feuille Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4971
  • Gouex, Matrice des propriétés foncières, folios 1-724 (1825-1914), table alphabétique des propriétaires, tables des augmentations et diminutions (1824-1868).

    Folios 1-724 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 2345
  • Gouex, Matrice des propriétés foncières, folios 725-1214 (1825-1914), table alphabétique des propriétaires, augmentations et diminutions (1869-1914).

    Folios 725-1214 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 2346
  • Gouex, Matrice des propriétés bâties, cases 1-216 (1882-1911), table alphabétique des propriétaires, augmentations et diminutions (1883-1891).

    Cases 1-216 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 2347
  • Gouex, matrice des propriétés bâties, cases 1-218, table alphabétique des propriétaires (1913-1932).

    Cases 1-218 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4004
  • Gouex, matrice des propriétés non bâties, folios 1-500 (1913-1934), table alphabétique des propriétaires, augmentations et diminutions (1914-1934).

    Folios 1-500 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4005
  • Gouex, matrice des propriétés non bâties, folios 501-826 (1913-1934).

    Folios 501-826 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4006
  • Terrier du prieuré de Grand-Chaume, 1548-1730.

    Folios 158, 159, 175 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : Registre supplément 276
  • Terrier du prieuré de Grand-Chaume dressé par Charles Gervaise et Jean Meillaud en vertu des lettres patentes d'Henri II du 5 octobre 1548.

    Folios 87, 155 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : Registre 243
  • Biens nationaux : actes de vente selon le régime de la loi du 28 ventôse an IV (an IV).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 1 Q 54
  • Registre de transcriptions hypothécaires, bureau de Montmorillon, volume n°90 (1845).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 Q 5143
  • Minutes notariales de Pierre-Ludovic Meunier, notaire à Lussac-les-Châteaux (1874).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 E 99/68
  • Minutes notariales de maître Chauveau à Poitiers, 1925.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 E (non coté)
  • Minutes notariales de François Duchasténier, notaire à Poitiers, 1791.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 E 12/308
Documents figurés
  • Carte générale de la France. [Charroux]. N°68. Feuille 104 / [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury], 1770-1773.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
Bibliographie
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    p. 160 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Renaud Madeleine - Favreau Myriam
Favreau Myriam

Archiviste de 1998 à 2018. Chercheuse à l'inventaire du patrimoine depuis 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.