Logo ={0} - Retour à l'accueil

Distillerie d'eau-de-vie de cognac de la Participation charentaise, actuellement Camus

Dossier IA00066193 réalisé en 1986

Fiche

Précision dénominationdistillerie d'eau-de-vie de cognac
Appellationsdite maison de commerce La Participation Charentaise, puis La Grande Marque, puis Camus frères, actuellement Camus
Parties constituantes non étudiéesbureau, chai, conciergerie, atelier de fabrication, cour
Dénominationsdistillerie
Aire d'étude et cantonCharente - Cognac-Nord
AdresseCommune : Cognac
Adresse : 33 rue
Marguerite de Navarre
Cadastre : 1978 AT 116

La construction des bâtiments s'effectue en 1871 pour la Participation charentaise, association de quatre grands viticulteurs, dont J.-B. Camus. Les parties constituantes existantes en 1882 sont la buanderie, l'écurie, la cuisine de sirops, l'atelier de fabrication et à marquer, la tonnellerie, la distillerie, le hangar, les chais et le comptoir. En 1877, il y a la transformation en société anonyme au capital de 3, 6 MF, dont M. Jouannet est l'administrateur délégué et qui prend le nom de Camus frères en 1901. En 1986, avec un effectif de 250 personnes, elle est la quatrième maison de négoce de cognac.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1871, daté par travaux historiques

Plusieurs chais et ateliers de fabrication sont en rez-de-chaussée avec charpente en bois apparente. Le bureau est à un étage carré. La surface du site est de 12600 m2 et la surface bâtie, de 6900 m2.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Typologiesarc segmentaire ; arc plein-cintre
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • " Camus, la grande marque Cognac. Un siècle de dynamisme novateur au service du Cognac et du Pineau des Charentes ". In

    Bull. officiel municipal, Cognac, 1968. p. 80-81.

    C'est en 1863, alors qu'une crise aiguë opposait producteurs et négociants de la région de Cognac, qu'un Charentais, propriétaire-viticulteur, Jean-Baptiste CAMUS, se rendant compte de l'essor que le Cognac était appelé à connaître, s'associait à quelques autres propriétaires importants de la région pour fonder la Maison qui portera son nom, associée à cette raison sociale que justifia si bien par la suite l'ampleur de son développement.

    Dès ses débuts, CAMUS " LA GRANDE MARQUE " tient une place importante dans l'expansion du commerce extérieur du Cognac.

    Son premier travail est de se constituer d'importants stocks, règle toujours maintenue dans la Maison, qui lui permettent d'exporter sur Londres, en 1870, 6 000 barriques.

    A ce sujet, un grand journal londonien, le " Morning Advertiser ", écrit dans son numéro du 15 juin 1870 :

    " Hier, quelques amis de CAMUS " LA GRANDE MARQUE ", représentant environ 70 personnes, étaient invités par Mr John James Homer et M. E. Vignier, pour visiter les stocks de cognac entreposés dans plusieurs caves appartenant à CAMUS " LA GRANDE MARQUE " ou à ses clients. "

    " Ces immenses caves voûtées sont complètement remplies avec les remarquables Cognacs, jeunes et vieux, de CAMUS " LA GRANDE MARQUE ", dont les qualités furent trouvées exquisement fines. "

    La Maison CAMUS compte alors parmi les plus grosses Maisons exportatrices de Cognac, elle va, désormais, non seulement affirmer sa position sur le marché britannique et ses dépendances, mais surtout gagner de nouveaux marchés, tels la Russie et l'Europe centrale.

    A la mort de Jean-Baptiste CAMUS, en 1898, ses deux fils, Edmond et Gaston, vont continuer l'oeuvre entreprise, lui donnant un nouvel élan.

    Edmond CAMUS reste à Cognac, il s'occupe de l'élaboration du Cognac CAMUS et organise la vente en France. CAMUS " LA GRANDE MARQUE " compte alors parmi ses clients : le Café de Paris, l'Ecu de France, le Restaurant Ledoyen, etc., à qui il livre, en fûts, une réserve spéciale.

    Gaston CAMUS visite les clients étrangers. Il a un appartement à Saint-Pétersbourg, aujourd'hui Léningrad, où il passe six mois de l'année. Il est reçu à Moscou, et chasse l'ours en Sibérie...

    En 1917, éclate la révolution russe. La Russie se ferme à l'Europe. La Maison CAMUS perd, en plus d'un marché important, une marchandise livrée et non payée, évaluée à 4 millions de nos francs actuels.

    C'est à cette époque que se développe la vente en bouteilles. Répondant à la demande, tant en France que sur certains marchés étrangers, CAMUS " LA GRANDE MARQUE " va vendre directement en bouteilles sous son propre nom. Ceci

    va favoriser la reconnaissance de la marque par le public, qu'aidera alors l'action publicitaire.

    C'est donc d'une Maison saine et prospère que Michel CAMUS, né en 1911, seul garçon des enfants de son père et de son oncle, va prendre la responsabilité en 1934.

    Pourtant CAMUS " LA GRANDE MARQUE " n'est encore qu'au début de son expansion. En trente ans, Michel CAMUS, par ses connaissances très précises du Cognac et de ses marchés, aidé par une infatigable énergie et une imbattable volonté, va donner à la Maison le renom mondial et la place prépondérante qu'elle occupe actuellement, tant en France qu'à l'étranger.

    Présente et en bonne place sur les marchés traditionnels : Angleterre, Etats-Unis, Canada, la Maison CAMUS s'oriente à l'heure actuelle vers des marchés qui s'ouvrent ou se réouvrent au commerce du Cognac.

    En 1962, CAMUS " LA GRANDE MARQUE " signait un accord avec le Monopole Russe des Alcools, selon lequel elle obtenait l'exclusivité absolue d'exportation vers la Russie de tous les vins et spiritueux français, et d'importation en France de tous les alcools en provenance d'U.R.S.S.

    Environ 50 ans après, CAMUS retrouvait sa première place sur le marché russe.

    MARCHER AVEC SON TEMPS

    La Maison CAMUS est située à Cognac même, entre le Parc François-1er et l'Hôtel de Ville. Ses bureaux et ses immenses chais forment un quadrilatère de plus de 30000 mètres carrés que délimitent des rues aux noms évocateurs : rue Marguerite-de-Navarre, rue Prévost-de-Sansac, rue des Champs-du-Château, rue de la Pyramide.

    Les chais obscurs abritent d'impressionnants stocks de Cognacs sélectionnés par M. CAMUS lui-même parmi les meilleurs des différents crus, et qui vieillissent là dans le calme le plus profond 5, 10, 20, 50 ans et même plus selon les qualités qu'ils devront composer.

    M. Michel CAMUS possède quatre grandes propriétés. Deux d'entre elles se trouvent au cœur du plus prestigieux des crus : la Grande Champagne, et les deux autres dans le cru réputé auprès des connaisseurs, les Borderies. Dotées chacune d'une distillerie, ces quatre propriétés sont la base même du stock que détient la Maison CAMUS. Elles lui apportent une certaine indépendance et des facilités plus grandes d'approvisionnement en Cognac d'une année sur l'autre en même temps qu'une garantie contre les fluctuations de prix en résultant. Elles apportent surtout au consommateur la certitude d'avoir une qualité irréprochable, suivie, régulière, et toujours égale à elle-même.

    A ses trois qualités de toujours :

    - son * * *, Cognac gaillard, léger, fruité, nerveux,

    - sa Fine Champagne V.S.O.P., surnommée " La Favorite des Rois ", par le fait qu'elle fut sélectionnée par plusieurs cours régnantes,

    - sa Réserve Extra-Vieille Hors d'Age, une apothéose du Cognac, vient s'ajouter une qualité unique et exceptionnelle, la qualité CAMUS " CELEBRATION ".

    M. Michel CAMUS, désirant marquer d'une façon spéciale le CENTENAIRE de sa Maison en 1963, chercha lui-même pendant de longues années à composer une qualité qui sorte vraiment de l'ordinaire.

    Fin dégustateur, dont les remarquables connaissances en œnologie lui valurent d'être nommé par le gouvernement russe seul Français membre du Jury du 1er Concours International des Vins et Spiritueux à Tbilissi (Géorgie), M. Michel CAMUS réussit à donner le jour à " quelque chose d'autre ". Conservant une agréable vigueur, le CAMUS " CELEBRATION " se distingue par sa suavité au palais, par sa finesse et son long bouquet au nez.

    Dès son apparition en France, CAMUS " CELEBRATION " obtient un succès foudroyant.

    Dans de très nombreux pays, ce n'est plus à l'heure actuelle que la seule qualité distribuée par CAMUS, qualité distinguant la GRANDE MARQUE.

    LE PLESSIS

    Mais si CAMUS ' LA GRANDE MARQUE ' est avant tout une firme de commerçants éleveurs de Cognac, il appartenait à M. Michel CAMUS d'exercer encore son esprit novateur dans un autre domaine, celui du PINEAU des CHARENTES.

    Des réserves devenues célèbres, de plusieurs milliers d'hectolitres, sont actuellement amassées dans les chais de vieillissement, à l'abri desquels mûrit lentement le PLESSIS, à l'intérieur de ces mêmes fûts de chêne du Limousin, traditionnellement utilisés pour le vieillissement du Cognac.

    Le PLESSIS, dès qu'il put être offert au public, s'attribua une place de choix, en France d'abord, mais aussi à l'étranger. Il reste le plus exporté en Europe, en Amérique, en Afrique, et même en Asie.

    Dès 1947, le PLESSIS a été couronné par le Premier Grand Prix International de la Gastronomie à Paris, et a toujours maintenu la qualité qui lui valut cette distinction parmi tant d'autres.

    Tout ce que le monde compte d'établissements de luxe, bars cotés, restaurants en vogue, alimentations fines, vend du PLESSIS.

    Les Compagnies de Navigation maritimes et aériennes, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, qui ne sert que du PLESSIS en exclusivité depuis des dizaines d'années, en sont les meilleurs propagandistes.

    Mais ce qui parle peut-être le plus en faveur du PLESSIS, c'est l'éloge qu'en font les nombreux consommateurs qui l'ont goûté. C'est un apéritif ou un vin de dessert pour déguster en famille ou offrir à des amis comme un cadeau de choix.

Références documentaires

Documents figurés
  • " Publicité de la Participation charentaise ". In : Annuaire historique et littéraire, commercial et d'annonces industrielles de Cognac. 1892.

    p. 473
Bibliographie
  • " Un siècle de dynamisme novateur au service du Cognac et du Pineau des Charentes ". Bulletin Officiel Municipal. Cognac, 1968.

    p. 80-81
  • Sepulchre, Bruno. Le livre du Cognac. Trois siècles d'histoire. Paris, 1983.

    p. 210
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Van Riesen Wulf