Dépendances agricoles et viticoles de Pez
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Saint-Estèphe
  • Lieu-dit Pez
  • Adresse
  • Cadastre 1825 F2 2656, 2657  ; 2015 OF 1147
  • Dénominations
    chai, hangar agricole
  • Parties constituantes non étudiées
    cuvage, fenil, logement d'ouvriers, puits, éolienne, grange

Un document daté 1766 indique que la maison noble de Pez "est mal bâtie, n'y ayant point de logement convenable pour le maître néanmoins susceptible d'y pouvoir faire une belle maison avec les matériaux mal arrangés dont elle est construite. Ce qu'il y a de mieux, c'est un beau chay, construit en 1749, à contenir 100 tonneaux au solle, et un beau cuvier de 100 pieds de long sur 50 de large".

Il s'agit probablement des bâtiments figurant sur le plan cadastral en 1825 au nord du château. Des maçonneries en moellons encore conservées peuvent donc remonter au milieu du 18e siècle, à l'époque où le comte de Fumel détient la propriété. Des remaniements ont toutefois été apportés dès le début du 19e siècle, si l'on se fie à cette date 1819 inscrite au-dessus de la porte donnant accès aux chais (côté nord). D'autres améliorations sont certainement apportées dans la 2e moitié du 19e siècle, comme l'indique la charpente à tirants métalliques du cuvier.

Les logements et le hangar à l'ouest de la cour ont été reconstruits à l'emplacement de bâtiments existant sur le plan cadastral de 1825. La date 1867 est inscrite sur le pan de bois de la façade est. Et d'après les augmentations et diminutions du cadastre, Guillaume Lawton fait construire une nouvelle maison sur la parcelle 2656 en 1868. Le même style que le château est adopté avec des baies à traverses et meneaux.

Les dépendances agricoles ont été construites sur une parcelle (n°2655) non occupée sur le plan cadastral de 1825. D'après les augmentations et diminutions du cadastre, Guillaume Lawton y fait construire une maison en 1872, puis trois autres en 1874.

En juillet 1876, les archives du fonds Lawton indiquent des travaux en cours pour creuser un puits ; les travaux sont menés par le puisatier Ducasse et le puits de 3 mètres de diamètres et 7,90m de profondeur doit être approfondi de deux mètres supplémentaires. C'est probablement plus tard, que l'éolienne Bollée est installée : encore en place en 1974, elle a été détruite et seule la cabane qui abritait une partie du mécanisme a été conservée.

Les cuves en bois du cuvier datent, pour les plus anciennes, des années 1980.

  • Période(s)
    • Principale : milieu 18e siècle
    • Secondaire : 1er quart 19e siècle
    • Principale : 2e moitié 19e siècle
  • Dates
    • 1819, porte la date
    • 1867, porte la date

Les bâtiments de dépendance se trouvent au nord et à l'ouest du château. Ils se composent :

-d'un cuvier avec chais : le cuvier est percé sur son élévation ouest d'une série de baies de décharge qui permettaient de réceptionner la vendange. L'accès se fait désormais par les pignons, celui au sud étant percé d'une porte et d'une baie géminée. A l'intérieur, la charpente est équipée de tirants métalliques.

A l'est, le cuvier communique avec un caveau semi-enterré voûté, disposé parallèlement et surmonté du chai réservé à la fermentation malolactique. Il communique également avec le long chai à barriques, disposé perpendiculairement à l'est. Un autre chai complète l'ensemble, parallèle au caveau voûté et au chai malolactique. Au nord, un espace abrite le cuvier inox.

-d'anciens bâtiments agricoles avec hangar agricole, grange et logements d'ouvriers aujourd'hui utilisés en bureaux. Ce bâtiment est composé d'un étage en surcroît et d'un étage carré formant pignon. Un bandeau mouluré avec consoles court sur l'ensemble de la façade et délimite le rez-de-chaussée en moellons enduits et l'étage traité en pan de bois. Les fenêtres du rez-de-chaussées sont à traverses et/ou meneaux. Une des baies présente une moulure en accolade. A l'intérieur, la charpente en bois à tirants métalliques est encore visible.

-d'un vaste hangar agricole, dont la partie basse était probablement ouverte à l'origine, avec une série de colonnes à chapiteaux toscans soutenant l'espace de stockage dans le comble à surcroît. Un autre alignement de bâtiments devait abriter une écurie et des logements secondaires.

-d'une maison de gardien, située au nord, près du portail à piliers donnant accès au domaine : les fenêtres et la porte présentent des encadrements cintrés à crossettes et agrafe.

-d'un puits, avec une cabane construite en pierre de taille qui abritait une partie du mécanisme de l'éolienne aujourd'hui détruite.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    en rez-de-chaussée, comble à surcroît
  • Couvrements
    • charpente mixte apparente
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Statut de la propriété
    propriété privée