Logo ={0} - Retour à l'accueil

Demeure

Dossier IA33007093 inclus dans Village de Talais réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • puits
    • chai
    • écurie
    • jardin
    • hangar agricole
    • oratoire
Parties constituantes non étudiéespuits, chai, écurie, jardin, hangar agricole, oratoire
Dénominationsdemeure
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
AdresseCommune : Talais
Adresse : 2 et 4 rue du
11 novembre 1918
Cadastre : 1833 C1 177 ; 2011 C2 1090

La demeure se situe à l'emplacement de l'ancien presbytère, comme le montre un plan parcellaire du 18e siècle. Détruit, il est remplacé par un grand corps de bâtiment en L bâti par Arnaud Delignac (1791-1871), accompagné de dépendances à l'ouest, visible sur le plan cadastral de 1833.

La famille Delignac s'installe à Talais à la faveur du mariage d'Arnaud Delignac avec Françoise Jeanne Gaillard le 29 août 1809. La famille Gaillard y est installée au moins depuis le 18e siècle, comptant plusieurs notaires et maires de la commune, et même un député, dont la tombe garde la mémoire dans le cimetière de Talais. Pierre Gaillard, « soldat en 1812, sous-lieutenant décoré à Lutzen en 1813, député en 1830, juge de paix décédé le 26 février 1847 âgé de 59 ans », est le frère de Françoise.

Arnaud bénéficie des biens dont son épouse hérite aux décès de ses parents en 1816 et en 1817, notamment de l’ancien presbytère, qu’il fait reconstruire. Il est également établi à La Roque de By à Bégadan.

Les bâtiments sont remaniés dans la seconde moitié du 19e siècle : sur la parcelle C 177, le registre des augmentations/diminutions de la matrice cadastrale indique une nouvelle construction de maison en 1860 et une augmentation de construction de maison en 1865. A cette époque, des dépendances agricoles sont également construites à l'ouest (écuries?).

La partie nord en rez-de-chaussée de la demeure conserve peut-être des éléments de la 1ère moitié du 19e siècle (porte en plein-cintre) ; le pavillon et la partie sud correspondent probablement aux remaniements de la 2e moitié du 19e siècle.

L'ensemble est décrit dans l'acte de partage établi en 1873 pour régler la succession de Victor Pantaléon Delignac. Le domaine est à rapprocher du domaine de Neyran à Soulac, également détenu par les Delignac et dont la maison de maître ressemble à celle de Talais.

La statue de la Vierge, exposée dans une niche ménagée dans le mur de la dépendance au nord-ouest, proviendrait de l'ancienne église de Talais démolie dans le 3e quart du 19e siècle. Aujourd´hui, une partie des dépendances est en ruine et l´aile en retour d'équerre du logis a disparu.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle

Sur une vaste parcelle, le corps de logis à l'est et les dépendances à l'ouest sont organisés autour d´un jardin doté d'un puits et fermé au nord par un muret.

La demeure en L est composée d'un corps central à étage carré flanqué de deux ailes en rez-de-chaussée. Elle est disposée en léger retrait par rapport à la rue et séparée de celle-ci par un muret, une grille et un portail à piliers maçonnés et ornés : les ferronneries du portail portent la lettre D correspondant à la famille Delignac.

Le corps central est couvert d´un toit en pavillon en ardoise surmonté de deux épis de faîtage en zinc. Deux souches de cheminée en brique et pierre émergent de la toiture également marquée aux angles d'amortissements en pierre. Les maçonneries sont en moellons enduits. Les appuis des fenêtres de l'étage forment un bandeau saillant ; les deux fenêtres présentent un chambranle mouluré et sont surmontées d´une corniche.

Sur la façade postérieure, qui donne sur le jardin, est adossé un appentis en rez-de-chaussée doté d'une haute souche de cheminée en brique. Les ailes en rez-de-chaussée sont percées de trois baies chacune ; l'aile nord est percée d'une porte cintrée et son pignon, donnant sur route de Loumenade, présente trois baies aveugles et un oculus.

De l'autre côté du jardin, au nord-ouest, un bâtiment en rez-de-chaussée abrite les dépendances dont un ancien cuvier, reconnaissable à la baie de décharge. Sur la façade est également creusée une niche, encadrée de colonnes à chapiteaux toscans soutenant un entablement et abritant une statue de la Vierge. L'arc de la niche porte l'inscription : "SAINTE MARIE PRIEZ POUR NOUS". Dans le prolongement de cette aile, une seconde dépendance est ruinée (anciennes écuries?). Au sud-ouest, un hangar agricole avec structure en bois apparente est couvert d'un toit aux pans asymétriques.

Toittuile creuse, ardoise
Étagesen rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
appentis
toit en pavillon
Techniquessculpture
Représentationsdenticule, pot à feu, volute, rosette, coquille, perle
Précision représentations

Le corps de logis est orné d'une corniche denticulée.

Les piliers de portail traités en bossage sont ornés de glyphes, de perles et de volutes sculptées d'une rosette.

D'autres piliers portent un pot à feu (?).

Le pignon nord de la demeure est orné d'une coquille.

Estuaire

TRAVEE2
FORBAIElinteau droit (porte) ; linteau droit (fenêtre) ; corniche (fenêtre) ; chambranle mouluré (fenêtre)
POSRUEen alignement
POSPARCen retrait
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    Inventaire des biens après décès de Arnaud Delignac, 4-6 novembre 1871, Me Roby à Talais, AD Gironde, 3 E 58552.

    Domaine de Talais

    -salon à manger (donnant par deux croisées à l’ouest)

    -vestibule allant du levant au couchant prenant jour par deux grandes portes

    -salon (donnant par deux croisées à l’ouest)

    -une chambre prenant jour au levant par deux croisées

    -une chambre prenant jour au levant par deux croisées

    -vestibule prenant jour au levant par une ouverture

    -dans la chambre du pavillon prenant jour au levant par deux ouvertures

    -autre chambre du pavillon contigüe à la précédente prenant jour au couchant par une ouverture

    -dans la chambre du domestique située au rdc prenant jour au levant par une ouverture

    -dans la cuisine prenant jour au couchant par une ouverture

    -dans la chambre des garçons attenant à la chambre des servantes

    + argent, argenterie et bijouterie

    Dans le grenier : 145 hl de blé froment, 14 hl de seigle, 90 hl d’avoine, un tas de maïs en épis, 57 hl de fèves, une machine dite moulin pour vaner le blé, une machine à dégrainer le maïs

    Dans un petit chai : un lot de bouteilles vides

    Dans une remise : une voiture à quatre roues appartenant à Madame veuve Delignac

    Sous le hangar : une meule de foin

    Dans la cour : deux meules de paille, deux charrues, deux charriots, deux tombereaux, une charrette, une herse, une herse de terre ( ?) haute, deux charriots

    7 chevaux de labour, un troupeau de brebis 139 têtes

    Total de l’estimation : 17 146,75.

    Mention de Pierre Meynard, homme d’affaires demeurant à Neyran.

Références documentaires

Périodiques
  • STEIMER Claire. « La famille Delignac en Médoc ». Les Cahiers méduliens, 73, 2020.

    p. 41-56
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer - Steimer Claire