Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Saint-Estèphe
  • Lieu-dit Saint-Corbian
  • Adresse route du Château d'eau
  • Cadastre 2015 OA 229, 230, 232, 2260, 2049  ; 1825 A1 40, 41, 42
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    château viticole
  • Appellations
    Beau Site
  • Parties constituantes non étudiées
    cuvage, chai, mur de clôture, portail, resserre, logement

Aucun bâtiment ne figure à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825.

D'après les augmentations et diminutions du cadastre, Jean Grazilhon fait construire une maison en 1862 sur la parcelle A 41, puis à nouveau en 1877. C'est probablement à lui que l'on doit le mur de clôture et les pavillons qui forment l'enclos du domaine. Cet enclos figure dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret sous le nom Château Beau Site Grazilhon, appartenant à Grazilhon fils.

C'est peut-être dans un deuxième temps que la maison de l'autre côté de la route est acquise pour compléter le domaine. L'album de photographies d'Henry Guillier, au début du 20e siècle, propose une vue panoramique du vignoble de Beau Site Grazilhon, sur laquelle on distingue nettement le pavillon d'angle de l'enclos, la demeure de l'autre côté de la route, des bâtiments de dépendance et des logements au nord de la parcelle de vigne.

En 1955, la propriété est divisée : le clos et les dépendances sont vendus aux négociants Marcel Borie et à son gendre Emile Castéja ; ils deviennent le "Château Beau Site" administré par ce dernier, tandis que la demeure de l'autre côté de la route prend le nom de "Beau Site Haut Vignoble" et appartient à la famille Braquessac.

Les bâtiments de dépendance (logements et grange) sont transformés en "château" dans les années 1980. Les autres dépendances abritent chais et cuviers.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 20e siècle

La maison est disposée en retrait par rapport à la route du Château d'eau. Sa façade donne au sud sur un jardin. L'ensemble a été construit en béton.

Les bâtiments dépendance se situent au nord et à l'ouest. Un mur de clôture est conservé à l'est, le long de la route et au sud, délimitant un chemin dans les vignes. Lui sont associés deux pavillons et un portail à piliers maçonnés.

  • Murs
    • béton
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvrements
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
  • Typologies
    IC4

Estuaire

  • TRAVEE 8
  • FORBAIE plate-bande (fenêtre) ; plate-bande (porte) ; arc déprimé (porte) ; agrafe (porte) ; agrafe (fenêtre)
  • POSRUE perpendiculaire
  • POSPARC en retrait
  • POSTOPO
  • ORIENT
  • VUE
  • CLOT
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 175
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 (12e édition).

    p. 408
  • GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de France).

    p. 101
  • GUILLIER Henry. Les grands vins de la Gironde illustrés. Libourne-Bordeaux, s.d. [vers 1910].

Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde