Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Saint-Vivien-de-Médoc
  • Lieu-dit le Loc
  • Adresse chemin du Loc
  • Cadastre 1833 C1 292 à 305  ; 2014 C3 518 à 534
  • Dénominations
    demeure
  • Appellations
    Château du Loc
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, hangar agricole, puits, mur de clôture, jardin, poulailler, four à pain, abreuvoir, écurie, logement

La plupart des bâtiments figurent sur le plan cadastral de 1833. La maison principale date de la 2e moitié du 18e siècle (baies en arc segmentaire et allèges en ressaut, cheminée).

Les dépendances (logement, anciens chais et écuries) ont été remaniés au 19e siècle, puis au 20e siècle. D'autres bâtiments, dans le prolongement des écuries, ont été détruits.

La longère située à l'ouest de la demeure figure également sur le plan cadastral de 1833. Le plan indique aussi des jardins, dont certains murs sont aujourd'hui conservés, et des fossés en eau.

Une carte postale du début du 20e siècle représente les "cinq Sully" : il s'agissait d'ormes, plantés peut-être au début du 17e siècle sous l'impulsion du duc de Sully, ministre d'Henri IV. Ils ont disparu suite aux tempêtes de la fin du 20e et du début du 21e siècle.

Les éditions de l'ouvrage de Cocks et Féret témoignent d'une production de vin au Loc à partir de 1874 : deux propriétaires sont mentionnés, Hourcade et Pelletreau.

  • Période(s)
    • Principale : 2e moitié 18e siècle
    • Principale : 19e siècle

Les bâtiments se situent à proximité de l'ancienne chapelle des Hospitaliers, à distance de la route menant au village de Saint-Vivien.

Ils se composent de la maison principale avec une partie en rez-de-chaussée avec surcroît et une partie à étage carré. Chacune de ces parties abrite un salon avec cheminée : l'une d'elles en pierre présente des piédroits, un linteau et un manteau moulurés. Les angles du corps de bâtiment à étage sont traités en bossage plat. Un bandeau mouluré sépare rez-de-chaussée et premier étage. Les baies sont en arcs segmentaires moulurés ; les fenêtres présentent des allèges en ressaut. La fenêtre centrale de l'étage est aveugle. Une corniche moulurée et une génoise couronnent les façades du bâtiment à étage ; la partie en rez-de-chaussée est dotée d'une double génoise. Une partie en appentis est greffée sur la façade postérieure.

Les bâtiments de dépendance au nord sont composés d'une vaste longère abritant une partie logement avec cheminée avec double foyer servant de four à pain ; elle se prolongeait probablement par le chai et le cuvier, aujourd'hui transformés en habitation. Perpendiculairement sont disposés les écuries et un logement complémentaire.

Une autre longère est située à l'ouest de la demeure, associant logis et dépendance dans le prolongement.

Un abreuvoir rectangulaire avec puits se trouve dans le parc.

  • Murs
    • calcaire pierre de taille
    • moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
  • Couvrements
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
  • Statut de la propriété
    propriété privée