Logo ={0} - Retour à l'accueil

Confolens : présentation de la commune

Dossier IA16005471 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'étudesCommunauté de communes du Confolentais
AdresseCommune : Confolens

La présence de monuments mégalithiques témoigne de l'occupation du territoire à l'époque néolithique.

Bien que la ville soit située sur un point privilégié, à la confluence du Goire et de la Vienne, aucune occupation gauloise ou antique n´a pu être mise en évidence à Confolens, qui n´a cependant pas fait l´objet de véritables recherches archéologiques. La présence de plus de 4 m de remblais signalés sous le square Halgand masque peut-être des occupations plus anciennes que les occupations médiévales.

La ville est mentionnée pour la première fois au XIe siècle, où elle est citée comme une dépendance de la principauté de Chabanais, constituée aux dépens du comté de la Marche et de la vicomté de Rochechouart. Les ambitions de quelques puissants seigneurs locaux et les longues rivalités entre les comtes de Poitiers, de Limoges et de la Marche s´exacerbent autour de la position stratégique de Confolens. Ainsi, alors que Jourdain Ier de Chabanais fut le fondateur de l´abbaye de Lesterps, vers 986, avec sa femme et ses quatre fils, c´est à l´abbaye de Charroux en revanche que son fils, Jourdain II de Chabanais, donna l´église Saint-Maxime de Confolens.

Vers 1020, le comte de la Marche Bernard assiégea à Confolens Audéard de Chabanais, épouse d´Hugues IV de Lusignan et proche parente de Jourdain III, seigneur de Chabanais et Confolens.

À la fin du XIe siècle encore, les conflits entre seigneurs pour la maîtrise de Confolens se poursuivaient : le comte de la Marche Boson III mourut en 1091 au pied du donjon de Confolens qu´il assiégeait.

Il n´est pas possible de préciser la date de construction du donjon tel qu´il nous apparaît aujourd´hui sur son promontoire dominant la Vienne et le Goire : il peut s´agir de l´édifice du XIe siècle comme d´une reconstruction au XIIe siècle. Construit en grand appareil de granite avec des pierres imposantes dans les angles, il conserve au centre de l´élévation occidentale, la mieux conservée, une baie romane couverte en plein cintre qui dissimule une meurtrière à double ébrasement.

Les conflits et luttes d´influences politiques apaisées, on assiste au XIIe siècle à une réorganisation partielle des dépendances des abbayes de Charroux et Lesterps. Ainsi, le prieuré Saint-Maxime de Confolens est désormais mentionné dans les dépendances de l´abbaye de Lesterps alors qu´il relevait auparavant de Charroux. Cependant, l´édifice actuel de Saint-Maxime ne semble pas antérieur au début du XIIIe siècle. C´est aussi de cette époque que dateraient les fortifications et vestiges de portes de ville visibles sur la rive droite de la Vienne, qui dépendit du diocèse de Limoges à partir du XIIIe siècle. Le tribunal seigneurial s´installe à proximité de l´une d´elle, dans un lieu aujourd'hui appelé la Salle (rue de l´Ancien-Tribunal).

Sur la rive gauche, qui relève quant à elle du diocèse de Poitiers, l´église Saint-Barthélemy semble avoir été construite au XIIe siècle. Son prieuré dépendait lui aussi de l´abbaye de Lesterps. Le vocable de cette église, Barthélemy, protecteur des tanneurs, laisse supposer une activité précoce de ceux-ci, même si l´on n´a la preuve de leur existence qu´à partir du XVIe siècle.

Le quartier compris entre Saint-Barthélemy et la Fontorse n´est protégé par des fortifications que par autorisation royale en 1469, à la suite de révoltes qui avaient entraîné un pillage du quartier. La partie située hors les murs, aujourd’hui appelée rue des Portes-d´Ansac, dépendait alors de la paroisse et du prieuré Saint-Benoît d´Ansac-sur-Vienne.

De son côté, la troisième paroisse de Confolens, dite paroisse Saint-Michel, dont l´église fut détruite au XIXe siècle, était une succursale de Saint-Maurice-des-Lions et ne devint indépendante qu´en 1678. L´église Saint-Michel semble avoir été fondée au XIIe siècle, si l´on en juge par les vestiges de sculpture de son portail.

La chapelle de la Commanderie quant à elle a un portail très proche de celui de Saint-Barthélemy et pourrait dater du début du XIIIe siècle. Elle dépendait des hospitaliers du Saint-Esprit et comportait un hospice pour les pauvres.

Jusqu´à la création du Pont-Vieux sur la Vienne, vraisemblablement au début du XIVe siècle (date 1302 inscrite sur ce pont), la Vienne se franchissait à gué, probablement au niveau de la porte dite porte du gué, toujours visible aujourd’hui rue de la Ferrandie. La date de construction du pont sur le Goire n´est pas connue. Ces deux ponts étaient fortifiés (le Vieux-Pont était surmonté de trois tours et d´un pont-levis). Du fait des violentes crues de la Vienne et du Goire, ils ont fait l´objet de multiples reprises voire reconstructions.

La ville de Confolens semble avoir été relativement épargnée par la guerre de Cent-Ans, contrairement aux campagnes avoisinantes ou à l´abbaye de Lesterps qui fut assiégée par le Prince Noir le 14 août 1356.

Au XVe siècle ou au début du XVIe siècle est construit le manoir dit manoir des comtes, au bord du pont du Goire.

Au XVIe siècle, la ville semble vivre de ses marchés, liés à l´élevage dans les campagnes alentours, et de ses tanneries, qui se développent le long de la rive gauche de la Vienne et sur les deux rives du Goire. C´est vers cette époque qu´une petite maladrerie Saint-Georges voit le jour, dans un quartier qui porte toujours ce nom.

C´est à cette époque aussi que la ville s´émancipe de la principauté de Chabanais. Ainsi, en 1505, le sire de Chabanais représentait les états de Chabanais, Loubert et Confolens, alors qu'en 1514, Jacques de Vendôme est prince de Chabanais, et François de Ferrières épouse Louise de Vendôme en 1519, seigneur de Confolens qui devient alors une baronnie. Elle est finalement érigée en comté en 1604 par le roi Henri IV. De cette période de prospérité apparente de la ville datent les plus anciennes maisons à pans de bois de Confolens. Quelques décennies plus tard, ce sont des hôtels particuliers qui sont construits pour la plupart par des familles issues des tanneurs, comme les Babaud. De nombreuses fenêtres à traverse et meneau, à mouluration entrecroisée parfois, en pierre calcaire jaune importée de Pressac, ainsi que de nombreux escaliers semi-hors-oeuvre encore visibles aujourd'hui dans des cours, sur les deux rives de la Vienne, témoignent de ce riche passé. C´est probablement également à ce moment que la ville, limitée à sa seule partie enclose de murs autour de Saint-Maxime, s´organise avec l´élection de trois consuls. Une plaque portant la date de 1614 (non observée en raison de la végétation) est apposée sur le rempart du château et porte le nom de trois de ces consuls.

Ceux-ci interviennent dès 1616 dans la fondation du couvent des récollets, dont ils financent au moins en partie la construction. Quelques années plus tard (1658), les consuls demandent à la maison des Clarisses, fondée vers 1641, d'assurer l'éducation des jeunes filles. Ils ne semblent en revanche pas prendre part à la fondation de l´hôpital, confirmée par Louis XIV en 1671.

La seconde moitié du XVIe et le XVIIe siècles sont aussi marqués par des événements liés aux guerres de Religion puis à la guerre de Trente ans puis à la l´instabilité politique du pays. Entre juin et octobre 1567, les calvinistes dirigés par Caumont de Pilles et pardaillon pillèrent Brigueuil, Chabanais, Confolens et les campagnes alentours. Bien que le château de Confolens fût en ruines et hors d´état de soutenir un siège, les protestants s'en emparèrent en 1568 et y installèrent une garnison de trois cents hommes, sous le commandement du sire de Puy-Vidal, gentilhomme du pays.

Le 10 octobre 1568, le duc de Brissac, lieutenant du duc de Montpensier, se présenta devant la place à la tête d'un fort détachement et en chassa les défenseurs. Au mois de février suivant, le duc d'Anjou vint lui-même à Confolens et y séjourna quelques jours.

C'est à Confolens que se réunirent, en 1619, sous la présidence du duc d'Epernon, les seigneurs du midi de la France et qu'ils tinrent un conciliabule dont le résultat fut la délivrance de la reine Marie de Médicis retenue prisonnière au château de Blois. L'évasion eut lieu dans la nuit du 21 au 22 février 1619 et la reine fut conduite à Angoulême.

Ces événements ne semblent pas compromettre la prospérité relative de la ville, avec ses tanneurs et ses teinturiers, dont l´un est signalé en 1662 à la sortie de Confolens, au lieu-dit la Teinture.

En 1714, l´élection de Confolens, jusqu´alors rattachée à la généralité de Limoges, revient à la généralité de Poitiers, alors que la baronnie de Champagne-Mouton quitte l´élection de Niort pour gagner celle de Confolens. Mais le faubourg du Goire reste dans la généralité de Limoges.

En 1764, le consulat de Confolens est supprimé et remplacé par un maire et des échevins. Ces charges sont électives jusque 1774 puis établies à titre d'offices.

Une délibération du corps de la ville de Confolens, en date du 5 avril 1777, indique que le Vieux Pont était toujours défendu par ses trois tours dites de Saint-Maxime, du Mi et de Saint-Barthélemy. Leurs vestiges en ont été démolis en 1777-1778, lors de réparations effectuées sur le pont.

Côté sud, la ville était protégée par un rempart doublé d'un fossé, remblayé vers 1750 / 1760 pour faciliter le passage entre la rue Bournadour et l'ancienne paroisse Saint-Michel, et devenu depuis la rue des Buttes.

La démolition des murailles vétustes et le comblement des fossés du quartier de la Fontorse et de Saint-Barthélemy furent décidés en 1771. Ces travaux permirent de donner du travail aux chômeurs des ateliers de charité et donnèrent naissance aux allées de Blossac, qui se terminaient vers la Vienne par un escalier monumental en arc de cercle.

Au même moment survient un conflit entre les tanneurs et les riverains, notamment l´hôpital qui subit les nuisances de la pollution du Goire. Entre 1768 et 1775, un grand procès est plaidé devant le sénéchal de Confolens, puis devant le tribunal d´Angoulême. Un plan est alors dressé ; il représente les tanneries, leurs bassins (essanges) sur la Vienne et le Goire, l´hôpital et les différents riverains plaignants. Aux termes de ce procès, l´activité se poursuit, l´armée révolutionnaire puis impériale ayant besoin de cuir. Mais les tanneries de Confolens déclinent ensuite : en 1841, il ne reste que la tannerie de Parat-Blondin. Ce plan permet d´avoir une idée des entrées fortifiées de la ville, qui seront pour la plupart détruites dans les années 1790.

En 1791, le tracé de la limite de la commune de Confolens, partagée jusqu´alors entre trois paroisses principales et deux évêchés, donne lieu à discussions. Plusieurs immeubles sont saisis ou vendus comme bien nationaux : l´hôtel Dassier-des-Brosses, le palais de l´élection, le manoir des comtes, le donjon, etc. La ville devient siège de sous-préfecture. Le 30 brumaire an II (20 novembre 1794), les titres et papiers rappelant les droits féodaux sont brûlés sur la place publique (acte transcrit par Babinet de Rencogne, 1865).

Le 31 mai 1806, suite à un orage qui rompt les digues des étangs de Brigueuil, le Goire provoque des dégâts considérables, emportant le pont de l’Écuyer, coupant le pont du Goire et endommageant trois moulins et une dizaine de maisons, dont une sur la commune de Saint-Maurice-des-Lions.

Ce plan cadastral de 1826 nous donne un état de la ville avant les travaux importants qu´elle va connaître dans les trois décennies suivantes.

La route principale passait alors par l´étroite rue du Soleil et le pont sur le Goire. Malgré la démolition du pont-levis et de la porte du Goire, ce passage restait trop étroit. Un nouveau pont est donc construit en aval en 1840, et la rue dite du Pont-Larréguy est percée à travers un îlot préexistant. Toujours dans le souci de faciliter la circulation, un plan d´alignement est dressé par l´agent-voyer Vincent en octobre 1840. Même s´il n´est définitivement approuvé qu´en 1873, les boutiques adossées à l´église Saint-Maxime et un petit îlot construit sur ce qui devient la place du Marché commencent à être démolis. Le reculement des façades sur la Grand-Rue, devenue rue du Maquis-Foch, prévue dès cette époque, n´interviendra finalement que plus tard. Dans un souci d´hygiène, dans les mêmes années 1840, le cimetière Saint-Maxime, situé à la confluence du Goire, est transféré, avec le cimetière Saint-Barthélemy, à l´extérieur de la ville, et un abattoir, destiné à éviter les abattages par les boucheries dispersées dans la ville, construit à cet emplacement.

En 1848, les ateliers nationaux sont créés pour résorber le chômage en France. Dans ce cadre, il est décidé de construire un nouveau pont sur la Vienne, à l´amont du Pont-Vieux. Son emplacement est prévu à la sortie des escaliers monumentaux des allées de Blossac. L'afflux des ouvriers explique peut-être le pic démographique du recensement de 1851 (la population de Confolens passe de 2787 habitants en 1846 à 3113 en 1851, avant de redescendre à 2720 en 1861), ainsi que l'autorisation d'ouverture d'une maison close rue du Pont-de-l'Ecuyer. Il semble que ce chantier ait été houleux avec des rixes qui firent un moment envisager la venue de soldats.

La construction d´édifices publics se poursuit : la sous-préfecture, jusqu´alors hébergée dans des locaux loués, est construite sur les plans d´Abadie en 1853, les prisons (près de l´actuel Hôtel-de-Ville) par le même architecte en 1857/1859, enfin le palais de justice, dont l´emplacement est longuement discuté, par l´architecte départemental Dubacq en 1868.

En 1873 est dressé un plan du périmètre de l'octroi par l'architecte Audouin fils (texte et illustrations en annexe de ce dossier). Ce plan permet de se rendre compte des travaux menés surtout sur la rive gauche en 50 ans à Confolens.

La construction de l'usine à gaz, à l´emplacement des actuels locaux d´EDF/GDF, est autorisée le 5 mars 1881 à M. Auguste Eichelbrenner, ingénieur civil et concessionnaire de l'éclairage au gaz depuis le 3 novembre 1880.

Dans les années 1880 toujours sont construites deux écoles, l´une au sud du lycée installé depuis le début du XIXe siècle dans l´ancien couvent des récollets, l´autre dans le quartier Saint-Barthélemy, à l´emplacement d´un ancien petit cimetière protestant (aujourd'hui locaux administratifs, 1 rue Auguste-Duclaud).

La gare de Confolens est inaugurée en 1887. Elle ne reçoit dans un premier temps que les trains venant de Roumazières. L´extension de la ligne vers Le Vigeant est ouverte le 1er mai 1901, et c´est finalement en juillet 1913 que le tronçon du Petit-Mairat, tramway à vapeur sur voie étroite, permet une liaison en plus de cinq heures d´Angoulême à Confolens par Champagne-Mouton. Le secteur de la gare et l´entrée de ville vers Poitiers (rue Auguste Duclaud) se développe à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Sur un plan de 1887, la route de Limoges (aujourd'hui avenue du Général-de-Gaulle) était plantée d'arbres de part et d'autre. En 1889, l'agent-voyer dresse un plan d'ensemble des rues et des places publiques. En 1891, la population de Confolens revient à 3068 habitants.

La préoccupation est alors de doter la ville d´une nouvelle halle couverte, les anciennes s´étant progressivement effondrées au cours du XIXe siècle. C´est finalement l´architecte Wiart qui est retenu, avec un projet à charpente métallique qui fit couler beaucoup d´encre. Situé à proximité de l´abattoir, le bâtiment est ouvert aux transactions fin 1893.

A la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l'évacuation des eaux pluviales et l'alimentation en eau conduisent à de nombreux travaux. Un réservoir est construit en 1889 pour alimenter l'hôpital. En 1891, deux aqueducs sont mis en place pour débarrasser la rue des récollets des eaux pluviales. En 1911, un projet d'adduction d'eau potable très complet, avec avis de la commission, est abandonné. Un nouveau projet est proposé en 1924.

Après la Première Guerre mondiale, la population de Confolens s´effondre : si le conflit fit une centaine de victimes, la population perd près de 500 personnes entre les recensements de 1911 et 1921, passant de 3088 à 2551.

Le principal chantier des années 1920 est le transfert de l´abattoir à l´extérieur de la ville, à proximité de la gare (actuels ateliers municipaux, dits le Casino). Les prisons sont fermées en 1926. Par ailleurs, la ligne de chemin de fer Confolens-Le Vigeant est fermée au trafic voyageurs en 1938, mais le trafic de marchandises est maintenu jusqu'en 1978. La voie est déclassée en octobre 1979, et la section sud est désormais utilisée pour le tourisme (vélo-rail).

Dans l´entre deux guerres, la population de Confolens remonte progressivement.

Le Maquis Foch, qui a donné son nom à l´ancienne Grand´Rue, comptait environ 750 hommes en juillet 1944 : formé par la réunion de plusieurs groupes de Résistance du Nord-Charente, il était à l´origine implanté dans les alentours d´Alloue. Il devient très itinérant en raison de sa proximité avec les colonnes de représailles allemandes et participe aux combats d´Ambernac du 27 juillet 1944, où près de 700 maquisards résistent à une forte colonne allemande. Après avoir pris part à la libération du Nord-Charente (Champagne-Mouton le 13 août puis Ruffec le 2 septembre 1944), ces groupes, devenus bataillon puis régiment, continuent le combat sur le front de l´Atlantique, dans le secteur de La Rochelle. Confolens n´eut pas à subir de destructions du fait de ce conflit.

Dans les années 1950, un collège est construit près de Saint-Barthélemy, puis une nouvelle gendarmerie (1958). Dans les années 1960/1970, la ville profite de la prospérité des Trente glorieuses et plusieurs projets importants sont menés à bien : le nouvel abattoir (1970/1978), le plus important de France pour les caprinés, les premiers lotissements (à partir de 1963 et surtout 1970), un nouveau lycée à l´extérieur de la ville (1973), la rocade de contournement de la ville (1976), la bibliothèque centrale de prêt (devenue annexe de la bibliothèque départementale de prêt de la Charente). Deux zones à vocation commerciales et industrielles voient le jour en périphérie de la ville, aux entrées nord (route de Poitiers) et sud (route de Limoges).

En 1982, la population dépasse à nouveau les 3000 habitants, avant de connaître un léger fléchissement : le recensement de 1999 dénombrait 2855 habitants sans double compte. Le recensement partiel de 2004, avec les doubles comptes, fait état de 3065 habitants.

Aujourd'hui (2006), la population de Confolens comprend près de 32 % de personnes de plus de 60 ans (contre 21 % au niveau national) et 33 % de foyers ne comptant qu´une personne. L´hôpital et les deux maisons de retraites sont les principaux employeurs de la ville. L´usine Legrand, avec 200 employés, est quant à lui le premier employeur industriel. Seule une vingtaine d´établissements sur les 180 de la commune compte plus de 10 salariés.

De nombreuses maisons du centre-ville sont inoccupées ou rachetées comme résidences secondaires (3,8 % des 1388 logements comptés en 1999 par l´Insee), notamment par des ressortissants de Grande-Bretagne et des Pays-Bas, ce qui se traduit par un solde migratoire positif de près de 1 % entre 1990 et 1999.

Les services publics demeurent bien présents avec la sous-préfecture, un tribunal d´instance (présidé par un juge d´instance du TGI d´Angoulême), une compagnie de gendarmerie (avec une brigade territoriale, une brigade motorisée et depuis l´automne 2004 une brigade de recherches), un centre des impôts (doté d´une recette principale), une inspection de l´éducation nationale, un lycée d´enseignement général, un centre hospitalier doté d´un service d´urgence, une agence locale de l´emploi (ANPE), une circonscription d´action sociale et un centre médico-social du Département, une agence EDF-GDF, une antenne de la chambre d´agriculture, une antenne de la chambre des métiers, une trésorerie, une subdivision de l´équipement et deux collèges (un public et un privé).

La ville compte sur l´éventuel passage de l´autoroute Nantes-Limoges par Confolens pour la désenclaver et sur l´agrandissement de l´abattoir pour dynamiser son économie.

Elle bénéficie depuis 1958 du rayonnement international de son festival " Arts et traditions du monde " : chaque année au mois d´août, cette manifestation draine dans Confolens des dizaines de milliers d´amateurs de danse folklorique.

C´est un temps fort qui permet au plus grand nombre d´apprécier les conditions de conservation et de mise en valeur du patrimoine de la ville, gérée depuis 1993 par une ZPPAU (zone de protection du patrimoine architectural).

Édifiée de part et d´autre de la Vienne, la ville de Confolens est située à 65 km d´Angoulême, 55 km de Limoges et 70 km de Poitiers. En 1999, l´Insee comptait 1388 logements. L´Inventaire général du patrimoine culturel, mené en 2004/2005, a étudié environ 650 édifices dans la partie agglomérée du centre-ville et 70 dans la zone périphérique et rurale.

L´axe routier majeur traversant l´arrondissement, la RN 141, passe à près de 20 km au sud de la ville. Confolens n´apparaît donc pas au sens strict comme la ville-centre de l´arrondissement et, au plan économique, elle doit compter avec la concurrence de Chasseneuil-sur-Bonnieure, Roumazières-Loubert et Chabanais qui disposent d´un réseau d´entreprises plus dense et sont beaucoup mieux reliées à Angoulême et Limoges. Cet isolement semble renforcé depuis l´été 2006 par l´interdiction de circuler des poids-lourds sur la RD 951 (axe Saint-Claud-Bellac, qui était une voie secondaire du trafic entre Angoulême et Limoges).

La ville de Confolens est située à la confluence (dont elle tire son nom) de la Vienne et du Goire. Ville frontière, elle est partagée par la Vienne entre les diocèses de Limoges sur la rive droite et diocèse de Poitiers sur la rive gauche. En 1791, la commune a été constituée à partir des paroisses de Saint-Maxime, Saint-Barthélemy, Saint-Michel et pour partie Esse et Ansac. Sa superficie couvre 19 kilomètres-carrés. De nos jours, la Vienne constitue la limite séparative entre les cantons de Confolens nord et Confolens sud. Siège de sous-préfecture, Confolens est néanmoins une commune peu densément peuplée (151 habitants par kilomètre-carré).

En matière de transports en commun, la desserte ferroviaire pour voyageurs de Confolens par le Petit-Mairat a disparu peu après la Libération. Aujourd´hui, la gare la plus proche, celle de Roumazières-Loubert, est à 17 km (ligne Angoulême-Limoges). De plus, en matière de transports en commun, il n´existe plus aucune desserte de Confolens à destination de Limoges ou de Poitiers ni même de possibilités de rabattement vers les gares SNCF les plus proches de Chabanais et Roumazières. Seul l´axe Confolens-Angoulême est desservi deux fois par jour par une liaison routière conventionnée par le Département de la Charente mais qui exige plus de 2 heures pour parcourir le trajet.

Le territoire de la commune de Confolens peut être divisé en trois entités :

- la zone urbaine divisée par la Vienne ;

- la zone péri-urbaine avec un habitat individuel résidentiel, les lotissements et les zones industrielles et commerciales ;

- la zone rurale.

La zone rurale

Sur le territoire de la commune de Confolens, la zone rurale ne se distingue pas de ce qui a été observé sur le territoire de la communauté de communes. La plupart des fermes figure sur la carte de Cassini (fin du XVIIIe siècle) et sur le cadastre de 1826. Certaines de ces fermes sont trop remaniées et n'ont donc pas été étudiées : Chez-Barrat, la Borde, la Cote, les Jardins (à l'ouest des allées de Blossac), la Grange-Boireau, les Papauds. D'autres ont disparu et seule la toponymie en garde un souvenir, comme pour le hameau de Fanouillac. De même, les nombreuses cabanes de vignerons ont quasiment toutes disparu : au nord et à l'ouest des Essandries (anciennes parcelles A 252, 245, qui existe toujours sous le numéro OA 159 mais n'a pas été visitée, A 237, A 231), sur le plateau qui domine le quai du Goire (parcelles A 120, 119 et A 294 aujourd'hui cadastrée AD 41, non visitée). Les extraits du cadastre ancien de ces écarts sont liés à une fiche spécifique écarts.

La zone péri-urbaine

La périphérie de la ville est occupée par quelques lotissements ou groupes de maisons individuelles qui ont peu à peu rejoint l´ancien champ de foire qui se tenait autour de la Commanderie.

Les organisations avec plans concertés sont rares. Certains établissements publics ont été repoussés au XXe siècle dans la périphérie tels la gendarmerie et le lycée. C'est également dans cette zone que se trouvent quelques villas et manoirs, ainsi que les zones commerciales. Un seul immeuble HLM a été construit en 1965, à l´emplacement de l´ancien champ de foire Saint-Barthélemy. Les autres maisons de cette zone relèvent de l´aménagement pavillonnaire : elles sont plutôt en rez-de-chaussée avec un étage maximum, entourées d´un jardin. Dans les trois lotissements, seule une petite partie a un plan concerté, et certaines relèvent du parc social. Les deux zones commerciales et industrielles, route de Poitiers et route de Limoges, ne présentent pas de caractère particulier. A noter cependant que sur la route de Lessac, au-delà de la gare, se trouvent réunis l´abattoir, le centre de secours et le nouveau gymnase, alors que la gendarmerie, le lycée et les deux maisons de retraite se situent aux abords de la route de Limoges. Le camping et la station d´épuration ont été installées sur la rive droite de la Vienne, sur la route de Saint-Germain. Le stade, la piscine et les équipements sont sur la commune d´Ansac-sur-Vienne, avec une troisième zone à vocation commerciale.

La zone urbaine

Sur le plan de Confolens au XVIIIe siècle, la ville se limite à la zone incluse dans les remparts entre la Vienne et le Goire. Les autres parties sont mentionnées comme des faubourgs : " paroisse le faux bourg St-Michel " ; " fauxbourg du pont de Goire " ; " fauxbourg d'Ansac " ; " faubourg de la Fontorse renfermé dans les portes de ville " ; " fauxbourg de St Barthélemy ".

La présence de la Vienne a conduit la ville à se développer en deux grands ensembles, la rive gauche (quartiers de la Fontorse et de Saint-Barthélemy) et la rive droite, limitée entre la Vienne et le Goire et qui s'étend jusqu'au quartier Saint-Michel.

La ville s´organisait autour des trois églises, Saint-Barthélemy, Saint-Maxime et Saint-Michel. Elle concentre :

-le centre administratif : donjon, palais de l´élection et la Salle au Moyen-Âge ; hôtel de ville, tribunaux, prisons, lycée, collège, gendarmerie, sous-préfecture, etc. pour l´époque contemporaine ; la plupart de ces édifices a connu plusieurs emplacements successifs qui sont représentés sur des plans séparés afin d´en faciliter la compréhension ;

- un centre commercial : boutiques, foires, halles, auberges et hôtels de voyageurs ;

- un centre résidentiel : logements individuels, immeubles.

Les diverses occupations du centre urbain sont intimement mêlées dans le tissu bâti très dense, où se côtoient maisons à pans de bois (une soixantaine, avec un étage et un comble à surcroît), hôtels particuliers (une douzaine) et maisons de ville. Les immeubles de rapport sont rares. Les immeubles sont plus hauts dans le quartier Saint-Maxime (R+2 ou R+3) que dans l´ancienne paroisse Saint-Michel ou sur l´autre rive, quartiers de la Fontorse et de Saint-Barthélemy (R+1). Les commerces, qui occupent les rez-de-chaussée, se concentrent surtout dans l´ancien quartier Saint-Maxime, dans les rues qui environnent cette église. De nombreuses boutiques sont cependant aujourd´hui abandonnées.

Annexes

  • Seigneurs de Confolens après sa séparation de la pricipauté de Chabanais.

    1514 : François de Ferrière, également seigneur de Tiffauges, Pauzauges et Maligny.

    Jean de Ferrière, son fils, décédé sans descendance.

    Jean de Vauvillars, neveu de François de Ferrière.

    1603 : Joachim de Châteauvieux, seigneur de la Villatte (à Ansac) et comte de Confolens, capitaine des gardes écossaises, décédé à Paris en 1615.

    Confolens revient à son petit neveu, René de Vienne, comte de Châteauvieux et de Confolens.

    Marie-Françoise de Châteauvieux, fille de René de Vienne, épouse en 1649 Charles, duc de la Vieuville, et transmet ses terres de Confolens à Charles-Emmanuel de la Vieuville (1669), qui épouse Marie-Anne de Saint-Chamond en 1684.

    Charles Louis Auguste de la Vieuville, né en 1726, colonnel d'un régiment d'infanterie (réside à Paris)

    Charles-Louis-Auguste de la Vieuville, né le 6 juin 1766, pair de France.

    Charles Emannuel de la Vieuville, conseiller du duc d'Orléans.

    Charles Louis Joseph de la Vieuville, garde du trésor royal.

    Charles Louis Auguste de la Vieuville. Ruiné, il vend ses terres de Confolens le 16 février 1786 au marquis Claude de Nieul, qui rétrocède les dîmes dépendant de Confolens et de la Villatte à son frère Alexis-Benjamin-François Poute, marquis de Nieul-le-Virouil.

    1786 : Alexis-Benjamin-François Poute, marquis de Nieul-le-Virouil et comte de Confolens, nommé pour l'élection de Confolens. Décède le 31 août 1787 à Poitiers.

    1787 : ses biens reviennent à son frère, Claude Arnoul de Nieul, maréchal de camp.

    1792 : les biens de Claude Arnoul de Nieul sont saisis comme biens nationaux.

  • Texte sur les limites de l'octroi, A. D. Charente, Série O, Confolens, 672.

    Texte porté en marge du plan.

    " Limites de l'octroi.

    Le rayon de l'octroi de Confolens comprend : toutes les habitations renfermées dans les limites ci-après désignées, à savoir : tout le territoire inclus du côté nord de cette ville partant des bords de la Vienne, suivant la limite nord du pré de Mr Duvignaud, traversant la route de Bellac, passant par la croix Ste Marthe, remontant le chemin de Villevert que l'on quitte au-dessous de la Grange-Peyraud pour prendre la voie conduisant au pré Matillet longeant le buisson qui sépare le dit pré de la vigne de Mr de Landrevie et allant en ligne droite à la porte Chaperon, suivant la rive droite du Goire jusqu'au pont de l'Ecuyer que l'on traverse pour remonter ladite rivière jusqu'au gué de Trape, remontant le buisson qui sépare les prés de Mr Dassit et de Mr Moureau, suivant ensuite le buisson du pré Muraille, celui-ci compris, arrivant par la voie chez Lasin, au chemin de Saulgond que l'on traverse pour suivre le buisson le plus rapproché du village de Chez-Rangeon renfermant le pré appelé de la fontaine chez Lasin, se suivant dans son circuit jusqu'à la terre de Mr Dassit joignant la route de Limoges que l'on traverse vis-à-vis le chemin qui conduit à la borderie de Chez Poüessant, suivant le dit chemin jusqu'au buisson de la terre des Frémies pour atteindre celui qui sépare le pré et la terre des Papeaux, arrivant en suivant une ligne droite à la Vienne que l'on traverse en se dirigeant au-dessous des moulins chez Peyroux à la limite de la commune, remontant le ruisseau de la Tulette jusqu'au buisson du pré de Mr Trichard qui se sépare de celui de Mr Montvallier suivant le buisson du plantier appelé clos Jalandon jusqu'au pré Barbazan, icelui compris, prenant par la voie appelée Lapine, la remontant jusqu'au chemin qui conduit à la croix de St Georges sur la route de Pressac que l'on descend jusqu'au sentier traversant la terre dépendant de Chez Barat, suivant le sentier traversant un pré de Mr Sautereau, prenant le chemin à droite conduisant à celui du Mas du Breuil que l'on traverse pour suivre le petit chemin au dessus du pré Maumelon, traversant le chemin de Confolens à Négrat, pour suivre jusqu'à la Vienne le buisson qui sépare des Borderies au pré du Cheminade, traversant de nouveau la Vienne pour rejoindre la première limite dans le pré du sieur Duvignaud ".

  • Plan d´alignement de Confolens

    Signatures sur les plans :

    « Levé et dressé par l´agent-voyer et ancien / géomètre de première classe, soussigné / Confolens, le 8 Xbre 1840. / Signé : Vincent »

    « Vérifié et certifié exact, / pour le géomètre en chef, soussigné. / Angoulême le 25 janvier 1841 / Signé : A. Virton »

    « Vu et approuvé conformément / à notre arrêté de ce jour. / Angoulême, le 25 avril 1873. / le préfet de la Charente, / signature illisible. »

    En-tête des commentaires de l´alignement rue par rue :

    « Aujourd´hui premier octobre mil huit cent quarante, la commission nommée par le Conseil municipal / de la ville de Confolens, choisi parmi les membres de ce conseil et composée de Mrs Lamartinie, Marroussem et Martin, / tous trois habitans [sic] de cette ville, s´est réunie à Mr Vincent, Agent-voyer secondaire chargé de la direction du plan / d´alignement de ladite ville de Confolens, a [sic] l´effet de fixer invariablement les divers alignements qu´il conviendrait d´établir / sur le plan pour faire exécuter ultérieurement sur le terrain le redressement des voies publiques après les changements qui / pourraient avoir lieu d´ici à l´approbation de ce projet d´alignement. // La commission dans le but de favoriser la circulation et d´embellir la ville a décidé que les directions d´alignement / fussent établies sur de larges bases ; mais elle a dû reculer devant les obstacles ; toutes fois [sic] pour concilier l´intérêt général et / l´intérêt privé, les divers alignemens [sic] ont été tracés et décrits de la manière suivante : »

    Suivent plusieurs pages de descriptions rue par rue des changements à apporter.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Documents sur Confolens.

    Archives nationales, Paris : série F 19 (cultes)
  • Dossiers sur Confolens.

    Archives nationales, Paris : F/21/46, dossier n° 2 (série artistes)
  • B50 80 : 1701, 9 février : rixe à l'auberge des Trois Empereurs. B50 90 : 1760 : mention de l'auberge du Grand-Cerf.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : série B, mentions d'auberges (documents cités par P. Boulanger, 1992)
  • 1662, 17 octobre : mention de Guillaume Pinot, sieur de Vérinas, et son épouse Catherine Riffaud, pour leurs " lieu, maison, vigne et jardin appellés la tinture situés dans la paroisse d'Esse ".

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2E 8368, Documents sur les tanneurs, cités par P. Boulanger, Promenade à travers..., 2003, p. 101.
  • - 2E 8365 : 1648, 23 décembre : mention d'une auberge à l'enseigne du Dauphin. - 2E 8365 : 1649, 10 décembre : auberge à l'enseigne de Saint-Barthélemy, dans le faubourg Saint-Barthélemy. - 2E 6423 : 1685, 23 novembre : mention de plusieurs auberges où sont logés les dragons, soit une à l'enseigne du Soleil dans le faubourg de Saint-Michel, une à enseigne de l'Etoile appartenant à Pierre Marchesson, une à l'enseigne de Saint-François, faubourg Saint-Barthélemy, appartenant à Anthoine Dequercy. - 2E 8428 : 1693, 14 mai : logis à l'enseigne du Dauphin, faubourg du Pont-du-Goire. - 2E 1747 : 1747, 10 juin : auberge à l'enseigne du Soleil. - 2E 2493 : 1748, 20 octobre : mention de l'auberge à enseigne de Mortier d'Or, paroisse de Saint-Maxime, appartenant à M. Perret. - 2E 2495 : 1757, 31 janvier : auberge de la veuve Barrier à enseigne du Marronnier d'Inde. - 2E 2496 : 1761, 20 février : auberge du sieur Jarrodie à enseigne du Soleil d'Or.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : série 2E, mentions d'auberges (documents cités par P. Boulanger, 1992)
  • 1773, 7 juin : plainte sur les nuisances engendrées par la présence de la tannerie de Lagrange à proximité du pont du Goire.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : J 656 (document cité dans Boulanger, Promenade à travers..., 2003, p. 98)
  • Texte transcrit par P. Boulanger (1992). Extrait des délibérations du Directoire du district de Confolens au sujet des limites de la commune.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : L 1232, folio 45 recto et suivants.
  • Procès-verbaux manuscrits des sessions du conseil d'arrondissement et pièces annexes.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2 N 21. Conseil d'arrondissement, An IX-An XIII.
  • Procès-verbaux manuscrits des sessions du conseil d'arrondissement et pièces annexes.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2 N 22. Conseil d'arrondissement, An VIII-1809
  • Conseil d'arrondissement, An VIII-1820. Procès-verbaux manuscrits des sessions du conseil d'arrondissement et pièces annexes.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2 N 23
  • Procès-verbaux manuscrits des sessions du conseil d'arrondissement et pièces annexes, An VIII-1845.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2 N 24. Conseil d'arrondissement, An VIII-1845.
  • Procès-verbaux manuscrits des sessions du conseil d'arrondissement et pièces annexes (1846-1900).

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 2 N 25. Conseil d'arrondissement, 1846-1900.
  • - 1911 : projet d'adduction d'eau et rapport de la commission [projet non réalisé]. - 1924 : projet d'adduction d'eau potable.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 675, Confolens
  • 1874, 20 août : achat par la ville de la propriété Fougerat sise près de l'église Saint-Maxime.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 672, Confolens
  • 1874, 16 octobre : achat par la ville aux héritiers Coussy d'une échoppe sise près de l'église Saint-Maxime.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 672, Confolens
  • 1881, 31 décembre [date de validation par le préfet] : projet d'une maisonnette pour dépôt de poudres à construire par la ville de Confolens.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 673, Confolens
  • 1891. Construction de deux aqueducs rue des Récollets pour mieux collecter les eaux pluviales.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 674, Confolens
  • École de filles, 1931-1938. 1931 : projet d'agrandissement de l'école de filles située route d'Ansac (en fait avenue du Général-de-Gaulle). 1936 : les filles sont provisoirement hébergées dans les anciennes prisons près de l'hôtel de ville. 1938 : projet d'école de filles avenue de Blossac, sur l'ancien champ de foire, par Roger Baleix, architecte. Projet non réalisé.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 676, Confolens
Documents figurés
  • " Plan de Confolens dressé à l'occasion du procès contre les tanneurs, fin XVIIIe siècle ". 30 x 45 cm. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : J 625 cartes et plans
  • " Plan d'alignement de Confolens, 1840, validé par le préfet en 1873 ". Vincent, agent-voyer secondaire.

    Archives municipales, Confolens
  • " Tracé d'une partie de rue conduisant, au sortir de la ville de Confolens, des Récollets à Saint-Michel, exécuté sur la rive droite de la Vienne suivant l'axe du nouveau pont, partie comprise entre la route nationale n° 148 et le chemin dit de juillet ou la voie de Saint-Michel au moulin de la Roche. Longueur du tracé 190 m ". 24 février 1849. [Signature illisible]. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 671, Confolens
  • " Plan et coupe du bâtiment appartenant à la veuve Raymondet et devant être acheté par la commune pour destruction ". 1849. Martin. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 671, Confolens
  • " Carte de Confolens publiée par le dépôt de la guerre, 1850 ". 1850, éch. 1/50000, h = 96 cm, la = 140 cm.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 202 cartes et plans
  • " Périmètre de l'octroi ". 25 avril 1873. Audouin fils. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 672, Confolens
  • " Plan dressé à l'occasion d'une enquête de commode et incommode en vue du changement du droit de passage de la commune de Confolens au lavoir-abreuvoir de Puygrenier ". Confolens, 9 janvier 1874 [visé par le secrétaire général de la préfecture de la Charente le 14 février 1874]. Audouin fils, agent-voyer. Ech. 1/1250. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 672, Confolens
  • " Plan des maisons à acquérir pour démolition et des maisons soumises à alignement aux abords de Saint-Maxime ". S.d. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 671, Confolens
  • " Plan de la propriété Fougerat adossée à l'église Saint-Maxime ". Confolens, 25 avril 1874 [contreseing du secrétaire général de la préfecture de Charente, 20 août 1874]. Audouin fils, agent-voyer. Ech. 0,04. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 672, Confolens
  • " Plan de la propriété Coussy adossée à l'église Saint-Maxime ". Confolens, 16 octobre 1874. Audouin fils, agent-voyer. Ech. 0,03. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 672, Confolens
  • " Extrait du plan cadastral pour modification du chemin n° 30 et implication sur la localisation de la poudrière ". 15 octobre 1880. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 673, Confolens
  • " Plan de la poudrière ". Confolens, 10 janvier 1880 [contreseing du secrétaire général de la préfecture de Charente, 31 décembre 1881]. Audouin. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 673, Confolens
  • " Croquis de Confolens, Charente. Vieilles maisons du quartier Saint-Barthélemy dont la maison de Dom Antoine Rivet de la Grange ". S.d. [vers 1930]. Morand. Croquis. H = 27, la = 21 [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 910 P
  • " Plan de l'agrandissement de l'école des filles ". Confolens, 1887. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 673, Confolens
  • " Plan d'implantation de la poudrière ". Confolens, 10 janvier 1880 [contreseing du secrétaire général de la préfecture de Charente, 31 décembre 1881]. Audouin. Ech. 1/500. Plan [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 673, Confolens
  • " Plan d'ensemble des rues et places publiques de Confolens ". Confolens, 15 mai 1889. Agent-Voyer. Ech. 1 : 2000 [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 675, Confolens
  • " Album de cinquante photographies de Confolens et ses environs ". 1893-1896. L = 12 cm, la = 17 cm [partiellement reproduites dans les dossiers illustrations concernés].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 915, album de photographies
  • " Neuf croquis rapides du clocher de Saint-Maxime, de vieilles maisons hors la ville, du château, de la pointe nord du jardin public au confluent de la Vienne et du Goire, vue d'ensemble de la vieille ville, vieilles maisons en ruines, vieux pont gallo-romain [sic] avec au loin les vieilles tours de Saint-Germain-sur-Vienne et le dolmen en granite de Périssac ". S.d. [vers 1930]. Morand. Croquis. H = 43,5, la = 32,5.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 912 G
  • " Plan d'alignement en bordure de la rue des Buttes, parcelles 12 et 14 ". 18 août 1924. Ech. 0,005.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 675, Confolens
  • Croquis. H = 24, la = 32,5 [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 911 G
  • " Projet [non réalisé] de l'école de filles allées de Blossac. Ensemble de 6 plans ". 1938. Baleix, Roger, architecte départemental. Ech. 0,01 ; 0,002 ; 0,005. Plans, coupes [reproduit dans le dossier illustrations].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O 676, Confolens
  • " Carte d'Etat Major n° 154, Confolens, levée par les officiers du corps d'Etat Major ". S.d., éch. 1/80000, h = 63 cm, la = 89 cm.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 111 G
  • " Plan topographique de Confolens ". 1953, Alajouanerie, géomètre-expert ; éch. 1/2000, h = 75 cm, la = 100 cm.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 29 G, cartes et plans
  • " Plan topographique de Confolens ; le centre ". 1953, Alajouanerie, géomètre-expert ; éch. 1/2000, h = 75 cm, la = 100 cm.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 30 G, cartes et plans
  • " Carte d’État Major de Confolens, type M ". I.G.N, 1958, éch. 1/50000, h = 55 cm, la = 72 cm.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 111 G
Bibliographie
  • Agulhon, Maurice. Les pénitents blancs de Confolens. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, 5ème année, n° 18, 1986.

    p. 12-13
  • Anonyme. Le dolmen de Périssat. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, 4ème année, premier semestre, n° 13 et 14, 1985.

    p. 24
  • Anonyme. Découverte fortuite. Les amis du vieux Confolens, n° 30, Juin 1989.

  • Anonyme. De quelques auberges de Confolens (XVIIème et XVIIIème siècle). Les amis du vieux Confolens, n° 43-44, sept-déc 1992.

  • Anonyme. Horlogerie, bijouterie Duchiron. Les amis du vieux Confolens, n° 58, juin 1996.

  • Anonyme. Chronogrammes confolentais. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, n° 34, 3ème trimestre 1990.

    p. 5-6
  • Anonyme. Toponymes. Les amis du vieux Confolens, 3ème année, n° 10, 1984.

    p. 14-19
  • Anonyme. Souterrains. Les amis du vieux Confolens, 4ème année, 1er semestre, n° 13-14, 1985.

    p. 25
  • Anonyme. Le général De Gaulle sort de la mairie de Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 65, mars 1998.

    p. 1-12
  • Anonyme. La formation de la commune de Confolens : 15 juillet 1791. Les amis du vieux Confolens, n° 43-44, sept-déc 1992.

    p. 18
  • Anonyme. Le plan cadastral de 1826. Amis du Vieux Confolens, n° 7, 3ème trimestre 1983.

    p. 2-3
  • Anonyme. A la recherche des murs de la ville. Les amis du vieux Confolens, 3ème année, n° 9, 1er trimestre 1984.

    p. 10
  • Anonyme. Théophile Gibouin. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, n° 17, 1986.

    p. 5-9
  • Anonyme. État des objets d'arts du département de la Charente. S.d.

  • Anonyme. Analyse de deux inventaires après décès. Les amis du vieux Confolens, n° 26, 2ème trimestre 1988.

    p. 3-6
  • Ardouin-Dumazet, Voyage en France, 15e série, Charentes et plaine poitevine, 2e édition, Paris : Berger-Levrault, 1905.

    p. 195-196
  • Babinet de Rencogne, Gustave, Procès-verbaux constatant le brûlement officiel des titres féodaux à Angoulême, Cognac et Confolens. II Procès-verbal constatant le brûlement officiel à Confolens de tous les titres et papiers rappelant les droits féodaux, 30 brumaire an II - 20 novembre 1764, Bulletins de la Société archéologique et historique de la Charente, 4ème s., t. 3, année 1865, 1866.

    p. 407-409
  • Babinet de Rencogne, Gustave, éd. Documents historiques sur l'Angoumois. Bulletins de la Société archéologique et historique de la Charente, 4ème s., t. 6, 1868-1869, 2ème partie.

    p. 240-241 [foires] ; 590 [châtellenie de Confolant, sic]
  • Barbier de Montault, Les fers à hosties de l'arrondissement de Confolens, Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1895.

    p. 206-207, 215-217
  • Bernard, Gilles. La tradition industrielle charentaise face à la crise. Norois, t. 30, 1983.

    p. 440
  • Bernardin, Daniel. Robert de Craon deuxième grand-maître de l'ordre des templiers. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, n° 18, 1986.

    p. 5-7
  • Biais, Émile. Catalogue du musée archéologique d'Angoulême. Bulletins de la société archéologique et historique de la Charente, 5ème s., t. 7, 1884-1885.

    p. 56
  • Bonnin, Maurice. La médaille de Sainte-Hélène. Les amis du vieux Confolens, n° 37, 1er trimestre 1991.

    p. 13-14
  • Boulanger, Pierre. Topographie de Confolens sous l'ancien régime. Les amis du vieux Confolens, n° 43-44, sept-déc 1992.

    p. 16-17, 18
  • Boulanger, Pierre. Promenade à travers les rues de Confolens, impr. Eclaircy, Confolens, 2003.

    p. 1-212
  • Boulanger, Pierre. Confolens au XIXe siècle, Saint-Maurice-des-Lions, 2006.

  • Boulanger, Pierre. À propos de toponymie. Les amis du vieux Confolens, n° 8, 4ème trimestre 1983.

    p. 3-7
  • Boulanger, Pierre. Le comté de Confolens en 1686. Les amis du vieux Confolens, 3ème année, n° 10, 1984.

    p. 9-13
  • Boulanger, Pierre. Quelques fragments d'un livre de comptes confolentais. Les amis du vieux Confolens, [n° 11], 3ème trimestre 1984.

    p. 5-6
  • Boulanger, Pierre. L´élection de Confolens (1714-1790). Bulletins et Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1997, n° 4.

    p. 215-231
  • Boulanger, Pierre. Sur le Confolentais au début du XVIIème siècle. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, n° 18, 1986.

    p. 10-12
  • Boulanger, Pierre. Les plus anciennes archives municipales de Confolens. Les Amis du Vieux Confolens, 5ème année, troisième trimestre, n° 19, 1986.

    p. 6
  • Boulanger, Pierre. Élégances confolentaises. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, 3ème trimestre, n° 19, 1986.

    p. 9
  • Boulanger, Pierre. Aperçu sur la population de Confolens au début du XVIème siècle. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, 3ème trimestre, n° 19, 1986.

    p. 10-12
  • Boulanger, Pierre. Élégances confolentaises. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, dernier trimestre, n° 20, décembre 1986.

    p. 14
  • Boulanger, Pierre. La vente des biens nationaux dans la commune de Confolens. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, 6ème année, 2ème trimestre, n° 22, juin 1987.

    p. 4-10
  • Boulanger, Pierre. Acte de mariage de François Pougeard du Limbert. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, 6ème année, 2ème trimestre, n° 22, juin 1987.

    p. 11
  • Boulanger, Pierre. Élégances confolentaises. Les amis du vieux Confolens, 6ème année, 2ème trimestre, n° 22, juin 1987.

    p. 14
  • Boulanger, Pierre. La vie quotidienne. Bulletin de la société LesLes amis du vieux Confolens, 6ème année, dernier trimestre, n° 24, 1987.

    p. 9-13
  • Boulanger, Pierre. Le milieu rural en Charente limousine. Angoulême : C.D.D.P. de la Charente, 1984. - 100 p.

  • Boulanger, Pierre. La vie quotidienne. Comment payer : le prix de quelques denrées à Confolens à la fin du XVIIème siècle. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, n° 25, 1er trimestre 1988.

    p. 3-4
  • Boulanger, Pierre. Un coût d'un enterrement au XVIIème siècle. Les amis du vieux Confolens, n° 25, 1er trimestre 1988.

    p. 6-7
  • Boulanger, Pierre. La fabrication du parchemin à Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 26, 2ème trimestre 1988.

    p. 11
  • Boulanger, Pierre. La vie associative à Confolens au XIXème siècle. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, n° 36, 4ème trimestre 1990.

    p. 12-14
  • Boulanger, Pierre. Chez un orfèvre de Confolens (1752). Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, nov. 1996.

    p. 9
  • Boulanger, Pierre. Les moulins à céréales de l'arrondissement de Confolens (Charente). Bulletin de la société d'études folkloriques Centre-Ouest, t. 19, 1985.

    p. 79-81
  • Boulanger, Pierre. L'outillage d'une tannerie confolentaise. Bulletin de la société d'études folkloriques du Centre-Ouest, t. 16, 1982.

    p. 110-111
  • Boulanger, Pierre. En parcourant les archives de la justice du comté de Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 47-48, nov. 1993.

    p. 5-13
  • Boulanger, Pierre. En parcourant un almanach. Les amis du vieux Confolens, n° 54, juin 1995.

    p. 18-19
  • Boulanger, Pierre. Les comptes des consuls de Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 55-56, nov. 1995.

    p. 4-7
  • Boulanger, Pierre. Chez nos ancêtres de l'ancien régime, exemples pris en région confolentaise. Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, nov.1996.

    p. 5-8
  • Boulanger, Pierre. Un lieu-dit oublié de Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 62, juin 1997.

    p. 24
  • Boulanger, Pierre. A Confolens pendant la grande guerre. Les amis du vieux Confolens, n° 66, juin 1998.

    p. 3-15
  • Boulanger, Pierre. Nouveaux chemins. Les amis du vieux Confolens, n° 71-72, nov. 1999.

    p. 28
  • Boulanger, Pierre. La mort de Jean Teillet. Les amis du vieux Confolens, n° 41, mars 1992.

    p. 6
  • Boulanger, Pierre, Poitevin, Maurice de, Giraud, Joël. La Révolution française, 1789-1799, à Confolens. Projets éditions, 1988.

    234 p
  • Caumartin, Paulette. Un livre de comptes (papiers pour servir à Jacques Bacle pour sa maitaierie de Neuville...). Les amis du vieux Confolens, n° 25, 1er trimestre 1988.

    p. 4-6
  • Caumartin, Paulette. Les noms des rues de Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 34, 3er trimestre 1990.

    p. 7-19
  • Caumartin, Pierre. L'inondation de 1806 - Crue du Goire. Les amis du vieux Confolens, 4ème année, n° 16, décembre 1985.

    p. 9
  • Caumartin, Pierre. La loge " La Parfaite Union " de Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 12, 4ème trimestre 1984.

  • Caumartin, Pierre. L'objet de l'indignation de l'A.G. Les amis du vieux Confolens, 2ème année, n° 5, mars 1983.

  • Caumartin, Pierre. Actualité archéologique. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, troisième trimestre, n° 19, 1986.

    p. 5
  • Caumartin, Pierre. A Confolens (Charente). Site et monuments, n° 89, 1980.

  • Caumartin, Pierre. Le secret de l'oncle Baptiste roman et réalité. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, dernier trimestre, n° 20, décembre 1986.

    p. 10-13
  • Caumartin, Pierre. La lutte contre la pauvreté (1780-1790). Les amis du vieux Confolens, n° 30, Juin 1989.

    p. 6
  • Caumartin, Pierre. Grilles de soupiraux et d'impostes à Confolens. Les Amis du Vieux Confolens, n° 33, 1er trimestre 1990.

    p. 11-21
  • Caumartin, Pierre. Découvertes fortuites. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, dernier trimestre, n° 20, décembre 1986.

  • Chauveaud, Jacques. Le secret de l'oncle Baptiste roman et réalité. Les Amis du Vieux Confolens, 6ème année, 1er trimestre, n° 21, mars 1987.

    p. 9-14
  • Comby, Jean. Chronique de la Charente. Les problèmes d'expansion du Confolentais. Norois, t. 13, 1966.

    p. 718-719
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

  • Dujardin, Véronique, Moinot, Émilie. Confolens, Charente, collection Parcours du patrimoine, n° 325, Geste éditions, La Crèche, 2007.

  • Dumont, Jacques. Un fantôme à Confolens en 1458. Les amis du vieux Confolens, 5ème année, n° 18.

    p. 4
  • Dumont, Jacques. Trois financiers confolentais en 1658 : Chazaud, De Lagrange et Maillard. Les amis du vieux Confolens, n° 26, 2ème trimestre 1988.

    p. 14-18
  • Dumont, Jacques. La confolentine d'Agricole Brac. Les amis du vieux Confolens, n° 51-52, nov. 1994.

    p. 31-44
  • Dumont, Jacques. La vie artistique à Confolens en 1941. Les amis du vieux Confolens, n° 69, mars 1999.

    p. 26-30
  • Dumont, Jacques. Protestants confolentais (XVIème-XXème siècle). Sociologie d'une disparition. In : D. Poton et A. Benoist dir., Catholiques et protestants dans l'Ouest de la France du XVIe siècle à nos jours, actes du colloque, Poitiers, 7-9 avril 1994.

    p. 291-302
  • Dumont, Jacques. Protestants confolentais (XVIème-XXème siècle). Sociologie d'une disparition. Les amis du vieux Confolens, n° 55-56, nov. 1995.

    p. 13-21
  • Dumont, Jacques. Actualité archéologique. Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, novembre 1996.

    p. 2-3
  • Dumont, Jacques. Les Chamborant à Villevert au XVIIème siècle. Les Amis du Vieux Confolens, 6ème année, troisième trimestre, n° 23, septembre 1987.

    p. 13
  • Dumont, Jacques. Géographie historique de Confolens sud. Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, nov. 1996.

    p. 28-38
  • Fabre, Bernard. Éléments de préhistoire confolentaise. Les amis du vieux Confolens, n° 47-48, nov. 1993.

    p. 3-4
  • Giraud, Joël. Les prénoms révolutionnaires à Confolens. Les amis du vieux Confolens, 3ème année, n° 9, 1er trimestre 1984.

    p. 11-12
  • Giraud, Joël. Vie politique et hebdomadaires confolentais sous la Troisième République. Les amis du vieux Confolens, n° 57, mars 1996.

    p. 14-23
  • Giraud, Joël. Les cahiers de doléances de la région de Confolens. Les amis du vieux Confolens, 4ème année, n° 15, 1985.

    p. 4-12
  • Giraud, Joël. La proclamation de la constitution de 1791 à Confolens. Les amis du vieux Confolens, 6ème année, premier trimestre, n° 21, mars 1987.

    p. 3-6
  • Giraud, Joël. Aménités confolentaises. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, 6ème année, deuxième trimestre, n° 22, juin 1987.

    p. 12-13
  • Giraud, Joël. La naissance du club des Jacobins à Confolens en 1791. Les Amis du Vieux Confolens, 6ème année, dernier trimestre, n° 24, 1987.

    p. 8
  • Giraud, Joël. La fête de la réunion républicaine, 10 août 1793. Les amis du vieux Confolens, n° 26, 2ème trimestre 1988.

  • Giraud, Joël. Confolens, cité immobile sous le second empire. Les amis du vieux Confolens, n° 30, Juin 1989.

    p. 2-3
  • Giraud, Joël. Une innovation exemplaire : les cantines scolaires du Confolentais au début du siècle. Les amis du vieux Confolens, n° 51-52, nov. 1994.

    p. 50-53
  • Giraud, Joël. Localisation d'un lieu-dit de la période révolutionnaire à Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 38, juin 1991.

    p. 10
  • Giraud, Joël. La vigne à Confolens d'après le cadastre de 1826. Les amis du vieux Confolens, n° 41, mars 1992.

    p. 12-17
  • Giraud, Joël. La vigne à Confolens d'après le cadastre de 1826 (suite). Les amis du vieux Confolens, n° 43-44, novembre 1992.

    p. 36-42
  • Imbert, Léo-Eugène, éd. Procès-verbal de vérification du comté de Confolens. Bulletins et

    Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 8ème s., t. 9, 1918.

    p. LXXXII-LXXXVI, CXI-CXIX
  • Kollmann, Virginie. Propositions pour une mise en valeur du patrimoine de la ville de Confolens. Mémoire de DESS sous la dir. Michel Valière. Poitiers : Association régionale pour la promotion de l'ethnologie en Poitou-Charentes (A.R.P.E.), 1989, 87 p.

  • La Bastide, Léonide de. Mémoire sur la généralité de Limoges. Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, huitième série, tome 23, 1933.

    p. 40
  • La Bastide, Léonide de. Communication à la séance du 8 juillet 1931. Bulletins et

    Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 8ème s., t. 21, 1931. [sur la voie romaine].

    p. LXVIII-LXIX
  • La Bastide, Léonide de. Les voies romaines et mérovingiennes dans le département de la Charente. Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de Charente, 8e s., t. 12, 1921.

    p. 31
  • Lacotte, R. Legrand, une expansion remarquable. Norois, t. 27, 1980.

    p. 559-561
  • Lascaux, Sophie. Un lit dans les inventaires après décès à Confolens au XVIIIème siècle. Les amis du vieux Confolens, n° 63-64, oct. 1997.

    p. 37-43
  • Lavillanderie, Charles de. Communication à la séance du 9 février 1938. Bulletins et

    Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1938. (Sur le dolmen).

    p. XLII
  • Lecointre-Dupont, Gérasime. Rapport sur une découverte de monnaies du Moyen-Age. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1ère s., t. 3, 1837.

    p. 195
  • Lecointre-Dupont, Gérasime. Essai sur les monnaies du Poitou et sur leurs divers types. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1ère s., t. 6, 1839.

    p. 349-350
  • Lièvre, Auguste-François. Les chemins gaulois et romains entre la Loire et la Gironde. Supplément. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 2ème s., t. 16, 1893.

    p. 473
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Mémoire en réponse aux questions 4, 5 et 6 du programme de la section d'histoire et d'archéologie du Congrès scientifique tenu à Bordeaux au mois de septembre 1861. In : Mém. Soc. Antiquaires de l'Ouest, 1ère série, t. 27, 1862.

    p. 78-80, 147-157
  • Lorthois, Catherine ; Quériaud, Louis. Confolens d'autrefois. Poitiers. Le Bouquiniste. Compte-rendu par Jean Tautou. Bulletin de la société d’études folkloriques Centre-Ouest, t. 13, 1979.

    p. 66
  • Marvaud, F. Répertoire archéologique du département de la Charente. Bulletin de la société archéologique et historique de la Charente, 3ème s., t. 4, 1862.

    p. 312-318
  • Mazière, abbé A. Communication à la séance du 14 avril 1920. Bulletins et Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 8ème s., t. 11, 1920.

    p. XLVIII-XLIX
  • N.D.L.R. À propos des armoiries de la ville de Confolens. Les Amis du Vieux Confolens, 5ème année, troisième trimestre, n° 19, 1986.

    p. 4
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : " Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente ". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes.

  • Pinard, Jacques. L'évolution démographique des communes rurales de plus 2000 habitants de la région Poitou-Charentes de 1821 à 1962. Norois, t. 13, 1966.

    p. 206
  • Piveteau, Joseph. Les deux séries de voies romaines de la Charente. Mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1968.

    p. 107
  • Piveteau, Joseph. Inventaire archéologique de la Charente gallo-romaine, Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1958.

    p. 81
  • Poitevin, Maurice de. L'ancien collège municipal de Confolens. Les amis du vieux Confolens, 6ème année, 3ème trimestre, n° 23, septembre 1987.

    p. 5-7
  • Poitevin, Maurice de. 31 mai 1806 : la terrible crue du Goire à Confolens. Les amis du vieux Confolens, n° 58, juin 1996.

    p. 2-5
  • Poitevin, Maurice de. L'octroi à Confolens (Charente) au début du XIXème siècle. Les amis du vieux Confolens, n° 58, juin 1996.

    p. 6-10
  • Quériaud, Jean-Louis. Les ostensions en Charente-Limousine. Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, n° 29, 1er trimestre 1989.

    p. 2-3
  • Quériaud, Jean-Louis. Louis Tisseuil, tisserand et musicien confolentais. Bulletin de la

    société Les amis du vieux Confolens, 5ème année, n° 18, 1986.

    p. 3
  • Reclus, Onésime. Préf. À la France ; Sites et monuments. - Paris (65, avenue de la Grande-Armée) : Touring-Club de France, [19--]. - Ill. ; 29 cm. - 20 : Angoumois et Saintonge (Charente - Charente-Inférieure). - 1904.

    p. 41-43
  • Souris, H. Les routes du Confolentais il y a plus de 50 ans. Les amis du vieux Confolens, 3ème année, n° 10, 1984.

    p. 6-8
  • Souris, H. L'état des routes dans le Confolentais (suite). Bulletin de la société Les amis du vieux Confolens, [n° 11], 3ème trimestre 1984.

    p. 3-4
  • Vanneaud, F. Le pays des brandes confolentaises à l'Ouest de la Vienne. [D.E.S. Lettres, section géographie, Poitiers, 1967] Norois, t. 15, 1968.

    p. 161
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.