Logo ={0} - Retour à l'accueil

Colonie de vacances de la ville de Bellerive-sur-Allier

Dossier IA17050451 réalisé en 2014

Fiche

Appellationsde la ville de Bellerive-sur-Allier
Destinationslotissement concerté
Dénominationscolonie de vacances
Aire d'étude et cantonÎle de Ré - Île de Ré
AdresseCommune : La Couarde-sur-Mer
Lieu-dit : Gros Buisson
Adresse : route
RN 735
Cadastre : 1828 C 4137, 4138, 4145-4147, 4152-4185, 4353-4359 ; 2014 AL 366

Entre 1949 et 1959 (23 août 1949, 11 août 1950, 15 novembre 1958 et septembre 1959), la ville de Bellerive-sur-Allier acquiert des héritiers Bourget plusieurs parcelles de terrain au lieu-dit Gros-Buisson, en bord de mer et à proximité de la forêt domaniale du Bois Henri IV.

Un premier plan dressé par l'architecte en janvier 1955 présente des bâtiments attenants les uns aux autres autour d'une cour centrale. En août 1959, un nouveau plan de la colonie offre un agencement différent des bâtiments qui sont tous isolés les uns des autres, répondant ainsi à la politique hygiéniste qui prône l'isolement des constructions afin de limiter les risques d'épidémie. Le bâtiment abritant le réfectoire et le logement du personnel, à l'entrée de la colonie, est légèrement modifié et le séchoir déplacé vers le sud.

Les travaux de construction des bâtiments de la colonie de vacances ne commencent qu'en 1959 sous la direction de l'architecte de La Rochelle Jean Grizet. Auparavant, des baraquements provisoires en bois accueillent les 96 enfants et les 20 membres du personnel. La première tranche de travaux consiste à construire un dortoir pour les filles et un autre pour les garçons, ainsi qu'une station d'épuration. Un préau, une salle de jeux, une chaufferie, des douches, un séchoir, une entrée et une clôture sont réalisés lors de la deuxième tranche de travaux. Enfin, lors d'une dernière campagne, sont édifiés une cuisine, un réfectoire, une conciergerie, un bâtiment pour la direction, un bâtiment pour le logement du personnel et une infirmerie.

En 1978, la ville de Bellerive-sur-Allier confie la gestion de la colonie à l'association départementale des Pupilles de l'Enseignement Publique. Au milieu des années 1990, la colonie de vacances est détruite et remplacée par une résidence de vacances locative.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1949, daté par source

L'ensemble des bâtiments, dont la disposition a été dictée par la morphologie du terrain, est groupé autour d'une cour centrale afin de faciliter la surveillance des colons et du personnel. Les constructions sont toutes en rez-de-chaussée. Pour des raisons de sécurité en cas d'évacuation, la porte d'entrée est côté cour. Le dortoir des filles est isolé de celui des garçons par la cour centrale. Les matériaux et le programme architectural ont été choisis dans le but de conserver le caractère vernaculaire : murs en moellon du pays, crépissages talochés et murs blanchis à la chaux, couvertures en tuile creuse de la région. Pour les sols, les matériaux utilisés ont été choisis pour leur qualité hygiénique (carrelage en grès dans les pièces de service) ou leur facilité de mise en œuvre (dallage en ciment dans les préaux, galerie, séchoir).

Les dortoirs forment deux ailes qui se font face à l'est et à l'ouest, ce sont des constructions en rez-de-chaussée, une galerie occupe toute la longueur de l'élévation sur cour. Une des extrémités du bâtiment abrite le dortoir des enfants divisé en trois pièces délimitées par deux boxs pour les surveillants avec des pièces sanitaires de chaque côté et une salle pour se déchausser. L'autre extrémité du bâtiment est réservée au logement des monitrices.

Au sud, un préau couvert est flanqué d'un atelier de bricolage et d'une pièce de travaux manuels. Le séchoir et le bâtiment des douches sont installés au sud-ouest de la colonie, derrière le dortoir des filles. Le logement du concierge forme un bâtiment isolé au nord-est de la parcelle.

Au nord, le bâtiment d'entrée de la colonie abrite, à l'est, un bâtiment en T occupé par la cuisine et le réfectoire. Un mur porteur sépare cette partie du bâtiment de la partie ouest qui est occupée par le logement du directeur, les chambres du personnel et l'infirmerie, ces trois parties sont cloisonnées sans qu'on puisse accéder de l'une à l'autre depuis l'intérieur du bâtiment.

Murscalcaire moellon crépi moucheté
béton béton armé
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couvertures
État de conservationdétruit
Précision représentations

Mensuiseries intérieures en sapins blanc, menuiseries extérieures en sapin rouge.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 2810 W 378-379. 1950-1965 : Colonie de vacances L'Ilot normand, plans

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de l'Île de Ré (c) Communauté de communes de l'Île de Ré - Aoustin Agathe
Aoustin Agathe

Chargée de mission Inventaire. Communauté de communes de l'Ile de Ré (2013- 2020)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.