Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Catherine

Cloche (n° 2)

Dossier IM40006830 réalisé en 2017

Fiche

Dénominationscloche
Numérotation artificielle1
Aire d'étude et cantonSaint-Sever
AdresseCommune : Montaut
Adresse :
Emplacement dans l'édificeclocher

Cloche exécutée en 1954 par le fondeur tarbais Marcel Fourcade. Elle eut pour marraine Henriette Brethes et pour parrain Léon Lafitte. D'après le registre paroissial, il semble qu'elle succéda à une cloche fondue en 1877.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1954, porte la date
Lieu d'exécutionCommune : Tarbes
Édifice ou site : Midi-Pyrénées, 65, Tarbes
Auteur(s)Auteur : Fourcade Marcel
Fourcade Marcel

Fondeur de cloches à Tarbes, successeur de la maison Dencausse vers 1921-1923.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches signature

Cloche suspendue, de volée ; tintement par actionnement électrique ; gros joug en fonte boulonné (modèle Dencausse, fondeur à Tarbes) ; pas de couronne d'anses mais un disque plat.

Catégoriesfonderie de cloches
Structuressuspendu
Matériauxbronze, fondu à la cire perdue, décor en relief
fer, forgé
Mesuresh : 90.0 (hauteur avec le disque)
h : 79.0 (hauteur au cerveau)
d : 80.0
IconographiesCalvaire, Agneau mystique
ornementation, feuille de chêne, feston, rose, feuille de laurier
Précision représentations

Sur le vase : Calvaire avec sainte Madeleine. Au milieu de la dédicace : médaillon avec l'Agneau mystique. Sous la dédicace : festons de roses. Vase supérieur : frise de feuilles de chêne. Faussure : frise de feuilles de laurier.

Inscriptions & marquesdédicace, latin, français
signature, fondu, français
date, fondu
inscription, latin
Précision inscriptions

Dédicace sur le vase supérieur : SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM / IN HONOREM BEATISSIMAE VIRGINIS MARIAE ET BEATISSIMI VIRGINIS JOSEPH SPONSI. Inscription et date sur le vase inférieur (en six lignes) : MARIE JOSEPH / PARRAIN LEON LAFITTE / MARRAINE HENRIETTE BRETHES / CURE ROGER DUFOURCQ / MAIRE GEORGES SANSOUBE / ANNEE MARIALE 1954. Signature à la faussure, sous une frise de laurier : FOURCADE INGENIEUR ICAM FONDEUR A TARBES.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Histoire des cloches de Sainte-Catherine de Montaut de 1836 à 1954 (d'après le registre paroissial)

    La Révolution de 1793 a fait perdre ses plus belles cloches à l'église qui ne conserva qu'une cloche de 600 kg, fondue en 1760, pendant plus de quarante ans. C'est en 1836 qu'une seconde cloche de 350 kg, commandée par Pédemagnon de Bétrac, curé à Montaut de 1834 à 1839, fut fondue mais elle se cassa en 1840 ; c'est alors Délestant (sic), fondeur à Dax, qui fut chargé de la refondre et fit une cloche de 420 kg. Celle-ci cessa de fonctionner en 1853 et le fondeur Tourmeau fils, de Mont-de-Marsan, se chargea d'en faire une autre qui ne fonctionna que deux ans, il dut donc la refondre à ses frais en 1855 (elle pesait 449 kg). Elle fut encore une fois refondue et agrandie en 1877 pour 350 francs. En 1889, deux petites cloches exécutées par Émile Vauthier de Saint-Emilion furent ajouter aux deux grosses pour le prix de 1.200 francs (elles eurent pour marraines Coralie Burguerieu et Mme Darrieutort et pour parrain Martial Labastuque, tous trois donateurs). La grosse cloche de 1760 se fendit en 1918 lorsqu'on sonna le tocsin de la fin de la guerre ; elle fut refaite par le tarbais André Darricau en 1928 (marraine : Mathilde Darrieutort, Parrain Louis Moringlane) avec les deux petites cloches qui furent fondues en une seule (marraine Mme Lapeyre, parrain Julien Man), le tout pour la somme de 11.300 francs payée par une souscription paroissiale (13.910 francs, dont 5.000 par Mlle Darrieutort). La cloche de 1877 fut refondue en 1954 par le fondeur tarbais Marcel Fourcade.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Montaut, 1845-1951.

    Archives communales, Montaut
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Fascianella Linda