Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Martin

Cloche (n° 2)

Dossier IM40006553 réalisé en 2017

Fiche

Dénominationscloche
Numérotation artificielle2
Aire d'étude et cantonSaint-Sever
AdresseCommune : Coudures
Emplacement dans l'édificeclocher

Cloche fondue en 1884 par Pierre Dencausse (1842-1905), fondeur à Soues, près de Tarbes. La même année, Dencausse fournit une cloche à l'église voisine de Sarraziet : peut-être la commande en fut-elle passée en même temps. A l'occasion de l'inventaire de février 1906 consécutif à la loi de Séparation, la cloche coudurienne fut revendiquée "par M. Bellocq, propriétaire à Coudures, comme héritier de son oncle Bellocq, de Tarbes". L'origine tarbaise du donateur influa certainement sur le choix de Dencausse pour l'exécution de l'instrument.

Comme l'indique un décompte final des travaux de l'église (AP Coudures), les "jougs des cloches" furent payés 92 francs au charpentier Joachim Bonnefemme, de Sainte-Colombe, le 5 novembre 1892. A cette date, seule la cloche de François-Dominique Delestan et celle ici étudiée étaient présentes au clocher de Coudures.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1884, porte la date
1892, daté par source
Lieu d'exécutionCommune : Soues
Auteur(s)Auteur : Dencausse Pierre
Dencausse Pierre (1842 - 1905)

Fondeur de cloches à Soues, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), mort le 10 janvier 1905 à Soues ; fils de Zéphirin Dencausse (1803-1865).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches signature
Auteur : Bonnefemme Joachim
Bonnefemme Joachim

Charpentier à Sainte-Colombe (canton d'Hagetmau, Landes) à la fin du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier attribution par source

Cloche suspendue, de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; haut mouton en deux éléments, l'inférieur en bois, le supérieur en fonte de fer (remplaçant un élément en bois déposé), avec six fers ronds boulonnés ; battant en poire, en fer, à extrémité percée.

Catégoriesfonderie de cloches
Matériauxbronze
Mesuresh : 78.0 (hauteur au cerveau, à la tangente)
h : 93.0 (hauteur avec la couronne d'anses, à la tangente)
d : 97.0
IconographiesCoeur Sacré de Jésus, Coeur Sacré de Marie, évêque
ornementation, masque feuillu, bouquet, épi, grappe, fleuron, filet
Précision représentations

Cœurs sacrés de Jésus et de Marie dans des gloires "d'ostensoir" de part et d'autre du vase ; effigie d'un saint évêque mitré et crossé (sans doute saint Martin de Tours, patron de la paroisse) dans un cadre à sommet cintré, sur le vase ; deux anges en vol de part et d'autre de la marque du fondeur (servant de socle à la croix) ; lourds bouquets d'épis de blé et de grappes de raisin sous la dédicace ; frise de fleurons en volutes au cerveau, frise de volutes avec feuilles à la faussure ; masques feuillus sur les anses.

Inscriptions & marquesdédicace, fondu
signature, fondu
date, fondu
inscription concernant l'iconographie, fondu
Précision inscriptions

Dédicace (en deux lignes sur le vase supérieur, chaque ligne introduite par une main indicatrice, les différentes sections ponctuées par des virgules et des tirets) : [main] LAUDO DEUM VERUM, PLEBEM VOCO, DEFUNCTOS PLORO, NIMBUM FUGO, FESTA DECORO / [main] PARRAIN MR PIERRE-AUGUSTE DUPOUY MAIRE MR [...]LE GACHIE PRESIDENT DE LA FABRIQUE MR JEAN BAPTISTE S GACHIE [...].

Signature et date (sous le cœur sacré de Jésus) : PIERRE DENCAUSSE FONDEUR A SOUES PRES TARBES / 1884.

Inscription concernant l'iconographie (autour de la gloire du cœur sacré de Jésus) : SIC NOS AMANTEM QUIS NON REDAMARET [ = Celui qui nous a aimé ainsi, qui ne l'aimerait pas en retour ? (extrait de l'hymne Adeste, fideles, attribué à saint Bonaventure)]. Inscription concernant l'iconographie (au-dessus de la gloire du cœur sacré de Marie) : AVE MARIA. Inscription concernant l'iconographie (au-dessus de la figure du saint évêque) : O BEATUM PONTIFICEM.

État de conservationpartie remplacée
Précision état de conservation

La partie supérieure en fonte du mouton a remplacé un élément en bois actuellement déposé sur le sol de la chambre des cloches.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église : réparation du clocher (1824), refonte d'une cloche (1884).

    Archives départementales des Landes : 70 V 104/5
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (20 février 1906).

    n° 33 Archives départementales des Landes : 70 V 104/8
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe