Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Cloche (n° 2)

Dossier IM40007795 réalisé en 2019

Fiche

Dénominationscloche
Numérotation artificielle2
Aire d'étude et cantonTartas ouest
AdresseCommune : Laluque
Emplacement dans l'édificeclocher

Cloche fondue en 1866 par le Dacquois Louis-Rémy Delestan (1843-1896) sur commande du curé Pierre Lartigau - la même année, le fondeur fournissait une cloche à la cathédrale de Dax. La cloche de Laluque, d'un poids de 104 kilos et d'un coût de 470 francs, fut baptisée le 17 juin 1866. Son donateur, Jean Labeyrie (1798-1866), "ancien maire de Laluque (de 1828 à 1834) et propriétaire à Pascoualic", qui mourut le 24 juillet suivant (registre paroissial de l'abbé Lartigau), institua pour parrain et marraine ses deux enfants, Jean Labeyrie fils, propriétaire à Cazenave, et "Marie" (en réalité Jeanne) Labeyrie (1825-?), épouse depuis novembre 1846 de Martin Villenave, propriétaire au Coâte. Le parrain offrit en "bouquet de baptême" un "voile du S[ain]t Sacrement" et la marraine "une jolie aube, manche noire".

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1866, porte la date
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Aquitaine, 40, Dax
Auteur(s)Auteur : Delestan Louis-Rémy
Delestan Louis-Rémy (1843 - 1896)

Fondeur de cloches à Dax, fils aîné de François-Dominique (1806-1865) et frère de Gustave (1845-1907), auquel il fut associé.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches signature

Cloche suspendue de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; battant en fer à extrémité percée (d'origine) ; mouton en barre en fonte de fer, à quatre brides rondes boulonnées (remplacé).

Catégoriesfonderie de cloches
Structuressuspendu
Matériauxbronze, fondu
fer, forgé
Mesuresh : 46.0 (hauteur au cerveau, à la tangente)
h : 60.0 (hauteur avec la couronne d'anses, à la tangente)
d : 58.0
IconographiesLa Croix
Précision représentations

Croix à rinceaux sur le vase.

Inscriptions & marquesdédicace
signature
date, fondu
Précision inscriptions

Dédicace et date (en deux lignes sur le vase supérieur) : DONATAIRE JEAN LABEYRIE PERE PARRAIN JEAN LABEYRIE FILS MARRAINE / JEANNE LABEYRIE CURE PIERRE LARTIGAU DELESTAN FONDEUR A DAX 1866.

État de conservationpartie remplacée
Précision état de conservation

Mouton remplacé ; usure à la pince.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Extrait du registre paroissial de Laluque, par l'abbé Pierre Lartigau (1871-1882, Archives diocésaines de Dax) concernant la petite cloche de l'église

    "Il [l'abbé Pierre Lartigau] a posé la seconde cloche qui porte son nom en 1866, elle avait été donnée avec les dalmatiques noires par Jean Labeyrie, ancien maire de Laluque et propriétaire à Pascoualic, décédé le 24 juillet de la même année, et avait été baptisée solennellement le 17 juin précédent par lui-même, assisté de M. l’abbé Camiade, curé de Pontonx, et de M. l’abbé Destribats, curé-doyen de Rion qui, avant la cérémonie, adressa une belle allocution au peuple. Le donateur institua parrain et marraine de la cloche son fils Labeyrie, propriétaire à Cazenave, et sa fille Marie Cazenave, mariée à Martin Villenave, propriétaire au Coâte, qui donnèrent, le parrain le nouveau voile du St Sacrement, qui a coûté 25 francs, et la marraine une jolie aube, manche noire, qui a coûté 25 francs également. La cloche, qui ne pèse que 104 kilos, coûta 470 francs.

    [Petite cloche du chœur] La petite cloche du clocheton du chœur, achetée quelques années auparavant, fut bénie le même jour, il l’avait posée en 1855. Les dalmatiques noires qui avaient coûté 70 francs, furent étrennées pour le service funèbre du donateur."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Laluque, par l'abbé Pierre Lartigau (1871-1882).

    p. 25 Archives diocésaines, Dax
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (24 février 1906).

    n° 68 Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 70 V 170/10

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe