Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bidart (commune)
  • Commune Bidart
  • Emplacement dans l'édifice clocher
  • Dénominations
    cloche
  • Numérotation artificielle
    1
  • Appellations
    dite Pierre Marie

Cloche exécutée en 1890 par le fondeur tarbais Ursulin Dencausse (1825-1910), qui avait déjà fourni en 1863 la petite cloche de l'église. Le nouvel instrument remplaçait une "grande cloche en fer" brisée accidentellement en 1888. La fonte fut financée en partie par une aide du ministère des Cultes. Le modèle du décor de la cloche, avec collège apostolique et bouquets de lys et de roses, a été fréquemment employé par Dencausse, comme le montrent d'autres exemplaires repérés dans les Landes voisines, à Souprosse, Heugas, Horsarrieu (réf. IM40003538), Poudenx (réf. IM40003769), Saint-Laurent-de-Gosse (réf. IM40001032), Saint-Cricq-Chalosse (réf. IM40003655), Saint-Geours-de-Maremne (réf. IM40000873) et Saint-Julien-en-Born (réf. IM40001163).

Les parrains de la nouvelle cloche appartenaient à une famille de notables bidartars, propriétaires de l'ancienne maison noble de Burruntz-Jauregia. Mgr Pierre Édouard Puyol (Bayonne, 1835-1904), proche ami du cardinal Lavigerie, fut d'abord aumônier de Sainte-Barbe, puis, devenu prélat de Sa Sainteté, occupa la charge prestigieuse de recteur de l'église Saint-Louis-des-Français à Rome entre 1881 et janvier 1891, date de sa révocation par le gouvernement français à la suite d'un incident diplomatique impliquant l'évêque de Bayonne et des prêtres basques. La marraine de la cloche était la sœur cadette du prélat, Marie Puyol (Bayonne, 1842 - Bidart, 1904), qui avait épousé à Bayonne, en février 1863, le futur général de brigade Pierre Antoine Boudet (Toulouse, 1825 - Bidart, 1900), maire de Bidart de 1888 à 1896. Le nom des parrains (comme celui de la cloche) étant gravés dans l'airain et non fondus, il est probable que leur choix est intervenu postérieurement à la réalisation de la fonte. Mgr Puyol et sa sœur devaient offrir en 1901 deux des verrières de Félix Gaudin pour le chœur de l'église.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1890, porte la date
  • Lieu d'exécution
    Commune : Tarbes
  • Auteur(s)

Cloche suspendue, de volée, tintement par actionnement électrique. Pas de couronne d’anses, mais un disque plat boulonné sur un mouton monumental en fonte de fer, de forme cintrée ; battant (d’origine) en fer forgé, à bout sphérique et anneau soudé. Inscriptions et décor : empreintes avec dossiers, un dossier par lettre.

  • Catégories
    fonderie de cloches
  • Matériaux
    • bronze, fondu, décor en relief
    • fonte de fer, fondu
  • Mesures
    • h : 117 (hauteur avec le disque sommital, à la tangente)
    • h : 103 (hauteur au cerveau, à la tangente)
    • d : 122
  • Iconographies
    • les apôtres, Vierge
    • ornementation, rose, lys, pomme de pin, croix, calice
  • Précision représentations

    Figures en pied des Apôtres debout sur des consoles feuillagées portant leur nom et sous des dais néogothiques : sur le vase supérieur ; effigie de la Vierge Reine (couronnée) : au milieu du vase ; bouquets de roses et de lys alternés, sur des volutes à pommes de pin, au bas du vase ; filets au cerveau et à la pince. Au milieu du vase, une marque de fondeur : croix grecque fleuronnée et nimbée avec calice rayonnant.

  • Inscriptions & marques
    • dédicace, fondu, gravé
    • date, fondu
    • signature, fondu
    • marque d'auteur, fondu
    • inscription concernant l'iconographie, fondu
  • Précision inscriptions

    Dédicace, date et signature (en deux blocs de part et d'autre du vase) : MONGNEUR PUYOL SUPEUR DE ST LOUIS / DES FRANCAIS A ROME PARRAIN ET / MRIE BOUDET DE BURRUNTZ YAUREGHIA MARRAINE [ces trois lignes gravées et non fondues] / YAUREGHIA MAIRE BOROTRA / DE ETCHEBEHERE ADJT DOMINIQUE / HIRIGOYEN JN DUGUINE JN BTE GRATIEN / JN DIHARCE PRE MOLERES AUGER DUFAU / JPH MOLERES BERNARD BICHINDARITG [sic pour Bichindaritz] / JN HIRIBARREN DOMINIQUE DUHALDE / CONSERS MUNAUX BOUSQUET MARTIN / INSTTEUR SECRE [sur une face du vase] - JEAN BAPTISTE HEUTY CURE / FRANCOIS ST GLAND VICAIRE / J ANNONCE LA VIE ET LA MORT / JE SIGNALE LES JOIES ET LES / TRISTESSES / J INDIQUE LE MOMENT DE LA PRIERE / JE SUIS UNE VOIX D EN HAUT / ECOUTE MOI CHRETIEN ET SERS DIEU / FONDUE A TARBES PAR / URSULIN DENCAUSSE / BREVETE SGDG 1890 [sur l'autre face du vase].

    Inscription (gravée sous la première partie de la dédicace) : JE ME NOMME PIERRE MARIE.

    Marque de fondeur (au milieu du vase) : voir iconographie.

    Inscription concernant l'iconographie : nom (en français) de chaque apôtre sur la console supportant son effigie ; S. VIERGE (sur la console de l’effigie de la Vierge).

  • État de conservation
    • bon état
  • Précision état de conservation

    Légère usure à la pince.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Devis et plans concernant l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, 1855-1905.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E dépôt Bidart, 2M1
  • Loi de séparation des Églises et de l’État, 1906-1910. Procès verbaux, 1906-1910.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : E Dépôt Bidart, 1P2
Date d'enquête 2020 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Commune : Bidart
Adresse : place, Sauveur Atchoarena, rue de l', Église, avenue Atherbéa