Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Geaune
  • Commune Geaune
  • Emplacement dans l'édifice clocher

La cloche Cyprienne fut fondue en 1868, en même temps qu'une autre nommée Augustine, par le fondeur lyonnais Jean Claude III Burdin, dit Burdin aîné (1823-1889), pour la cathédrale Saint-Philippe d'Alger, ancienne mosquée devenue église catholique après la conquête française de l'Algérie en 1832 et érigée en cathédrale par Grégoire XVI en 1838. Les deux cloches - ainsi nommées en l'honneur des Pères de l'Église Augustin d'Hippone et Cyprien de Carthage, les plus illustres parmi les premiers évêques du continent africain - furent baptisées le même jour, le 25 mars 1868, fête de l'Annonciation, par Charles Allemand-Lavigerie (1825-1892), premier archevêque d'Alger depuis le mois de mars de l'année précédente, futur cardinal (1882), archevêque de Carthage et primat d'Afrique (1884).

Après l'indépendance de l'Algérie en 1962 et l'affectation de l'ancienne cathédrale d'Alger au culte musulman sous le nom de mosquée Ketchaoua, les deux cloches de Mgr Lavigerie furent rapportées sur le sol français. La plus grande, Augustine, fut offerte à la chapelle des Sept-Saints à Vieux-Marché (Côtes-d'Armor), siège d'un célèbre pèlerinage islamo-chrétien en France, puis fut installée dans le clocher de l'église paroissiale du bourg le 22 juillet 1965 ; surnommée "la cloche de l'unité", elle a été classée au titre des Monuments historiques le 18 octobre 1974. Sa sœur Cyprienne, quant à elle, fut demandée pour la paroisse de Geaune par le R.P. Cazaunau, recteur de Notre-Dame d'Afrique et frère de l'abbé Cazaunau, curé de Geaune, en mémoire du cardinal Lavigerie, lui-même natif de Saint-Esprit (aujourd'hui quartier nord de Bayonne, mais dépendant du département des Landes jusqu'en 1857). Comme le signale une plaque commémorative apposée dans l'église, la cloche fut installée dans le clocher de Geaune le 9 février 1964.

Le mouton de la cloche a été remplacé en 2011, à l'occasion de la réfection complète du beffroi, par l'entreprise Bodet de Trémentines (Maine-et-Loire).

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1868, porte la date
  • Lieu d'exécution
    Commune : Lyon
  • Lieu de provenance
    Commune : Alger
    Édifice ou site : ancienne cathédrale Saint-Philippe
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Burdin Jean Claude III , dit(e) Burdin aîné
      Burdin Jean Claude III

      Fondeur de cloches, né le 17 janvier 1823 à Lyon et mort à 23 novembre 1889 à Tassin-la-Demi-Lune (Rhône), fils du fondeur Jean Claude II (1794-1865) et de Charlotte Denise dite Caroline Chevalier (1805-1846) ; marié à Lyon, le 15 février 1849, à Marie Françoise Deporte (1830-1852), et en secondes noces, le 19 septembre 1853 à Tassin-la-Demi-Lune, avec Fleurie Louise Colas (1832-1910), dont il eut son successeur Ferdinand Jean Claude Marie Burdin (1854-1941). Jean Claude III Burdin exerça son activité de 1846 à 1880 rue de Condé à Lyon (au n° 22, puis au 28), avant de se retirer à Tassin-la-Demi-Lune de 1880 à sa mort.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fondeur de cloches signature
    • Auteur :
      Bodet
      Bodet

      Entreprise créée par Paul Bodet en 1868, spécialisée dans l'horlogerie et les équipements campanaires, installée à Trémentines (Maine-et-Loire).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fabrique signature
    • Personnalité :
      Allemand-Lavigerie Charles Martial , dit(e) cardinal Lavigerie
      Allemand-Lavigerie Charles Martial

      Prélat né le 31 octobre 1825 à Huire à Saint-Esprit (alors dans les Landes, aujourd'hui quartier de Bayonne, Pyrénées-Atlantiques) et mort le 26 novembre 1892 à Alger. Évêque de Nancy de 1863 à 1867, premier archevêque d'Alger de 1867 à 1892, créé cardinal en 1882, archevêque de Carthage et primat d'Afrique de 1884 à 1892. Fondateur de la Société des missionnaires d'Afrique (dits "Pères blancs") et des Sœurs missionnaires de Notre-Dame d'Afrique ("Sœurs blanches").

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      commanditaire

Cloche suspendue, de volée, installée dans un beffroi moderne en bois (2011) ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; haut mouton trapézoïdal à côtés incurvés, en bois, à quatre brides boulonnées (remplacé) ; battant à extrémité sphérique, en fer.

  • Catégories
    fonderie de cloches
  • Structures
    • suspendu
  • Matériaux
    • bronze, fondu, décor en bas relief
    • bois, taillé
    • fer, garniture forgé
  • Mesures
    • h : 89 (hauteur sans la couronne d'anses, à la tangente)
    • h : 107 (hauteur avec la couronne d'anses, à la tangente)
    • d : 101
  • Iconographies
    • Christ en croix, Immaculée Conception
    • ornementation, palmette, fleur de lys
  • Précision représentations

    Décor sur le vase : Christ en croix ; Immaculée Conception (écrasant le serpent de la Faute). Ornementation : deux frises de palmettes inscrites au-dessus et au-dessous de la dédicace (la première tête-bêche), frise de fleurs de lys à la faussure.

  • Inscriptions & marques
    • dédicace, fondu
    • signature, fondu
    • date, fondu
  • Précision inscriptions

    Dédicace (en quatre lignes sur le vase supérieur) : + JE ME NOMME CYPRIENNE. J'AI ETE FONDUE L'AN DE NOTRE SEIGNEUR 1868 - S.S. LE PAPE PIE IX / ETANT SOUVERAIN- PONTIFE - S.M. NAPOLÉON III EMPEREUR DES FRANÇAIS / J'AI ETE BAPTISEE PAR MONSEIGNEUR CHARLES-MARTIAL ALLEMAND-LAVIGERIE - PREMIER ARCHEVÊQUE / D'ALGER LE 25 MARS JOUR DE LA FÊTE DE L'ANNONCIATION DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE. Signature (à la faussure) : BURDIN AINE FONDEUR A LYON. 

    Signature et date (gravées sur le mouton en bois) : BODET - 2011.

  • État de conservation
    • partie remplacée
  • Précision état de conservation

    Le mouton est moderne (2011).

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
Date d'enquête 2021 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Commune : Geaune
Adresse : place de l' Église