Dossier IA64002428 | Réalisé par
Cités de cadre de la Société nationale des Pétroles d'Aquitaine
Copyright
  • (c) Archives Total
  • (c) Archives Jean Dieuzaide

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bassin de Lacq
  • Commune Lagor
  • Lieu-dit Cité des ingénieurs, Cité Phénix, Cité Versant
  • Adresse
  • Cadastre 2015 AE Cité des ingénieurs ; 2015 AH Cité Phénix ; AH Cité Versant
  • Dénominations
    cité
  • Genre
    de cadre
  • Appellations
    de la Société nationale des Pétroles d'Aquitaine

Lors de l'implantation des usines du bassin de Lacq à partir de 1957, une des premières options de l'urbaniste en charge de l'aménagement de la plaine de Lacq, Jean-Benjamin Maneval, est d'étoffer les localités existantes en y créant des lotissements pour loger le personnel.

Ainsi, la Société nationale des pétroles d'Aquitaine (S.N.P.A.) fait construire en 1958 par l'architecte Pierre Dufau, associé à son frère André, ingénieur, 150 logements pour les cadres dans le village de Lagor. Ces logements sont répartis en trois lotissements dont l'un est réalisé avec la maîtrise d'ouvrage de la Société des Maisons Phénix. Pierre et André Dufau sont parallèlement en charge de l'édification d'une partie de l'usine de la S.N.P.A. à Lacq.

Le village de Lagor compte trois cités pour les cadres de la Société nationale des pétroles d'Aquitaine : la cité des ingénieurs, la cité Phénix et la cité Versant. Ces trois cités s'inscrivent sur le versant est de la colline de Lagor dominant la plaine de Lacq où est installée l'usine de Lacq à quelques kilomètres. Les maisons sont normalement épargnées par les fumées de l'usine, les vents dominants soufflant d'ouest en est.

La cité des ingénieurs, la plus au nord, comprend neuf villas de plain-pied, au plan en L, dotées d'un toit à longs pans en tuiles creuses. Le gros œuvre est en béton enduit. Quelques garages, regroupés par deux ou quatre sont rejetés entre les maisons et couverts d'un toit à un pan en tuiles creuses.

La cité Phénix, plus au sud et en contre-bas, réalisée avec la maîtrise d'ouvrage de la Société des Maisons Phénix, compte 47 maisons de plain-pied, au plan rectangulaire, à toit à longs pans à croupe, parfois jumelles. Les garages sont également accolés dans deux zones centrales. Tous ces édifices en béton présentent un toit dont les versants sont couverts de tuiles plates mécaniques.

La cité Versant se tient un peu plus au sud ; les 94 maisons suivent les courbes de niveau et sont agencées en bandes. La majorité possède un étage carré, quelques unes sont de plain-pied. Elles sont construites en béton enduit et couvertes d'un toit à deux longs pans en tuiles creuses. Elles n'ont pas de garage.

  • Murs
    • béton enduit
  • Toits
    tuile plate mécanique
  • Plans
    plan régulier en L, plan rectangulaire régulier
  • Étages
    1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans noue
    • toit à longs pans croupe
    • toit à longs pans
  • État de conservation
    remanié
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2015
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine