Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cimetières protestants de Saint-Palais-sur-Mer

Dossier IA17046856 réalisé en 2015

Fiche

Voir

Aires d'étudesEstuaire de la Gironde
Dénominationscimetière
AdresseCommune : Saint-Palais-sur-Mer

Les cimetières protestants de Saint-Palais-sur-Mer témoigne de la forte présence de la communauté protestante dans la commune et, plus généralement, dans la presqu'île d'Arvert depuis le 16e siècle. Très tôt, les protestants ont été obligés d'inhumer leurs défunts non pas dans les cimetières paroissiaux, liés aux églises catholiques, mais dans des lieux privés, à l'abri des regards. En 1562, l'édit d'Amboise leur imposa même l'enterrement de nuit, à l'aube ou au coucher du soleil. A ces contraintes s'ajoute l'absence de culte des morts chez les protestants qui se font enterrer en pleine terre, sans signe distinctif. En 1598, l'édit de Nantes prévoit tout de même de réserver officiellement des cimetières pour les protestants.

La pratique est abolie par la révocation de l'édit de Nantes en 1685, qui pousse les protestants à pratiquer leur foi clandestinement. En 1736, une déclaration royale rappelle que les protestants doivent être inhumés en dehors des cimetières paroissiaux catholiques, ce qui motive probablement la création des premiers cimetières privés, aménagés au fond des parcelles, à proximité des fermes ou des hameaux.

L'édit de tolérance de 1787 accorde enfin un "lieu convenable et décent", dans chaque ville, bourg ou village, pour l'inhumation des "sujets non catholiques". Le loi du 24 prairial an 12 (13 juin 1804) indique que dans les communes où plusieurs cultes coexistent, un lieu d'inhumation doit être prévu pour chaque, soit dans des cimetières séparés, soit dans un seul mais avec un mur ou fossé de séparation.

A Saint-Palais-sur-Mer, un cimetière public protestant fut créé au milieu du 19e siècle près de Courlay (il deviendra le cimetière communal de Courlay après les lois sur la laïcité à la fin du 19e siècle), à côté du vieux cimetière catholique de l'église du Bureau. Beaucoup de familles protestantes ont pourtant continué à enterrer leurs membres dans leurs cimetières privés, parfois jusqu'à nos jours.

Période(s)Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

La commune de Saint-Palais-sur-Mer présente encore de nombreux cimetières privés protestants mais leur état de conservation est variable. Dans le meilleur des cas, le cimetière est encore marqué par un mur de clôture et des pierres tombales ou caveaux. Parfois, il ne subsiste qu'un emplacement au milieu d'un lotissement, les pierres tombales ayant disparu. Parfois encore, les pierres ont pu être réutilisées ou déplacées. 14 cimetières ont pu être inventoriés, la plupart encore en place, l'un détruit mais dont on a gardé un élément, et un autre dont a gardé ou remployé les pierres.

Décompte des œuvresrepéré 14

Références documentaires

Bibliographie
  • Dauphin, Colette. Vozel Didier. Les secrets des cimetières protestants, Les Carnets du Patrimoine, éd. Syndicat d'initiative de Saint-Palais-sur-Mer, s. d., 23 p.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.