Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cimetière

Dossier IA16007252 réalisé en 2005

Fiche

Parties constituantes non étudiéestombeau, mur de clôture, portail
Dénominationscimetière
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Confolentais - Confolens-Sud
AdresseCommune : Esse
Cadastre : 2004 D 285

Au Moyen-Age la paroisse d´Esse comprenait trois cimetières sur son territoire. Le petit cimetière se trouvait au nord-est de l´église et pourrait avoir été réservé à la communauté religieuse. La porte murée située dans le mur gouttereau nord permettait la circulation entre l´église et ce cimetière. En 1894, des fouilles y furent réalisées par l´abbé Eugène Huet, qui fut curé d´Esse de 1881 à 1906. Quatre sarcophages en pierre furent exhumés lors de ces fouilles dont l´un est aujourd´hui visible devant la mairie.

Les deux autres lieux d´inhumation étaient le grand cimetière et le cimetière de la Lanterne. Il est possible que le nom de cimetière de la Lanterne vienne de la vieille croix de cimetière octogonale. Celle-ci ressemble en effet à une lanterne des morts. Il se pourrait qu'il s'agisse d'une ancienne lanterne qui aurait été dénaturée au fil des remaniements et des restaurations.

Le cimetière actuel n'est pas postérieur au milieu du XIXe siècle.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle , (?)

Le cimetière est implanté, sur une pente, à l´est du bourg. Il est entouré d´un mur de clôture interrompu d´une entrée à l´ouest et d´une autre à l´est. Les deux portails sont réunis par l´allée principale, dans laquelle l´on trouve les deux croix de cimetière. Plusieurs ifs sont plantés dans le cimetière. Une pompe à eau est installée près de la porte ouest. Elle provient des fonderies de Pont-à-Mousson et est de modèle J. Bayard.

Plusieurs sépultures d´anciens curés d´Esse sont présentes dans le cimetière : celle de l´abbé Eugène Huet, celle de l´abbé Casimir Fabre qui se trouve au pied de la croix de cimetière la plus récente et celle de l´abbé Junien Mailhot qui est adjacente à la seconde, plus ancienne. Cette dernière est entièrement en pierre calcaire et se compose d´une dalle posée sur trois colonnes, surmontée de trois boules dans l´axe des colonnes. L´épitaphe est inscrite sur l´une des faces de la dalle de pierre.

Les deux seuls tombeaux familiaux en forme de chapelle funéraire sont situés non loin de l´entrée ouest. Ceux-ci comprennent respectivement quatre et deux caveaux. Ils possèdent un toit à deux pans et un fronton triangulaire, décoré d'une palme et surmonté d'une croix. Ce toit est souligné par une corniche moulurée. L´entrée est encadrée par deux colonnes qui soutiennent le fronton. L´un d´eux porte une plaque des cimenteries Authier de Saint-Maurice-des-Lions. Les mêmes modèles de tombeaux sont présents au cimetière de Saint-Maurice.

Il est à noter le nombre important de tombes constituées d´une croix en métal.

Le cimetière compte sept grands modèles de tombes. Six d´entre eux présentent comme point commun d´avoir un socle mouluré, parfois agrémenté d´un losange. Ceux-ci sont surmontés d´une stèle où sont fixées les plaques portant les épitaphes. Ces plaques sont souvent en porcelaine de Limoges et de forme ronde. Les différences entre modèles viennent du traitement du couronnement des stèles.

Les stèles coiffées d'une pyramide moulurée surmontée d'une croix forment le modèle le plus courant avec plus d´une quarantaine d'exemplaires.

Les stèles au sommet triangulaire encadré d'un quart de cylindre en amortissement sont le second modèle le plus représenté avec une vingtaine d'exemplaires.

Vient ensuite le modèle de stèle au sommet arrondi qui compte une petite vingtaine d´exemplaires.

Les stèles au sommet arrondi encadré de mitres d'amortissement aux quatre angles forment un groupe d'une quinzaine de spécimens.

Il existe aussi les stèles au sommet rétréci par deux courbes concaves qui reviennent une petite dizaine de fois.

Enfin, les stèles au sommet arrondi encadré de chaque côté d'une forme triangulaire en amortissement ne comprennent que quelques exemplaires.

Le septième modèle rencontré, avec environ vingt-cinq tombes, est celui des stèles aux côtés en marches d´escalier.

Mursmoellon
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • Auteville, Maurice d'. Compte-rendu de l'excursion faite à Ansac, Esse et Saint-Germain-sur-Vienne. Bulletin de la société archéologique et historique de la Charente, 5ème s., t. 10, 1888.

    p. 535
  • Boulanger, Pierre, Les croix de cimetière de l'arrondissement de Confolens (état en 1992), Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1998 (1er trimestre).

    p. 61-78
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Malégol Raphaël