Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cimetière

Dossier IA86009527 inclus dans Bourg de Mairé réalisé en 2019

Fiche

Œuvres contenues

Destinationscimetière
Parties constituantes non étudiéesmur de clôture, portail, tombeau
Dénominationscimetière
Aire d'étude et cantonVals de Gartempe et Creuse - Châtellerault-3
AdresseCommune : Mairé
Lieu-dit : Le bourg
Adresse : place
de l'église
Cadastre : 1833 B 20 ; 2017 AH 108

L'ancien cimetière devait se trouver au niveau de la place de la mairie. Il est installé à son emplacement actuel en 1759, sur un terrain situé entre la route de Lésigny et l'église paroissiale Saint-Sylvain. Cette parcelle appartenait au prieuré de Mairé, aujourd'hui disparu mais qui devait se trouver dans le bourg, au niveau de la rue du vieux port. L'évêque de Poitiers et le prieur de Mairé s'étaient entendu pour que ce dernier cède la parcelle, en échange d'une dispense de messes qu'il devait dire pour les habitants de Mairé.

Période(s)Principale : 18e siècle , daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Le cimetière est accessible par un portail depuis la place de l'église. Le terrain étant en pente douce, une rampe permet de rattraper la déclivité entre l'entrée et le cimetière à proprement parler. La parcelle mesure environ 27 mètres de large sur 63 mètres de long. Les tombes sont réparties de part et d'autre d'une allée médiane, au centre de laquelle se trouve la croix du cimetière.

Quelques tombes du cimetière présentent un intérêt historique et artistique manifeste.

Il n'existe que deux chapelles funéraires à Mairé, placées côte à côte et orientées vers l'église paroissiale. Elles sont dédiées aux familles Ribreau-Trouvé, de Chazelles, Savalette et de Cacqueray-Valolive.

La pierre tombale d'Alexandre-Louis Lignaud, marquis de Lussac, se trouve à l'entrée du cimetière. Né en 1780, il fut propriétaire du château de Mairé à partir de 1826 et jusqu'à son décès en 1843. Il s'agit d'une grande dalle en pierre, portant l'épitaphe suivante : " Ici repose Messire Alexandre Louis de Lignaud Marquis de Lussac, auditeur au conseil d'État en 1810. Maréchal des Logis des Chevau-Légers de la Garde en 1814. Chevalier de la Légion d'Honneur en 1815. Sous-lieutenant des Gardes de Son Altesse Royale, Monsieur frère du Roi en 1816. Membre du conseil Général du département de l'Indre-et-Loire en 1821. Gentilhomme honoraire de la Chambre de sa Majesté Charles X en 1828. Décédé en son château de Méré le 15 mai 1843 dans sa soixante-troisième année. La douleur des siens, celles des pauvres, sa piété, ses vertus, ses bienfaits seront à jamais son éloge. Requiescat in pace "

L'une des tombes les plus anciennes du cimetière est celle d'Antonin Barreau, décédé le 9 avril 1858 à 37 ans. Elle a la forme d'une grande base en pierre de taille dans laquelle est aménagée une petite niche circulaire qui accueillait des fleurs déposées pour le défunt. Un visage d'angelot flanqué de deux ailes est sculpté dans la partie supérieure du monument en pierre.

La tombe de Jean et Victorine Barreau est contemporaine de la précédente. Ces époux sont décédés à Mairé le 1er octobre 1858 et le 1er novembre 1883, comme l'indique une petite plaque métallique en forme de cœur placée au pied de la tombe. Elle prend la forme d'une croix en métal, décorée d'une représentation de Jésus ou d'un saint munis d'un bâton, ainsi que quatre visages d'angelots dans des médaillons aux extrémités de chaque bras. Le pied de la croix porte un pot à feu, flanqué de deux religieuses tenant des couronnes végétales.

La tombe d'Alexis Brault, curé de Mairé et décédé le 12 juin 1858, est aussi l'une des plus anciennes du cimetière. Sa pierre tombale, en forme d'arc brisée, porte une moulure trilobée d'inspiration néogothique. Elle a été réalisée grâce à une souscription d'un montant de 120 francs lancée par des paroissiens de Mairé. Le monument en pierre dure du Grand-Pressigny est réalisée par M. Marcireau de Châtellerault et installé le 30 octobre 1858.

Une autre tombe de style néogothique est située dans le cimetière. Son état de dégradation avancé ne permet pas de lire le nom du défunt, bien que la date de "juin 1789" (certainement une date de naissance) soit encore lisible. La croix sommitale est tombée au pied de la pierre tombale.

Une grande plaque de marbre noir recouvre le tombeau d'Augustin Bruel (1827-1897), son épouse Jeanne Augustine Marquet (1836-1916) et Marie Radegonde Collet (1888-1935). Augustin Bruel était l'instituteur de la commune de Mairé pendant toute la seconde moitié du 19e siècle.

Le tombeau de la famille Champigny date de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. La pierre tombale, qui a perdu sa plaque, est surmontée d'une croix en béton imitant le bois et portant un phylactère inscrit de la mention "Famille Champigny". L'espace autour de la tombe est délimité par un garde corps en métal relié au quatre coins du tombeau par de fausses buches en béton. À proximité, une autre tombe de la famille Champigny présente un décor similaire, avec l'emploi du béton imitant des buches de bois.

Le tombeau de la famille Merleault est surmontée d'une croix tréflée. La pierre tombale porte le portrait de René et Jean Merleault, tous deux décédés le 14 avril 1947.

Une autre tombe présente un intérêt historique : il s'agit du tombeau de Marcel Mounier. Soldat au 18e régiment de dragons, il meurt à Landau in der Pfalz en Allemagne en 1927.

Murscalcaire enduit
Mesures:
Précision dimensions

Environ 1630 m².

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Création du cimetière à son emplacement actuel (21 février 1759) :

    Pouliot, Maurice ; Salvini, Jospeh ; François, Villard. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Vienne, Série E supplément (Communes), Tome cinquième, Imprimerie P. Oudin, Poitiers, 1970.

    " En vertu du pouvoir qui m'a été accordé par Monsieur David, grand vicaire de Mgr l' Évêque de Poitiers, j'ay bénit un nouveau cimetière joignant d'une part à l'église paroissialle de Méré, d'autre au clost du seigneur de Méré, la muraille entre deux, d'autre au grand chemin tendant de Méré à Lésigny et d'autre au terrain du prieuré ; lequel fond de ce nouveau cimetière est du prieuré de Méré que le prieur, après convention faitte en présence de Mgr l'Evesque de Poitiers lors de ses visittes épiscopalles avec les habitans, leurs à délaissé pour faire un cimetière, et a été déchargé par les dits habitants de l'obligation de six messes à certains jours de l'année, qu'il devait à l'église paroissiale de plus que celle qui doit tous les premiers dimanches du mois, auxquels il a été obligé ainsi qu'il parait par la transaction qui doit se trouver parmi les titres. Cette bénédiction a été faitte en présence de MM. Sené, curé de Lésigny, Des Courty, curé de Barou, Thyerry, prieur curé de la Guerche, et grande partie de paroissiens et autre que la cérémonie a attiré. "

Références documentaires

Bibliographie
  • De Lussac Hubert, De Lussac Mireille. Bien le bonjour de Mairé, 2011.

    p. 33
  • Pouliot, Maurice ; Salvini, Joseph ; Villard, François. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Vienne, Série E supplément (Communes), Tome cinquième, Imprimerie P. Oudin, Poitiers, 1970.

    p. 182
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Maturi Paul
Maturi Paul

Chercheur associé à la Communauté de Communes des Vals de Gartempe et Creuse (2015-2016), puis à la Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (2017-...).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.