Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cimetière

Dossier IA86009421 inclus dans Bourg de Coussay-les-Bois réalisé en 2017

Fiche

Dénominationscimetière
Aire d'étude et cantonVals de Gartempe et Creuse - Châtellerault-3
AdresseCommune : Coussay-les-Bois
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : route
de La Roche-Posay
Cadastre : 2017 YE 56, 130

Avant le 17e siècle, Coussay-les-Bois possède deux cimetières: l'un dépendant de l'église Notre-Dame, l'autre de l'église Saint-Martin. Vers 1698, un "cimetière nouveau", situé à proximité de l'église Notre-Dame, remplace les deux anciens. L'atlas des seigneuries de Coussay, la Trompaudière et la Vervolière signale aussi l'existence d'un cimetière clos par un mur, situé entre le bourg et la Trompaudière. Il s'agit peut-être du cimetière qui dépendait de l'église Saint-Martin.

Au début du 19e siècle, le cimetière de Notre-Dame est situé au nord de l'église, dans une parcelle de 800 m². Avec l'augmentation progressive de la population, il devient rapidement insuffisant. En 1841, les habitants demandent le transport du cimetière à l'extérieur du bourg, souhait qu'ils avaient déjà exprimé à plusieurs reprises. Le 18 avril de la même année, la commune décide d'accéder à leur demande. Le 7 juillet, la municipalité achète 3000 m² de terrain appartenant au baron de Coussay, propriétaire de la Vervolière. Ces terres sont situées à quelques centaines de mètres du bourg, au sud de la nouvelle route reliant Châtellerault à La Roche-Posay. À Notre-Dame, les ossements sont exhumés, placés dans des caisses et déplacés vers le nouveau cimetière.

L'espace ainsi libéré au nord de l'église permit de créer un champ de foire pour la commune et de prolonger la rue de l'église vers le nord. Ainsi, il n'était plus indispensable de contourner l'édifice pour rejoindre la route de Lésigny.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source , (?)
Dates1841, daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Le cimetière de Coussay-les-Bois est situé à l'est du bourg du village et au sud de la route départementale reliant Châtellerault à La Roche-Posay. Il est fermé par un mur de moellon calcaire enduit, ouvert par deux portails (un au nord, l'autre à l'ouest).

Parmi les tombes les plus anciennes, celles réalisées dans la seconde moitié du 19e siècle présentent une forme très similaire. En effet, elles sont toutes munies d'une stèle décorée d'un liseré prenant une forme trilobée en partie haute. Elles sont aussi généralement couronnées par une petite croix, en pierre ou en métal.

C'est le cas de la tombe d'André et Thaïs Saiveau, qui date de 1862. Ce père et sa fille, décédés aux ages précoces de 43 et 18 ans, sont inhumés dans un enclos funéraire délimité par une barrière en métal décorée de pommes de pin. Au dessus de l'épitaphe, une niche circulaire devait auparavant contenir une plaque. La stèle est surmontée d'une petite croix en métal portant une étoile en son centre.

La tombe d'Hypolite Velour est réalisée sur le même modèle, hormis la niche circulaire. Réalisée en 1876, elle est aussi couronnée d'une petite croix métallique.

Les trois tombes de la famille Coudrin, notables de Coussay-les-Bois, sont similaires à cette dernière. La plus ancienne est celle de Marie Mathilde Radegonde Floucaud de Fourcroy, née Coudrin. Elle est propriétaire du château de la Vervolière. Elle décède à Toulon en 1865, à l'âge de 25 ans, après avoir contracté le choléra. Son père, Augustin Coudrin est enterré à proximité. Il est le neveu du père Pierre Joseph Coudrin, fondateur de la congrégation de Picpus, dont le couvent se trouve dans le bourg de Coussay-les-Bois. Il est mort en 1880. La tombe de son épouse, Marie Nicole Gabrielle Gossin, est située entre la sienne et celle de sa fille. Elle est décédée à la Grelandière en 1885.

Dans la partie nord-est du cimetière se trouvent les sépultures de membres de la congrégation de Picpus. La tombe de gauche est celle d'André Olympe Guillot, aumônier du couvent des sœurs de Coussay-les-Bois, décédé en 1873. La tombe porte plusieurs éléments décoratifs rappelant la vocation religieuse du défunt: les Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie et un calice sont représentés sur la croix couronnant le tombeau. Au pied de cette croix, une sorte d'étole, décorée de deux croix pattées, s'enroule autour de la stèle. La tombe située à sa droite abrite le corps de Jean-Baptiste Béchel, prêtre du couvent de Picpus, décédé à Coussay-les-Bois en 1884. Là encore, la croix porte les Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, sculptés en haut-relief. Une autre tombe affilée au couvent de Picpus est située à proximité du mur ouest: il s'agit de la tombe de Fortunant Couffignal, père des Sacré-Cœurs et curé de Coussay-les-Bois de 1933 à 1939, comme le précise son épitaphe. La sépulture est très dépouillée. Il s'agit d'une dalle, d'une stèle et d'une croix simple en pierre calcaire. La croix a été brisée et repose aujourd'hui sur la dalle.

Murscalcaire enduit
Techniquessculpture
fonderie
Représentationscroix pomme de pin Sacré Coeur,
Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1837-1866: Délibérations du conseil municipal de Coussay-les-Bois.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Maturi Paul
Maturi Paul

Chercheur associé à la Communauté de Communes des Vals de Gartempe et Creuse (2015-2016), puis à la Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (2017-...).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.