Cimetière principal, dit des Olives
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Soulac-sur-Mer
  • Adresse rue Jean-Goudineau
  • Cadastre 2017 AC 125, 126
  • Dénominations
    cimetière
  • Parties constituantes non étudiées
    croix de cimetière, mur de clôture, portail

Un cimetière se trouvait à l'origine autour de l'église Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres. Comme celle-ci, il est au cours du 18e siècle recouvert par les sables. La construction de l'église de Jeune-Soulac s'accompagne également d'un transfert du cimetière. Pour des questions d'hygiène et de salubrité publique, il est déplacé dans les années 1850 sur un terrain à distance des habitations.

A la même époque, le cimetière du Verdon est également aménagé.

Toutefois, le développement de la station balnéaire de Soulac nécessite la création d'un cimetière sur le site du Vieux-Soulac, aux Olives.

En 1885, la commune acquiert une parcelle de terrain dans la forêt de Mme Lahens, près du chemin vicinal de Grande communication n° 14 allant au Verdon, afin d'y établir un nouveau cimetière.

Dès 1887, les premières demandent de concessions sont adressées à la mairie.

On y trouve les sépultures des familles de la veuve Goulée (éditeurs de cartes postales à Soulac), de l'entrepreneur Georges Chollet, de la veuve de l'architecte Tamanhan, de Marc Lafon, propriétaire viticole, ou encore du sculpteur Gilbert-Privat.

En 1892, le devis d'un mur de clôture en brique et pierre est dressé : les travaux sont adjugés en 1893 à l'entrepreneur Georges Chollet. Ils sont suspendus en 1894, l'agrandissement du cimetière étant déjà envisagé. Le cimetière est bel et bien agrandi en 1929.

La tombe de la famille Sibileau porte la signature de l'entrepreneur Cougrand Jeune à Royan.

Le cimetière se compose de deux parties : le cimetière d'origine se trouve en hauteur, tandis que l'agrandissement a été réalisé en contrebas.

Les vestiges d'un mur de clôture en brique et pierre sont conservés.

Le portail monumental formant porche est orné de couronnes mortuaires et surmonté d'une urne funéraire.

Dans l'allée centrale, une croix de cimetière fait également office de sépulture des anciens curés (dom Maguelonne décédé en 1888 et l'abbé Paul de Bruyne décédé en 2015).

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • brique
    • calcaire pierre de taille
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • couronne mortuaire, urne
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Dossiers d'administration communale de Soulac, Cimetière, concessions, 1840-1940.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3821

Annexes

  • Documentation complémentaire
Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2017
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde