Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Confolentais - Confolens-Sud
  • Commune Abzac
  • Lieu-dit Fayolle
  • Cadastre 1996 C2 278, 279, 280, 295
  • Dénominations
    château
  • Appellations
    Château de Fayolle
  • Parties constituantes non étudiées
    ensemble agricole, étang, fossé, jardin d'agrément, cour, four, puits

Ce château aurait été construit au XVe siècle par la famille Embemat, premier propriétaire connu du château. Il fut transmis par le biais des alliances à la famille de Couhé de Lusignan qui en demeura propriétaire jusqu'à la Révolution. Il passa au XIXe siècle à la famille de Boismarin. Il fut enfin transmis, au XXe siècle, à la famille de L'Hermite, qui en est toujours propriétaire. Le château primitif a subi différentes transformations au cours des siècles. Le logis rectangulaire reçut au XVIIIe siècle un toit dit " à la Mansart ".

L'aile gauche du château, qui subsiste, aurait été construite en 1804.

La seconde aile, peut-être construite à la même époque, fut détruite en partie en 1943. Il ne subsiste aujourd'hui de cette aile qu'un bâtiment accolé au logis et une cave enterrée voûtée située dans le prolongement de ce bâtiment. Les ouvertures du logis et de l'aile gauche ont été remaniées au XXe siècle. Un donjon médiéval a peut-être précédé le château du XVe siècle. L'étang situé en contre-bas figure sur le cadastre de 1825. Il est peut-être antérieur au XIXe siècle.

Le château de Fayolle est situé sur une hauteur dominant la vallée de la Vienne. La façade sur cour du logis domine l'étang situé en contre-bas ainsi qu'un ensemble de fermes qui sont d'anciennes dépendances du château. Il est constitué d'un logis rectangulaire et de deux ailes disposés en U autour d'une cour.

Le logis rectangulaire est flanqué de trois tourelles d'angle circulaires aveugles et d'une tour polygonale à l'angle nord-ouest. Les tourelles sont des contreforts pleins. L'escalier en vis demi hors-oeuvre qui permet de desservir les deux étages est situé dans une tour circulaire placée au centre de la façade sur cour. Son pilier est sculpté. Cette façade est percée de deux travées. La façade sur jardin est percée de trois travées. Les élévations du logis sont en moellons de granite, de grès et de calcaire. Les encadrements de ses ouvertures sont en pierre de taille calcaire. Les ouvertures sont surmontées de linteaux en arc segmentaire excepté les ouvertures de la travée centrale de la façade sur jardin qui sont également plus petites que celles des autres travées. La porte d'entrée est située sur la tour d'escalier. Elle est perpendiculaire à la façade. Son encadrement est en granite, ainsi que ceux des petites baies de la tour d'escalier. Ses piédroits sont sculptés en cavet. Son linteau sculpté comprend l'emplacement d'un blason qui semble ne pas avoir reçu de décor. Le logis est couvert d'un toit à longs pans brisés en tuiles plates et ardoises. La tour nord-ouest est couverte d'un toit polygonal en ardoise. La tour d'escalier est couverte d'un toit conique. Les trois contre-forts sont couverts de toit bombés. L'aile gauche est constituée de quatre bâtiments accolés. Un premier bâtiment situé dans l'angle a été remanié.

Le second bâtiment est couvert d'un toit à longs pans à croupe en tuiles creuses. Ses élévations ont été recouverte de ciment. Il comporte un demi-étage. En façade, les encadrements des ouvertures du rez-de-chaussée sont en pierre de taille calcaire. Ceux du demi-étage sont en bois. Tous ceux de la façade sur jardin sont en pierre de taille calcaire. Ses élévations sont surmontées de génoises. Ces deux bâtiments correspondent à l'actuel logement. Une remise est accolée au second bâtiment. Elle comporte un comble à surcroît. Ses élévations sont en moellons de granite et de grès. Les encadrements de ses ouvertures sont en bois. Elle est couverte de longs pans en tuile creuse.

Une grange est accolée à cette remise. Ses élévations sont en moellons de granite et de grès. L'encadrement d'une porte ainsi que les piédroits de la porte charretière sont en pierre de taille. Le linteau de la porte charretière ainsi que l'encadrement d'une troisième porte sont en bois. Elle est couverte d'un toit à longs pans à demi-croupe en tuiles creuses. Une série de trous à pigeons s'étend sous la demi-croupe.

La seconde aile comporte un seul bâtiment. Il comporte un demi-étage auquel on accède par un escalier extérieur en pierre situé le long du logis. Les élévations de ce bâtiment sont en moellons de granite, de grès et de calcaire. Les chaînages de ses angles et encadrements de ses ouvertures sont en pierre de taille calcaire. Les portes sont surmontées de linteaux en arc en plein cintre. Ses élévations sont surmontées de génoises. Il est couvert d'un toit à longs pans à croupe.

Dans le prolongement de ce bâtiment et perpendiculairement à sa façade se trouve, sous le sol, une cave enterrée voûtée en pierre à laquelle on accède par un escalier. Ses parois sont recouvertes de pierre.

Dans la cour se trouve un puits. Sa margelle circulaire est en moellons. Elle est surmontée d'une structure métallique avec treuil en bois. L'aile gauche donne sur un jardin en terrasse délimité par un muret. Ce muret présente à la moitié de sa longueur et dans un angle deux petits espaces circulaires rappelant les tourelles d'angle du logis.

  • Murs
    • calcaire moellon
    • granite moellon
    • grès moellon
  • Toits
    tuile creuse, tuile creuse mécanique, tuile plate, ardoise
  • Étages
    2 étages carrés, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans brisés
    • toit conique
    • toit polygonal
    • toit à longs pans
    • toit bombé
    • croupe
    • demi-croupe
  • Escaliers
    • escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis
    • escalier de distribution extérieur
  • Typologies
    logement à étage à porte centrale ; logement à 2 travées ; grange à façade en gouttereau
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • ornement architectural
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • Association Promotion Patrimoine. Châteaux, manoirs et logis. La Charente / dir. de recherches Pierre Dubourg-Noves. Philippe Floris, Pascal Talon. Dir. Niort : A.P.P., 1993 (Sans lieu : Aubin).

    p. 79
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

    p. 123
  • Gaillard, Jean-Paul (dir.), Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, Paris, Librairie Bruno Sepulchre, 2005.

    p. 27
Date d'enquête 2004 ; Dernière mise à jour en 2004
Articulation des dossiers