Auteur
Beauvarlet Gilles
Beauvarlet Gilles

Photographe à l'Inventaire du patrimoine de Nouvelle-Aquitaine (site de Poitiers).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Confolentais - Confolens-Nord
  • Commune Ambernac
  • Lieu-dit Praisnaud
  • Cadastre 1985 C2 95
  • Dénominations
    château
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, four à pain, puits, cour, dépendance, logement

Il n'existe aucune mention de ce château avant le XVIe siècle. Ce château appartenait aux Babaud, grande famille bourgeoise confolentaise. Les Babaud-Praisnaud ont conservé le château jusqu'au XIXe siècle. Plusieurs membres de cette famille ont joué un rôle politique important : Jean-Baptiste Babaud-Praisnaud était sous-préfet de Confolens de 1831 à 1848. Léonide Babaud-Laribière était avocat, député du peuple en 1848, opposant républicain sous l'Empire, préfet de la Charente en 1871, auteur d'ouvrages historiques, dont les "Etudes historiques et administratives". Son petit-neveu, Antoine Babaud-Lacroze (1846-1930) était député de la Charente, et le fils de ce dernier, Léonide Babaud-Lacroze (1876-1949), était conseiller d’État et sénateur, auteur des "Pages confolentaises" et des "Quarante-huitards". Ils portaient un blason "de gueules à un grenadier d'or à cinq branches". Vers 1935, Praisnaud était acheté par l'acteur de cinéma Noël-Noël, dont l'épouse était originaire d'Ambernac.

Le château date du XVIe siècle. Les deux tours semblent effectivement dater de ce siècle. Le logis a été remanié au XVIIIe siècle, les baies ont été modifiées et la toiture a été refaite avec des longs pans brisés. Le plan a été peu modifié par rapport au plan cadastral de 1824. Seules quelques dépendances accolées au nord du logis ont été détruites, ainsi qu´une partie de la grange. Le château a été restauré au XXe siècle par Noël-Noël. Les principaux travaux (aménagement intérieur, certaines ouvertures sur la façade sud-est et destruction d´une partie de la grange) semblent avoir été réalisés à la fin des années 1930.

Le château de Praisnaud est situé à 3 kilomètres à l´est du bourg d'Ambernac, au nord du hameau de Saint-Martin, ancienne paroisse. Il se trouve dans une vallée isolée, à proximité d´étangs et de bois, dans un environnement préservé.

Les matériaux utilisés sont le granite, le calcaire de Pressac, le grès et le poudingue. Il est composé d'un corps de logis rectangulaire flanqué de deux tours disposées en diagonale. Le logis possède un rez-de-chaussée, un étage et un autre étage mansardé. Les deux premiers niveaux sont percés de cinq travées sur la façade nord-ouest, qui n´a pas été remaniée depuis le XVIIIe siècle, et huit travées sur la façade sud-est. Les baies sont larges et régulières, les encadrements sont en pierre calcaire de Pressac, sauf pour certaines ouvertures de la façade sud-est, dont les encadrements sont en pierre blanche, peinte en couleur ocre jaune. Ces ouvertures ont été réalisées ou remaniées par Noël-Noël en imitant les encadrements d´origine. L'étage de comble, sous une toiture à longs pans brisés, est percé de quatre lucarnes sur chaque façade. La porte d'entrée de la façade nord-ouest est située sur la travée centrale. Elle est munie de deux vantaux, d'une imposte décorée par un ouvrage en ferronnerie. La porte est couverte en anse de panier, la clé est décorée d'un cœur et porte la date "1777", qui pourrait être la date de restauration du château.

La porte d'entrée ouvre sur un escalier tournant en charpente avec jour. Plusieurs escaliers de même style existent dans les communes environnantes. L´escalier est encadré de chaque côté par un mur de refend. Les pièces des deux premiers niveaux sont desservies par un couloir qui longe la façade nord-ouest du logis et permet d´accéder à chaque extrémité du logis à une pièce traversante. Les pièces sont munies de cheminées de styles et d'époques différents. L'aménagement intérieur (sol, boiseries) a été réalisé en grande partie par Noël-Noël.

Les deux tours sont circulaires, couvertes d'un toit conique en tuiles plates. Ces tours en diagonale sont dotées d´un système défensif particulier. Elles sont percées chacune de canonnières au rez-de-chaussée et à l´étage disposées de façon à défendre les quatre élévations du logis.

Une cour carrée est située au nord-ouest du logis. Cette cour était fermée à l´origine et on y accédait par un portail. Plusieurs dépendances sont disposées autour de cette cour. Une grange, qui était plus longue sur le cadastre de 1825, est percée d'une porte à linteau en bois sur le mur gouttereau, et d'une porte cintrée déplacée sur le mur pignon, qui était située autrefois sur le mur gouttereau sud-est de la partie détruite par Noël-Noël. Le four à pain, récemment restauré, est couvert d'un toit en pavillon. Près de la tour nord-est, un édicule de plan carré est appelé " pigeonnier ", il s´agissait effectivement probablement d´un pigeonnier, mais il ne possède aucun boulin. Il est construit en pierres au rez-de-chaussée et en briques recouvertes d´un enduit sur trois élévations à l´étage.

Le puits n'est pas situé dans la cour mais au sud-est du logis. Une ferme dépendant du château se trouve au nord-ouest. Elle est composée d'une habitation à trois travées, portant la date « 1882 » sur la poignée de la porte, et d'une grange à demi-croupe en façade, dont la charpente est composée de 5 fermes.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit partiel
    • granite moellon enduit partiel
    • grès moellon enduit partiel
    • alios moellon enduit partiel
  • Toits
    tuile creuse, tuile plate
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • toit à longs pans brisés
    • toit conique
    • toit en pavillon
    • demi-croupe
  • Escaliers
    • escalier de distribution : escalier tournant en charpente
  • Typologies
    ferme à bâtiments dispersés ; logement en rez-de-chaussée à porte centrale ; logement à 3 travées ; grange à demi-croupe en façade
  • Techniques
    • ferronnerie
    • sculpture
  • Représentations
    • coeur, chronogramme
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Protections
    inscrit MH, 2004/10/26
  • Précisions sur la protection

    Le logis, les communs, la cour ainsi que la grange, en totalité (cad. C 95, 101) : inscription par arrêté du 26 octobre 2004.

Bibliographie

  • Association Promotion Patrimoine. Châteaux, manoirs et logis. La Charente / dir. de recherches Pierre Dubourg-Noves. Philippe Floris, Pascal Talon. Dir. Niort : A.P.P., 1993 (Sans lieu : Aubin).

    p. 81
  • Daras, Charles. Anciens châteaux, manoirs et logis de la Charente. Edition revue et complétée. Editions Coquemard ; Angoulême, 1968. Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1966.

    p. 57
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

    p. 126
  • Gaillard, Jean-Paul dir. Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, librairie Bruno Sépulchre, 1993.

    p. 44-45
Date d'enquête 2004 ; Dernière mise à jour en 2004
Articulation des dossiers