Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château Lilian-Ladouys

Dossier IA33008619 réalisé en 2013

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationchâteau viticole
AppellationsLilian-Ladouys
Parties constituantes non étudiéeschai, cuvage, portail
Dénominationsdemeure
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographiesla Gironde
AdresseCommune : Saint-Estèphe
Lieu-dit : Ladouys
Cadastre : 1825 D1 445 à 447 ; 2015 OD 1481

Des bâtiments figurent à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825.

Dans l'édition de 1850 de l'ouvrage de Cocks, "A Ladouys" appartient à Barre et produit 60 tonneaux. D'après les augmentations et diminutions du cadastre, Auguste Barre fait construire une nouvelle maison en 1872 (parcelle D446) et procède à une augmentation de construction d'une maison en 1873 (parcelle D445). On trouve d'ailleurs les initiales d'Auguste Barre sur un des pavillons du château. Le corps de logis principal semble plus ancien que les tours qui auraient été ajoutées dans un second temps ; la façade postérieure de la demeure laisse entrevoir des volumes qui sont peut-être également plus anciens.

Il appartient toujours à cette famille en 1880 et est illustré dans le Supplément à la Statistique Générale de la Gironde. Dans l'édition de 1898, il est devenu "Château Ladouys" appartenant à Vve Audon : la production s'élève à cette époque à 200 tonneaux.

Une carte postale du début du 20e siècle indique que le cuvier dans le prolongement de l'habitation était un cuvier à étage avec une vaste porte haute formant pignon pour réceptionner la vendange directement par le haut des cuves.

Dans les années 1980, le domaine est acheté par un entrepreneur suisse, Christian Thiéblot, qui adjoint au nom de Ladouys le prénom de la sa femme Lilian. Des extensions sont réalisées (cuvier inox, bureaux). L'ensemble bénéficie d'une entière restauration en 2001.

En 2003, la propriété est rachetée par la banque Natixis, puis passe entre les mains de Jacky Lorenzetti en 2008. Un cuvier semi-enterré est ajouté.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle

La demeure est composée d'un corps de logis principal avec un pavillon central à étage ; deux tours coiffées d'ardoise encadrent l'ensemble. Les fenêtres de l'étage du pavillon central présentent des appuis saillants soutenus par deux consoles moulurées ; elles sont couronnées d'un fronton triangulaire. Les parties en rez-de-chaussée de part et d'autre sont surmontées d'une balustrade.

Les tours sont construites en pierre de taille. A l'étage, elles s'interrompent étrangement et présentent une élévation postérieure en moellons. La tour sud présente une table décorative portant les initiales AB (Auguste Barre), la tour nord les initiales CL (Château Ladouys?). Les fenêtres du rez-de-chaussée ont un encadrement mouluré avec agrafe sculptée ; celles de l'étage sont couronnées d'une corniche avec volutes affrontées.

Dans le prolongement du logis au nord se trouve le cuvier.

Murscalcaire moellon enduit
pierre de taille
Toitardoise, tuile creuse
Étages1 étage carré, en rez-de-chaussée
Couvrements
Couverturestoit conique
toit à longs pans croupe
appentis
Techniquessculpture
Représentationsmonogramme, balustre, losange, volute, cartouche

Estuaire

TRAVEE6
FORBAIEplate-bande (fenêtre) ; linteau droit (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; agrafe (fenêtre) ; corniche (fenêtre) ; couvrement saillant (fenêtre)
POSRUEautre
POSPARCen retrait
POSTOPOplateau
ORIENTest
VUEvue étendue
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984.

    p. 222
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 226-227
  • FERET Édouard. Supplément à la statistique générale de la Gironde, partie vinicole, Bordeaux-Paris, 1880.

    p. 48
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire