Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Saint-Vivien-de-Médoc
  • Adresse 24 rue du 8 mai 1945
  • Cadastre 2014 F3 624, 625
  • Dénominations
    demeure
  • Précision dénomination
    château viticole
  • Appellations
    Gauvain
  • Parties constituantes non étudiées
    jardin

Le lieu-dit Gauvaing est indiqué sur la carte de Belleyme (1763-1734) puis sur le plan cadastral de 1833 : aucun bâtiment n'est construit à cet emplacement.

La demeure actuelle est probablement construite dans la 2e moitié du 19e siècle, peut-être en 1884 comme le suggèrent les augmentations-diminutions des registres cadastraux.

L'édition de 1881 de l'ouvrage de Cocks et Féret mentionne le Cru de Gauvin appartenant à Frédéric Lafon et produisant 40 tonneaux. En 1898, le Cru de Gauvin est entre les mains du dénommé Erit, de Blaye, avec une production de 20 tonneaux. En 1908, deux propriétaires semblent se partager ce cru : Fournier (10 tonneaux) et Fournadeau Guimard (12 tonneaux).

Aucun bâtiment de dépendance n'accompagne aujourd'hui la demeure : la vinification se faisait peut-être dans des petits chais voisins.

  • Période(s)
    • Principale : 2e moitié 19e siècle

La maison à étage est construite sur une plateforme rectangulaire au milieu d'un jardin.

La façade principale est composée de cinq travées, la travée centrale formant un léger ressaut. On accède à la porte d'entrée par quelques marches. Le niveau de rez-de-chaussée est traité en bossage continu avec les appuis des fenêtres formant bandeau. Un bandeau mouluré sépare rez-de-chaussée et étage dont les murs sont ornés de tables décoratives traversées par un bandeau mouluré. Une frise alternant tables décoratives et fleurettes est située sous la corniche sommitale à modillons.

La travée centrale est encadrée de pilastres massifs supportant d'imposantes consoles soutenant le balcon à balustres de l'étage. Les baies en arcs segmentaires et à hambranles moulurés présentent des agrafes sculptées : celle de la porte principale est sculptée d'une tête de lion.

La toiture brisée en ardoise est percée de 5 lucarnes aux frontons cintrés.

  • Murs
    • calcaire pierre de taille
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    1 étage carré, rez-de-chaussée surélevé
  • Couvrements
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à longs pans brisés croupe brisée
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • lion, feuillage, coquille, guirlande, cuir découpé

Estuaire

  • TRAVEE 5
  • FORBAIE arc segmentaire (porte) ; arc segmentaire (fenêtre) ; chambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; agrafe ornée (porte) ; agrafe ornée (fenêtre)
  • POSRUE en alignement
  • POSPARC en retrait ; parcelle d'angle
  • POSTOPO
  • ORIENT nord-est
  • VUE
  • CLOT piliers de portail
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1881 (4e édition).

    p. 240
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 261
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908, enrichie de 700 vues de châteaux viticoles (8e édition).

    p; 325, 326
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2014
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde