Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château-fort de Hérisson

Dossier IA79004424 réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéeschapelle, logis, tour, ensemble fortifié, motte
Dénominationschâteau fort
Aire d'étude et cantonRégion Poitou-Charentes - Secondigny
AdresseCommune : Pougne-Hérisson
Lieu-dit : Hérisson
Cadastre : 1838 A1 70 à 72 ; 2013 A A 185-189, 558, 559

Le castrum de Hérisson est mentionné dans les archives vers 1041-1044, ce qui en fait l’un des plus anciens châteaux du Moyen Âge attestés en Gâtine. Il est rapidement mentionné dans une charte par laquelle un petit noble, Simon de Verruye, fait don à l’abbaye de Saint-Maixent de quelques terres et de vignes situées « près du castrum qui est appelé Hérisson ». L’acte est signé en présence de Geoffroy de Thouars, ce qui semble indiquer que ces terres étaient alors dans la dépendance du vicomte. L’église du lieu - sans doute Saint-Georges - est citée quant à elle en 1188. Son architecture ne contredit pas une datation dans ces années là. Elle était probablement réservée à l’usage du château, en tant que chapelle, avant de devenir église paroissiale.

Avant 1280, la famille des seigneurs d’Argenton, établie dans la vassalité des vicomtes de Thouars, possède déjà des biens à Hérisson, mais on ne peut assurer qu’elle tient le château. En 1217, Geoffroi, seigneur d’Argenton, apparaît ainsi dans une charte de donation par laquelle il offre à l’abbaye de l’Absie la dîme de Hérisson. En mai 1230, il rend hommage à Louis IX en tant que sénéchal de Thouars, et reçoit une rente annuelle de 250 livres, ce qui témoigne de sa puissance. Trois ans plus tard, son fils Aimeri fait don à la même abbaye d’une rente de six livres sur le péage du lieu. Cela suggère l’importance du passage sur le cours d’eau des arcis, qui n’est plus qu’un ruisseau aujourd’hui. Pour Bélisaire Ledain, l’historien de la Gâtine, les seigneurs d’Argenton rendaient hommage pour cette châtellenie au seigneur de Parthenay. Nous n’en avons pas la preuve avant le 14e siècle. Les sires d’Argenton conservent la seigneurie de Hérisson jusqu’au début du 15e siècle. Elle passe par alliance, en 1405, à Jean de Torsay sénéchal du Poitou et grand maître des arbalétriers de France, puis à Jean Arignon en 1429, Aymar de la Rochefoucauld avant 1450, enfin Jean du Fou, en 1467, chambellan du roi et bailli de Touraine. La fille de ce dernier, Renée, apporte en dot Hérisson à son époux Louis de Rohan au début du 16e siècle. Chacun de ces grands seigneurs avait les moyens financiers de faire reconstruire le château, mais aucun n’a dû en faire sa résidence principale. Le château passe à différents propriétaires à l’époque moderne ; il est tenu par la famille Sauvestre de Clisson au 18e siècle. Plusieurs plaques tombales, sur le sol de l’église Saint-Georges, montrent encore l’intérêt que cette famille pouvait porter au fief de Hérisson à la veille de la Révolution. La châtellenie se limitait alors à quelques fiefs dans les paroisses de Secondigny, Fénery et Pougne. Le château a sans doute été ruiné et abandonné à la Révolution, comme d’autres bâtiments dans le bourg de Hérisson.

Période(s)Principale : 1ère moitié 11e siècle
Principale : 13e siècle , (?)
Principale : 15e siècle , (?)
Principale : 16e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Le terme « castrum » cité vers 1040 peut désigner une enceinte assez vaste englobant l’église Saint-Georges et longeant au nord le vallon des Arcis. Il n’en reste aucune trace. Le noyau castral apparaît aujourd’hui assis sur une butte de terre en partie artificielle, assise sur un rocher de granit et dégagée par un fossé. Il s’agit manifestement d’une motte. Si le relief disparaît sous les éboulements de pierre au sud, il apparaît encore bien marqué au nord, au-devant de la muraille. De ce côté en effet, le rocher naturel surmonté de remblais sert d’assise à une enceinte de pierre qui se développe et s’élève à l’ouest en formant le mur de fond du logis médiéval. La datation de cette muraille est assez difficile, mais pas antérieure à la fin du 12e siècle. On peut restituer une enceinte de pierre de plan quadrangulaire, renforcée aux angles de tourelles rondes trop modestes pour être considérées comme des tours de défense. A l’ouest, deux de ces tours possèdent de petites salles en partie haute. Il s’agissait sans doute de réduits défensifs, bien que leurs ouvertures étroites ressemblent davantage à des fentes de jour qu’à des ouvertures de tir. Ces salles étaient en communication avec un chemin de ronde dont la trace est encore visible au sommet du mur, avec des créneaux qui ont été fermés a posteriori. La troisième tour, au sud, a été arasée. Contre cette muraille s’élève vers la cour un bâtiment élevé en moellons de granit, la pierre de taille n’apparaissant que pour l’encadrement des ouvertures. Il présente les dispositions caractéristiques des logis nobles de Gâtine de la fin du 15e et du début du 16e siècle. Le bâtiment est élevé sur deux étages au-dessus du rez-de-chaussée. De plan rectangulaire, il montre deux grandes salles à chaque niveau. Ce sont des pièces d’habitation, dotées de fenêtres à coussièges (bancs de pierre) percées vers la cour. Comme les portes rectangulaires, qui sont couvertes d’un linteau décoré d’une accolade, ces fenêtres peuvent dater du milieu du 15e siècle. Leur appui saillant mouluré invite même à une datation plus tardive. Les pièces possèdent des cheminées dont la hotte rectangulaire repose sur des colonnettes à bases baguées et couronnées de chapiteaux ornés de feuillages à peine esquissés. Ce décor rappelle plutôt le 13e siècle (archaïsme ? Remplois ?).

Au sud, le corps de logis principal est précédé d’un autre bâtiment moins profond, adossé à la muraille. Contenant les galeries de circulation, il est clairement venu se plaquer après coup entre les chambres et une tour de plan hexagonal contenant l’escalier en vis. C’est ce dernier qui dessert les étages. On y accède par une large porte rectangulaire, dont l’encadrement est souligné de moulures reposant sur des piédroits à base prismatique. Le linteau assez simple accueille un blason muet. Il devait être peint des armoiries des seigneurs du lieu.

La distribution générale compliquée correspond tout à fait à celle que l’on trouve couramment dans les logis nobles de la fin du Moyen Âge en Bas Poitou : la porte principale, ouverte à la base de la tour d’escalier hors œuvre, conduit à chaque niveau à une galerie étroite desservant deux chambres en enfilade. C’est sans doute dans un second temps que cette galerie a été fermée d’un mur de pierre, éclairée de petites baies cintrées dont le style accuse le courant du 16e siècle. Elle était doublée en façade d’une galerie de bois en encorbellement portée par des poutres dont les trous d’encastrement sont bien visibles. Ils conservent encore de nombreuses pièces de bois sciées au ras du parement.

A l’extrémité nord du logis, au second étage, une porte dans l’angle du bâtiment donnait accès au chemin de ronde de la muraille voisine. La fenêtre qui la jouxte exclut en effet l’hypothèse de l’existence d’une aile de logis en retour, vers l’est.

A l’intérieur, les planchers usés ou déposés des étages témoignent d’un abandon de longue date.

Le château de Hérisson présente un intérêt historique et architectural indéniable. C’est l’un des premiers châteaux de Gâtine et son site archéologique paraît intégralement préservé. Il n’y a jamais eu de fouilles sur le site. Le logis conserve bien lisibles toutes ses dispositions anciennes ; il possède encore ses portes et fenêtres moulurées, et ses cheminées gothiques, toutes différentes, qui sont d’un type peu fréquent en Gâtine.

Mursterre
granite moyen appareil
granite petit appareil
Toittôle ondulée
Techniquessculpture
Représentationsornement figuré, tête ornement géométrique
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossier sur Hérisson.

    Archives nationales, Paris : 1AP*1153-1154
  • Dossier sur Hérisson.

    Archives nationales, Paris : 1AP 723 ; 1 AP 727
  • Dossier sur Hérisson.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : E 1727
Documents figurés
  • Lithographie d’Eugène Sadoux publiée dans Ledain, Bélisaire, La Gâtine historique et monumentale, Paris, Imprimerie de Claye, 1876.

    p. 163
  • [Vue du château et des églises de Hérisson.] S. d. [vers 1890]. Jules Robuchon. 155 x 213 mm. Photographie. Épreuve pour Paysages et monuments du Poitou. [Bibliothèque nationale de France, section Estampes. Topographie de la France, I 79 - 1 C].

Bibliographie
  • Baudry, Marie-Pierre. Châteaux « romans » en Poitou-Charentes. Xe - XIIe siècles, Collection Cahiers du Patrimoine, n° 95. Geste éditions, 2011.

    p. 87, 174, 177, 184, 191, 253, 288, 312
  • Baudry, Marie-Pierre. Les fortifications des Plantagenêts en Poitou 1154-1242. Paris, 2001. Comité des travaux historiques et scientifiques, Mémoires de la section d'archéologie et d'histoire de l'art, 11.

    p. 323
  • Beech, George, Une société rurale dans la France du Moyen Âge. La Gâtine poitevine aux XIe et XIIe siècles, Les Cahiers de la Recherche en Gâtine, 1997, t. 3.

  • Ledain, Bélisaire. La Gâtine historique et monumentale. Illustrations : E. Sadoux. Paris, 1876.

    p. 163
  • Richard, Alfred. Chartes et documents pour l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent. Archives historiques du Poitou, t. XVI (1886).

    p. 120
  • Luçon, Philippe, Le château de Hérisson, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art soutenu à l’Université de Poitiers sous la direction de Marie-Thérèse Camus, 1998.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Baudry Marie-Pierre