Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château (détruit)

Dossier IA23006029 réalisé en 2009

Fiche

Parties constituantes non étudiéesjardin, mur défensif, colombier, tour
Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Pays Dunois - Dun-le-Palestel
AdresseCommune : Colondannes
Lieu-dit : le Ris
Cadastre : 2008 AD 108

Le témoignage le plus ancien de l´existence du château remonterait à 1300 environ. Le premier seigneur connu pourrait être Jean (ou Jehan) CHOUNEYRON, en 1388. Durant le 16e siècle, le fief était la possession de la famille DE LA CELLE jusqu´à ce qu´il ait été vendu à Gabrielle GENTIL en 1596, puis à ses héritiers successifs : les familles MOREAU (1597 à environ 1701), BONNET (environ 1708 à environ 1773), NESMOND (environ 1711 à environ 1791), LABUSSIERE (à partir de 1816) et DELOR. Cette dernière l'a vendu au meunier du Cros qui l'a gardé en métairie dans sa famille jusqu´à sa vente par morceaux en 1993. Après la famille MOREAU, les propriétaires ont été désignés comme étant propriétaires du fief du Ris, sans mention du château, il est donc difficile de savoir à partir de quelle date celui-ci est tombé en ruines ou a été détruit. Une note tirée du fond Champeval donne une description sommaire du château vers 1600 : maison et une tour en un jardin renfermé de hautes murailles, contenant 8 boisselées, mesure de Dun, un colombier et divers héritages. L´emplacement probable du château se trouvait à une centaine de mètres du parcours local de l´itinéraire ancien (que l´on retrouve encore partiellement sur la carte de Cassini) allant de Bridiers (Breith) à Aigurande (Equoranda) et passant par Dun (Dunum). Il aurait remplacé une villa gallo-romaine dont une partie des fondations et un grand nombre de tuiles ont été retrouvés. Sur le cadastre napoléonien, la toponymie confirme l´existence du château : une parcelle carrée d´environ 75 m de côté est cadastrée Le Château. En bordure de celle-ci, au nord-ouest, se trouve le Jardin du Château, au sud-ouest immédiat le Pâtural de L´Age (de haga, haie défensive), plus à l´ouest les Portes du Ris et la Garde du Ris. Plus au nord, une parcelle est cadastrée l´horgenil, qui signifie jardin des poules, et donc basse-cour. Il pourrait s´agir de la basse-cour du château. En 1992, le carré de 75 mètres figurant au cadastre ancien sous le nom le Château était limité, en partie, sur son côté nord-est par un mur de 48 mètres de long, en pierres locales sans mortier. Entre certaines de ces pierres, des fragments de tuiles gallo-romaines ont été découverts. Il s´agissait d´un mur d´environ 60 centimètres d´épaisseur. La partie sud du carré était envahie par une haie dans laquelle a été découvert, tout le long, un mur arasé d´environ 60 centimètres d´épaisseur constitué de pierres dont certaines taillées en petit appareil. Il a été considéré que ce carré, faute de preuves, pouvait correspondre au pourtour des hautes murailles, donnant une superficie de 8 boisselées soit environ 5000 m2. L´orientation nord-est de ce qui paraissait être un mur de clôture, pourrait être celui de la façade du château, à cause de la vue étendue dans cette direction. Plusieurs vestiges médiévaux provenant du château ont été retrouvés parmi lesquels : - un fragment central de vis d´escalier en granite, trouvé aux abords sud du site. Il confirme l'existence d'une tour, dotée alors d'un escalier à vis. - une pierre taillée, en granite, insérée et saillante dans le bas du mur de façade d´une petite maison située à proximité des « Jardins du Château ». Il pourrait s´agir de la base d´une cheminée assez monumentale. - une pierre sculptée de deux arceaux et intercalée au-dessus du portail d´une grange. Après restauration de la grange, la pierre a été retirée, elle est actuellement conservée à la mairie de Colondannes. - un bloc de granite de 35 x 80 cm arrondi à une extrémité ; creusé, en son dessus et sa longueur, d´un conduit à eau. Il s´agirait peut-être d´une gargouille provenant du haut d´un mur du château.

Période(s)Principale : 14e siècle , (?)
Auteur(s)Personnalité : Chouneyron Jehan

Aujourd'hui, il ne reste aucune trace du château du Ris sur le terrain. Seules quelques pierres taillées en réemploi dans les murs des maisons du village rappellent l'existence d'un château médiéval au Ris.

État de conservationdétruit
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Requête du juge de Dun contre le meunier de la Villatte (1652)
    Datée de 1652, une requête au juge de Dun contre le meunier de la Villatte donne quelques détails concernant le village du Ris et son seigneur : Pierre Moreau est seigneur propriétaire du fief du Ris (...) à cause de son chastel et chastellenie de ce lieu duquel fief du Ris dépendent plusieurs hommes de directe et notamment le villaige du Ris consistant en onze feux et deux mestéries, tous lesquels habitants dudit villaige du Ris tiennent tous leurs bâtiments dommaines et héritaiges en direct dudit supliant à cause de son dict fief du Ris et par ce aux termes de nostre coustume tenus et adstraints d'aller meuldre tous leurs grains au moulin de la Renardière (Sagnat) apartenant au supliant estant dans la banlieu dudict villaige.

    Extrait de : Archives départementales de la Creuse, Série E, Féodalité, familles, état civil, communautés d'habitants, notaires, E 692.

Références documentaires

Bibliographie
  • PORCHER, Jeanne. Colondannes, un village creusois au fil tu temps. Mémoire de la terre - Mémoire des hommes. Limoges : impr. GDS, , 2002, 376 p.

    p. 125, 129-134 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
Périodiques
  • TESSIER, Armand. Indices sur le site et le château du Ris (commune de Colondannes). Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 1992, t.XLIV, p. 486-491.

    pp. 486-491 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
  • PORCHER, Jeanne. Histoire du château du Ris, disparu. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, t. XLIV, 1992, PV043.

    PV043 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Département de la Creuse - Pacquot Eglantine
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.