Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
  • Commune Saint-Genès-de-Blaye
  • Lieu-dit Ségonzac
  • Cadastre 1832 B 1246  ; 2013 OB 1472-1473
  • Dénominations
    demeure
  • Précision dénomination
    château viticole
  • Parties constituantes non étudiées
    logement, château d'eau, chai

Le site de Ségonzac, dominant l'estuaire, inciterait à penser qu'une maison noble existe de longue date lorsqu'elle est citée pour la première fois, semble-t-il en 1666, en possession des Bellot, famille noble du Blayais. A la suite du mariage, célébré en 1788 dans la chapelle domestique du château, de Marguerite-Thérèse de Bellot, fille de Pierre de Bellot, avec Anne-François-César de Beaupoil de Saint-Aulaire, le domaine passe dans les biens des Beaupoil de Saint-Aulaire. Des parties anciennes du château ne sont conservées que les dépendances, dont l'aile des chais au sud et celle des étables au nord, difficilement datables mais qui ne paraissent pas antérieures à la 2e moitié du 18e siècle (baies cintrées en arc segmentaire). D'après le plan cadastral de 1832, l'ancienne demeure, plus proche des dépendances qu'elle ne l'est aujourd'hui, se composait d'un corps de logis de plan carré doté d'un tour (d'escalier ?) sur la façade ouest et d'une extension rectangulaire à l'est. Le registre des augmentations de la matrice cadastrale mentionne une construction nouvelle en 1861, qui semble correspondre au bâtiment du logements des ouvriers, à l'écart au nord-est.

Les remaniements les plus importants interviennent à la fin du 19e siècle, après l'acquisition en 1887 de la propriété, ravagée par le phylloxéra et presque à l'abandon, par Jean Dupuy, sénateur des Hautes-Pyrénées et homme de presse. Ce dernier décide de créer à Ségonzac un domaine viticole modèle. Entouré du régisseur Alexandre Faure et du maître de chai Achille Laborde, il entreprend des travaux considérables de terrassement, de drainage et de plantations nouvelles de vigne. Il fait également reconstruire la demeure, mais mobilise surtout ses moyens dans la construction d'un nouveau cuvier et d'un chai à barriques, confiée à l'architecte blayais Aurélien Nadaud. L'ensemble est rapidement opérationnel puisque les nouvelles installations, notamment le cuvier mécanique à vapeur, sont récompensées par la Société d'agriculture de la Gironde en 1892. Cette réalisation expérimentale, qui traduit tout l'intérêt de Jean Dupuy pour l'agriculture, aura sans doute compté dans le choix de sa nomination au poste de ministre de l'agriculture en 1899. Durant la 1ère moitié du 20e siècle, son fils Pierre, député de la Gironde, poursuit l’œuvre paternelle ; c'est probablement à lui qu'est due la construction du château d'eau en béton dans les années 1930. Le domaine est resté dans la famille Dupuy jusqu'en 1990.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
    • Secondaire : 2e moitié 18e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 2e quart 20e siècle
  • Auteur(s)

La demeure et ses dépendances occupent l'extrémité de la dorsale d'un coteau s'avançant vers l'estuaire. Les bâtiments sont disposés sur une cour fermée, hormis les chai et cuvier construits a novo en contrebas. L'aile sud, qui correspond probablement aux anciens chais, est en rez-de-chaussée sur un niveau en soubassement, alors que l'aile nord, vraisemblablement les anciens communs, comporte un niveau en surcroît ; cette aile est prolongée par un logis d'un étage pour le régisseur. Une autre dépendance en rez-de-chaussée, située au nord de la précédente, constitue les anciennes étables. Plus à l'écart au nord et au delà d'un château d'eau en structure béton, se trouve un ensemble de 5 logements d'ouvriers agricoles d'une travée à étage, dont un double en profondeur. Enfin, près de l'entrée, un autre logement (de régisseur ?) est séparé de la rue par un mur de clôture. Toutes les dépendances sont couvertes en tuile creuse.

La demeure, isolée sur le rebord du coteau et tournée vers l'estuaire, est établie sur un niveau en soubassement et compte un étage carré et un étage de comble. Elle est de plan carré. La façade sur cour comporte un avant-corps de 3 travées et 2 travées de part et d'autre. les deux ailes perpendiculaires sur l'arrière encadrent un corps central en léger retrait précédé d'une terrasse à l'étage, offrant une vue sur l'estuaire. Les toitures des différents corps, individualisées, sont à croupe brisée et couvertes d'ardoise.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • béton
  • Toits
    ardoise, tuile creuse
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe brisée
    • toit à longs pans croupe
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • guirlande
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Enquête de terrain réalisée en 2008.

Documents d'archives

  • Mariage entre Anne-François-César de Beaupoil de Saint-Aulère et Marguerite-Thérèse de Bellot, dans la chapelle domestique du château de Ségonzac, 13 novembre 1788.

    Archives départementales de la Gironde : 4 E 3699
  • Dossier de la famille de Bellot (1782-1790).

    Archives départementales de la Gironde : 2 E 220
  • Matrices cadastrales et états des sections, 1834-début du 20e siècle.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 3 P 405/01-06

Bibliographie

  • CHAIX D'EST-ANGE Gustave. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. Evreux : imprimerie de Charles Hérissey, 1903-1929.

    T. 3, p. 308-309.
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    P. 626-628.
  • COTTON DE BENNETOT Arlette. Petit dictionnaire des rues de Blaye. Bordeaux : Imprimerie Biscaye, 1983.

    P. 101-102.
  • GINESTET Bernard. Côtes de Blaye. Paris : éd. J. Legrand, 1990 (Le Grand Bernard des vins de France).

    P. 182-183.
  • GUILLIER Henry. Les grands vins de la Gironde illustrés. Libourne-Bordeaux, s.d. [vers 1910].

  • SOCIÉTÉ D'AGRICULTURE DE LA GIRONDE. Fête de la Société célébrée à Bourg-sur-Gironde le 4 septembre 1892. Liste des lauréats. Bordeaux : imprimerie générale E. Crugy, Vve Riffaud successeur, 1892.

    P. 3-5.

Documents figurés

  • Plan cadastral napoléonien, 1832.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 3 P 405
    section B
  • Vue d'ensemble du domaine de Ségonzac. Gravure publiée dans Bordeaux et ses vins [...], édition de 1898, p. 627.

Annexes

  • Documents divers concernant la famille de Bellot en Blayais
  • Famille de Bellot. Extrait du Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables par Chaix d'Est-Ange
Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2014
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde