Dossier IA17045139 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Château de Saint-Seurin
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde - Agglomération Royan Atlantique
  • Commune Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet
  • Lieu-dit Saint-Seurin-d'Uzet
  • Adresse rue du Château
  • Cadastre 1832 B 359 à 365  ; 2009 OG 849, 560, 850, 291, 851
  • Dénominations
    château
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, communs, puits

Les vestiges d'une villa romaine ont été mis au jour en 1836 puis dans la seconde moitié du 20e siècle, sur un terrain depuis planté en vignes. Des morceaux de tuiles à rebords, de ciment rose et de mosaïques, en particulier des cubes de verre bleu foncé, y ont été recueillis.

Le château de Saint-Seurin était, jusqu'à la Révolution, le siège de la seigneurie du même nom, mentionnée pour la première fois en 1337. Avec elle, le château passe en plusieurs mains successives aux 15e et 16e siècles, notamment les familles d'Archiac et de Montauzier. Le château aurait été construit à cette époque, sur son promontoire fortifié, en remplacement d'un château plus ancien que la tradition appelle "château brisé" et qu'elle situe dans le bourg : il pourrait s'agir de la maison au 11 rue du Château, comprenant les restes d'une tour ; au début du 18e siècle, l'ingénieur du roi Claude Masse qualifie cette maison de "château ou maison seigneuriale" (repère C de son plan).

A la fin du 16e siècle, le château appartient à Charles de La Mothe-Fouquet, décédé en 1605. En 1613, la veuve de Charles de La Mothe-Fouquet, Elisabeth de La Cassaigne se remarie avec Isaac Martel, chevalier, comte de Marennes, seigneur de Lindeboeuf, qui s'installe au château de Saint-Seurin. Un conflit éclate entre lui et Louis de La Mothe-Fouquet, son beau-fils. Le 25 octobre 1615, au nom de ce dernier, Jehan de Lisle, écuyer, sieur de La Renaudière, s'empare du château et y installer une garnison. L'essentiel des fortifications encore visibles aujourd'hui remonterait à cette période. Certains y voient l'oeuvre de François Beuscher, architecte du roi chargé des forifications de la Guyenne de 1611 à 1635, collaborateur de l'architecte Louis de Foix.

A la mort, sans postérité, de Louis de La Mothe-Fouquet, le château revient à son frère, Henri, baron de Tonnay-Boutonne, farouche guerrier huguenot, gouverneur de Royan. En 1630, il vend le château et la seigneurie de Saint-Seurin à son beau-père, Jean Brétinauld, écuyer, seigneur de Pampin, Plassay et Magézy. Ils vont rester dans les mains de la famille Brétinauld jusqu'à la fin du 19e siècle. Le château joue encore, et pour la dernière fois, un rôle militaire lors de la Fronde. En 1652, Josias Chesnel, chevalier, seigneur de Château-Chesnel, y installe une garnison au nom du roi et contre la volonté de Jean Brétinauld qui lui intente un procès. En 1652, le château est assiégé une dernière fois, en l'occurrence par les troupes royales du marquis de Bellièvre, qui le bombardent.

Le château figure en détail sur le plan de Saint-Seurin-d'Uzet établi par Claude Masse au début du 18e siècle. On y voit déjà le promontoire fortifié, entouré de fossés à l'est et au nord. Le fossé nord est déjà enjambé par un pont tandis que le talus qui relie aujourd'hui le logis et le jardin à l'est n'existe pas. L'aile nord-est du logis apparaît selon le même plan qu'aujourd'hui. En revanche, l'aile sud se limite à un corps de bâtiment rectangulaire en bordure de falaise, simplement relié à l'aile nord-est par un mur. La cour est à cette époque occupée en son milieu par deux bâtiments, l'un rectangulaire, l'autre de plan en L, près du puits encore visible de nos jours.

Le château connaît d'importants réaménagements au cours du 18e siècle. Les anciennes structures fortifiées sont pour la plupart maintenues. L'aile sud du logis est sans doute reconstruite à cette époque (la souche d'une cheminée au-dessus de l'aile nord-est porte cette inscription : "1757 LEONARD ROY FAIT POR MOIS"). L'aile sud apparaît sur le plan cadastral de 1832 : elle comprend deux corps de bâtiments en enfilade, de niveaux différents et en décrochement de plan. Comme le montrent des photographies du début du 20e siècle, l'aile se termine côté falaise par un pavillon couvert en ardoise. Les communs sont sans doute eux aussi construits au 18e siècle (une date commençant par "17" est inscrite sur la clé de linteau d'une des portes), de même que le pigeonnier. Le pont qui enjambe le fossé nord est reconstruit en 1784 par l'architecte Etienne Massiou, de Saintes, selon un marché conclu le 1er décembre 1783 devant un notaire de Rochefort. Selon la tradition, la balustrade qui sépare la terrasse du logis de la cour des communs, est relevée à la même date à la suite d'une tempête. Le talus qui barre le fossé est peut-être aussi élevé au 18e siècle (il figure sur le plan cadastral de 1832).

A la Révolution, le château appartient aux héritiers de Henri de Brétinauld, officier de marine, décédé à Rochefort en 1782. La famille conserve le domaine par-delà la Révolution. Elle compte parmi les notables bienfaiteurs des communes et paroisses de Chenac et de Saint-Seurin-d'Uzet tout au long du 19e siècle. Henri Brétinauld (1799-1885) fonde en 1842 le Syndicat des marais de Juliat, crée en 1851 la Société de secours mutuels du canton de Cozes, et supervise la reconstruction des deux églises de Chenac et de Saint-Seurin-d'Uzet (ses armoiries y figurent). Son fils, Amédée (1824-1900), dernier représentant de la famille, monarchiste, fervent catholique, est maire de Saint-Seurin-d'Uzet de 1855 à 1864 et de 1871 à 1884. Fondateur avec son père de la Société de secours mutuels du canton de Cozes, il préside celle de Saint-Seurin-d'Uzet (qui regroupe aussi Mortagne, Chenac et Epargnes) de 1858 à 1892, et dirige jusqu'en 1890 le Syndicat des marais de Juliat. En 1859, il installe une école privée de filles dans une maison lui appartenant (11 rue du Châteai). En 1873, il crée une société de panification qu'il dirige jusqu'en 1890. Il est enfin membre fondateur de la Société des Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis. Le 12 juin 1900, ses funérailles rassemblent une grande partie de la population et des notables des environs. Son tombeau et celui de sa famille se trouvent dans le cimetière de Saint-Seurin.

Quelques travaux sont menés au château au cours du 19e siècle sous la houlette d'Henri et d'Amédée Brétinauld : la clé de voûte d'une des salles sous la terrasse porte la date (inversée) 1841 ; le chai et distillerie semble avoir été édifié dans la seconde moitié du 19e siècle ; le cadastre mentionne une augmentation de construction en 1896 ; il est probable enfin que la tour ronde faisant la jonction entre les deux ailes du logis, ait été édifiée au 19e siècle, dans le goût médiéval de l'époque.

A la mort sans postérité d'Amédée Brétinauld en 1900, le château revient à son neveu, René de Peyrecave de Lamarque, lieutenant colonel d'état major en retraite. Demeurant à Toulouse, il confie la garde du château à M. et Mme Moquillon. Il vient à Saint-Seurin-d'Uzet en 1903 pour participer à une manifestation contre le départ des religieuses de l'école privée de filles, lesquelles trouvent un temps refuge au château.

Après le décès du colonel de Peyrecave, survenu en 1906, sa veuve, née Théron de Monlangé, vend le domaine le 20 janvier 1908 à Pierre Vérat, négociant à la tête d'une des deux grandes minoteries du port de Mortagne (acte de vente passé devant Me Omer, notaire à Cozes). Le domaine reste dans les mains de ses descendants, la famille Dugoujon-Fleuri, jusqu'en 2011. Entre temps, en 1944-1945, le château subit les événements de la Libération. Mis à sac par les troupes allemandes puis par les FFI, le logis est restauré dans les années 1950. L'aile sud est entièrement reconstruite avec l'argent d'indemnisation des dommages de guerre, probablement sur des plans établis par le propriétaire lui-même, Robert Fleuri.

Le château de Saint-Seurin domine depuis son promontoire fortifié, d'une part le bourg et le port de Saint-Seurin-d'Uzet, d'autre part les marais qui le séparent de la rive de l'estuaire de la Gironde. Du haut des anciennes falaises, il offre un point de vue sur tout l'estuaire, là où il est le plus large (11 kilomètres), ce qui lui a valu son rôle stratégique et militaire au Moyen Age et jusqu'au 17e siècle.

L'accès principal au château s'effectue par le nord, depuis le bourg de Saint-Seurin-d'Uzet. En avant de l'entrée du château, une maison enduite dans une tonalité ocre est constituée d'une ancienne tour carrée avec une ouverture en cannonière avec ébrasement et des traces d'embrasures murées. Des murs d'enceinte partent de cette "maison rouge", l'un vers l'est, avec des contreforts, l'autre vers le sud et l'entrée du château. Là, le portail couvert est flanqué à gauche d'une tour ronde percée de meurtrières.

Au-delà de cet accès, vers le sud et surtout vers l'est, s'étend une première partie du domaine, consacrée notamment à l'exploitation. Elle comprend un ancien verger, des prairies, des bois et bosquets, des vignes, le tout se terminant en balcon au sommet des falaises. Une allée d'arbres conduit vers le nord-est où se trouvent la Vieille Cour et le Vieux Bourg, d'anciennes fermes qui dépendaient autrefois du château. La disposition et l'organisation de l'ensemble ont peu changé par rapport au plan cadastral de 1832. Au nord-est du château, près du verger, s'élève une fuie. Couverte d'un toit en poivrière en tuile plate, elle est ceinturée par un bandeau et une corniche. A l'intérieur, on observe encore quatre rangées de boulins à pigeons en terre cuite, l'échelle tournante autour d'un axe vertical qui permettait d'y monter, et la charpente en enrayure. Un peu plus loin, un vaste bâtiment de la seconde moitié du 19e siècle abritait chais et distillerie. Il conserve les vestiges d'un alambic.

Le château lui-même s'élève sur l'ancien promontoire défensif, au sud-ouest du domaine. Ce promontoire, de plan grossièrement rectangulaire, est délimité au sud et à l'ouest, face à l'estuaire, par des falaises et par des murs en gros appareil de vingt mètres de haut environ. Au nord et à l'est, le promontoire est séparé du reste du domaine par un large fossé d'environ quinze mètres de profondeur et trente de large. Le mur du fossé alterne un bel appareil en pierre de taille avec des moellons plus présents à la base, et des chaînages harpés. Les murs de soutènement du fossé côté nord comprennent par endroit des remplois de frises romanes (la tradition y voit des vestiges de l'ancienne église de Saint-Seurin, située au Vieux Bourg). La partie inférieure du mur du fossé du côté est est talutée, avec des reprises de maçonneries, des pierres en remploi et des vestiges de bandeau torique. Le fossé nord est enjambé par un imposant pont en pierre de taille à quatre arches. Il conduit au portail percé d'un arc sous entablement, orné d'une clé de linteau et de sommiers saillants.

Les bâtiments du château se répartissent sur le pourtour du promontoire. Les communs (grange, écurie, buanderie...) délimitent au nord et à l'ouest une vaste cour dans laquelle se trouve un puits couvert. Mentionnés sur le plan cadastral de 1832, ces bâtiments datent probablement du 18e siècle. Les communs s'appuient au nord sur les restes d'une ancienne construction, sans doute les vestiges de la "grosse tour" "presque ruinée" mentionnée par l'ingénieur Claude Masse au début du 18e siècle. Cette construction pourrait remonter à la fin du 15e siècle ou au début du 16e. Elle présente des murs très épais et partiellement arasés.

La grande cour est surplombée au sud-est par une terrasse sur laquelle s'élève le logis du château. Un escalier à deux volées, dont une double, avec garde-corps en ferronnerie, relie la cour à la terrasse. Cette dernière est délimitée par une balustrade en pierre. L'eau de la terrasse est évacuée par des gargouilles en forme de canons. Sous la terrasse se trouvent un soubassement constitué de quatre salles voûtées.

Le logis du château est constitué de deux ailes. L'aile nord-est semble remonter pour l'essentiel à la fin du 16e siècle ou au début du 17e. La façade nord-est est marquée par un bandeau sur lequel s'alignent les ouvertures, sauf une fenêtre transformée en porte-fenêtre, avec garde-corps en ferronnerie. L'extrémité droite de cette façade, tout près du portail, présente un chaînage d'angle à bossage en partie amputé. L'angle est de cette aile du logis est occupé par une tour carrée avec mâchicoulis, couverte d'un toit en pavillon et en ardoise. Les consoles des mâchicoulis sont ornées de triglyphes et de gouttes dans un style très antiquisant. Au-dessous, sous le bandeau, le mur est percé de bouches à feu. A l'intérieur, la tour est desservie par un escalier en vis tournant à gauche. Au rez-de-chaussée se trouvent un petit cabinet voûté d'arêtes et d'anciennes latrines condamnées. Au premier étage, au niveau des mâchicoulis, se trouve une salle pour la manœuvre sous une charpente en enrayure. L'intérieur de l'aile nord-est du logis comprend plusieurs pièces avec boiseries et cheminées des 17e, 18e et 19e siècles.

La jonction entre l'aile nord-est et l'aile sud du château est assurée par une tour ronde sommée d'un chemin de ronde sur consoles moulurées, formant un mâchicoulis factice, sous un toit en poivrière. Devant cette tour, le fossé a été en partie comblé de manière à ménager un accès au jardin.

L'aile sud du château, reconstruite dans les années 1950, est en béton armé. Sa partie occidentale, où se trouvent salons, belvédère et terrasse donnant sur l'estuaire, repose sur de puissantes poutrelles également en béton armé, selon un système par ailleurs développé lors de la reconstruction de Royan. La façade nord-ouest de cette aile reprendrait, selon la tradition orale, le dessin d'une résidence du 18e siècle de la région de Montpellier. Elle s'organise autour d'un avant-corps large de trois travées, sous un fronton triangulaire dont le tympan est orné d'une tête de lion encadré de palmes. Cet avant-corps abrite l'escalier d'honneur, constitué d'une première volée droite puis d'une deuxième volée double à montée divergente.

  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Protections
    inscrit MH : 17/08/2012