Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château de Romefort

Dossier IA17004034 réalisé en 2000

Fiche

Précision dénominationde Romefort
Parties constituantes non étudiéeslogement, dépendance
Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Tonnay-Boutonne
AdresseCommune : Puyrolland
Lieu-dit : Romefort
Cadastre : 1997 ZT 30 ; 2016 ZT 29 30 ; 1829 C3 1020 1021 1025 1026

Les premières traces du château-fort de Romefort remonterait au Moyen Age, lorsqu’il était la propriété de la famille Héraud. Avant 1454, il échoit à Jeanne Héraud, épouse de Jean de Beaumont, seigneur de Rioux. Sous le règne de François 1er (au 16e siècle), il est la propriété de Mouis Vidaux, époux de Catherine de Beaumont, puis, à la fin du 16e siècle, il revient David de Cumont. Sous le règne de Louis XIV (au 17e siècle), il tombe aux mains de la famille Pandin qui le garde jusqu’en 1768, lorsque Jean-Gaspard Pandin le vend à un certain Jacques Mounier, conseiller du roi.

D’après un inventaire réalisé au début des années 1980, il restait encore à cette époque de nombreux vestiges du château primitif du 15e siècle. De forme hexagonale, il était entouré de douves dont on voit encore les traces. D’ailleurs, celles-ci sont encore présentent au début du 19e siècle puisqu’elles apparaissent nettement sur le plan cadastral napoléonien de 1829.

Les murs d’enceinte étaient nus mais de petites fenêtres et à l’angle nord-ouest existait une tour découronnée. À l’intérieur de celle-ci, qui était accessible par une étroite porte, se situaient trois salles voûtées en plein cintre. L’accès au château-fort se faisait probablement par un pont-levis, remplacé par la suite par un portail surmonté d’un pavillon. Ce portail est mentionné en 1795 dans un acte de vente du domaine (annexe 1).

Autour de la cour intérieure il y avait les communs et le logis, ce dernier datant en grande partie du 17e siècle, mais avec des vestiges du 15e siècle. Sur le montant d’une porte des communs, au-dessus d’un bonnet phrygien et de feuilles de laurier, on pouvait lire l’inscription : L’an III de la République Française, Jean Paillé.

Un escalier en pierre en colimaçon se situait à côté de la porte d’entrée. Une grande cheminée du 15e siècle, dont le manteau à moulures était soutenu par des culots, se situait dans une cuisine. À l’étage on pouvait voir une deuxième cheminée de la même époque avec une hotte en torchis soutenue par des chevrons reposant sur des corbeaux. A gauche de la porte d’entrée se situait une vaste salle avec de grandes fenêtres. Dans un des angles on pouvait y voir une porte dont les montants étaient ornés de sculptures sur bois présentant des singes accroupis. Dans un autre angle une autre porte avec un curieux verrou du 15e siècle.

Période(s)Principale : 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates1887, porte la date

Du château-fort de Romefort, il ne reste à l’heure actuelle que la motte et une partie du mur d’enceinte. Un corps de dépendances avec deux anciens logements de métayers se situe à proximité. Les deux logements, orientés au sud, présentent chacun une travée avec une baie à côté. Un est paré d’une double génoise et l’autre d’une corniche moulurée. Une première dépendance accolée à gauche est percée d’une porte en plein cintrée et d’une fenêtre au niveau du comble. Sur le mur intérieur de cette porte se situe un ancien système de fermeture. Deux hangars à trois murs porteurs sont accolés dans la partie gauche : sous l’un d’eux on peut voir une porte à linteau en anse de panier sur lequel est gravée la date 1887.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
État de conservationvestiges
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • « […] par devant le notaire public, district de Angély Boutonne, département de la Charente inférieure, soussignés présents les témoins Mounier, est personnellement […] le citoyen Grilleau, cultivateur demeurant au lieu des Ribaudière commune de l’Epinay (jadis Saint Loup), lequel à requis […] au lieu de Romefort, commune de Puyrolland, pour y passer les actes de cessions recevoir les enchères et faire la criée du premier lot de Romefort, circonstance et dépendance situées en les communes dudit Puyrolland. Lequel lot divisé en plusieurs petits et les faire […] au plus offrant et dernier enchérisseur. Moi dit notaire une fois effectivement transporté audit lieu de Romefort ou était ledit Grilleau, nous a dit qu’il faisait l’acquisition dudit lot. Il fit réservé le droit de le cédé en tout ou en partie ou de le divisé par parcelle […] Désigné et précisé dans le procès-verbal d’adjudication qui lui a été délivré par les citoyens composant le directoire du district de Angély Boutonne […]

    Pour parvenir à en faire les dittes cessions et criées, il a fait apposé des affiches en plusieurs communes des environs, sur lesquelles il a indiqué le jour et l’heure qu’elle devait se faire, en conséquence les dittes affiches, différents particuliers je jour réuni et assemblé au dit lieu indiqué, là était ledit Grilleau à dit et déclaré à haute et intelligible voix que ledit lot de Romefort était a cédé par parcelle au plus offrant et dernier enchérisseur. Il a fait crié par moi dit notaire soussigné, le premier lot dudit Romefort composé d’une grande salle, deux petites chambres, une cuisine, une pièce des […], trois chambres hautes, greniers au-dessus, deux belles caves, un caveau, un chay avec deux beaux greniers, un four avec fournil, le chay des chaudières, deux toits à volailles, une écurie, deux chambres qui fervoient aux métayers, un pavillon au-dessus le portail, un puits au milieu de la cour, deux toits à cochons et un jardin le joignant derrière.

    Contenant environ un journal clos de fossés et de murs, laquelle maison est entourée tout autour de large douves et avec les quéreux qui sont fixés par des bornes mises par les citoyens Paillé et Chapot […] ».

Références documentaires

Bibliographie
  • Chasseboeuf, Frédéric. Châteaux, manoirs et logis : la Charente-Maritime. Prahecq : Patrimoines et Médias, 2008. p. 709.

  • Flohic Ed. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime : t. 2. Paris : Ed. Flohic, 2002, p. 1145.

  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. Canton de Tonnay Boutonne. Saint-Jean d'Angély, 1970. p. 10, 11.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Richardeau Marie-Pierre - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.