Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château de la Sitière

Dossier IA86013623 réalisé en 2019

Fiche

Parties constituantes non étudiéesferme, puits, grange, pigeonnier, dépendance, mur de clôture
Dénominationsferme, logement, manoir
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Châtellerault-2
AdresseCommune : Orches
Lieu-dit : La Sitière
Cadastre : 1826 E 6-11 ; 2016 OE 219, 221-222, 224, 527-530

La première mention de la Sitière date de 1309, André de Vaucelles semble être le plus ancien propriétaire connu.

En 1438, alors que le territoire d'Orches voit l'implantation de nombreuses seigneuries, Simon de Vaucelles, seigneur de la Sitière, obtient le droit du vicomte de Châtellerault de fortifier son "hostel". La seigneurie relève du marquisat de Clairvaux. C'est probablement de cette époque que date la construction du manoir de la Sitière composé de plusieurs corps de logis avec des tours d'angle, de dépendances situées à l'est et d'un pigeonnier au sud-ouest toujours visible.

Au début du 17e siècle, la seigneurie passe aux mains de la famille Levrault qui en reste propriétaire jusqu'en 1789.

Sur le cadastre ancien daté de 1826, la Sitière se compose de plusieurs bâtiments abritant la ferme et le manoir. À l'est se situe une entrée qui permet d'accéder à la cour la ferme et aux bâtiments de part et d'autre qui sont orientés est/ouest. Le fond de parcelle, à l'ouest est constitué de plusieurs bâtiments qui semblent fortifiés par des tours et des contreforts. Le pigeonnier circulaire est également visible au sud-ouest.

En 1843, la Sitière est acquise par Auguste de Souville à Mme Defferrière. Il fait démolir l'ancien manoir et fait reconstruire en 1847, dans le style néo-classique, une maison sur trois niveaux face à la route de Richelieu. Une aquarelle datée de 1864 permet de connaître l'aspect du château : s'inspirant de l'architecture grecque antique tout en s'inscrivant dans le style néo-classique, la façade ouest présente un décor avec pilastres et chapiteaux doriques au rez-de-chaussée et ioniques au premier étage. L'avant-corps central est surmonté d'un fronton triangulaire. Les combles sont couverts par plusieurs toitures coniques ainsi que d'une coupole surmontée d'un belvédère. Le pigeonnier possède encore à cette date sa toiture conique en tuile plate surmontée d'un lanternon.

La Sitière est vendue à la famille Pelletier en 1877. Un incendie détruit les toitures et les deux derniers niveaux des ailes du bâtiment entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle.

La Sitière qui se compose aujourd'hui d'une ferme et d'une partie habitation et appartient à deux propriétaires privés.

Période(s)Principale : 15e siècle, 19e siècle, 20e siècle
Dates1847, daté par source

Le château de la Sitière est situé sur les pentes d'une petite colline descendant vers l'ouest en direction de la route de Richelieu. Le château s'intègre dans une propriété plus vaste, aujourd'hui morcelée entre plusieurs propriétaires et qui comprend le château, les dépendances (non étudiées), la ferme (non étudiée), le pigeonnier (repéré) et des terres.

Description générale :

Construit en pierre calcaire taillée, le château se compose d'un corps central entouré de deux ailes légèrement saillantes sur sa façade ouest et de deux tours semi circulaire sur la façade est dont l'une abrite la tour d'escalier. Il comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble, pour les cinq travées du corps central, et trois niveaux pour les deux ailes. Du fait de la dénivellation du terrain, le rez-de-chaussée situé sur la façade est correspond au premier étage de la façade ouest.

Les niveaux sont soulignés par un bandeau mouluré saillant en pierre de taille. Sous le bandeau du corps central de la façade ouest court une corniche à denticules. Les ouvertures du rez-de-chaussée sont en plein cintre. Celles situées sur les tours de la façade est présentent un remplage sculpté de motifs quadrilobés. Les ouvertures du premier étage sont rectangulaires à l'exception de la travée centrale qui présente une fenêtre en plein cintre sur la façade ouest et trois fenêtres surmontées d'une accolade sculptée sur la façade est. Les souches de cheminées sont en brique. La toiture à longs pans et croupes est en ardoise sur l'ensemble du bâtiment sauf pour l'aile sud couverte de tuile mécanique.

Décor de la façade ouest (côté route de Richelieu) :

Le corps principal de la façade à cinq travées est entouré d'ailes en retour d'équerre. Il est précédé par un avant-corps légèrement saillant qui présente un décor inspiré de l'architecture antique grecque tout en s'inscrivant dans le style néo-classique. Au rez-de-chaussée, l'entrée est ainsi encadrée de pilastres plats surmontés de chapiteaux doriques. Le passage du premier au second niveau reprend le principe de l'entablement avec une architrave et une frise composée d'une alternance de triglyphes soulignées de gouttes sculptées et de métopes. Une corniche à denticules vient terminer ce premier niveau. Au second niveau, l'avant-corps est scandé par quatre pilastres plats surmontés de volutes. Le soubassement de la fenêtre reprend l'ornement géométrique de la clé grecque (que l'on retrouve également sur la façade est) composé d'une ligne droite brisée formant plusieurs retours sur elle-même. La clé de l'arc en plein cintre est saillante et moulurée.

Les deux ailes de la façade ouest reprennent les éléments décoratifs de l'avant-corps central.

Façade est (côté cour) :

Les ailes sont sur le même alignement que le corps central. Les deux tours sont semi-circulaire dans œuvre.

Le pigeonnier :

De plan circulaire, il est construit en pierre de taille et comporte de nombreux boulins.

Murspierre pierre de taille
Toittuile mécanique, ardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant

Techniquessculpture
Représentationspilastre ornement géométrique, denticule, enroulement, volute, quadrilobe

Références documentaires

Bibliographie
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    p.123 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.