Dossier IA00045083 | Réalisé par ;
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Château de la Ferrandière
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arrondissement de Montmorillon - Montmorillon
  • Commune Jouhet
  • Lieu-dit la Ferrandière
  • Cadastre 1840 C2 555, 556  ; 1943 C2 173 [Idem en 2016]
  • Dénominations
    château fort
  • Parties constituantes non étudiées
    chapelle, enclos

Le château de la Ferrandière est cité vers 1250 parmi les biens donnés par Alphonse de Poitiers à l'abbaye de Saint-Savin.

Les biens, étangs, brandes, garennes, cens, dimes, etc., cités dans des actes de 1640-1757 de l'abbaye de Saint-Savin à propos de la seigneurie et des brandes de Rillé, concernent également le château de la Ferrandière.

La propriété, relevant de l'abbaye de Saint-Savin, est adjugée comme Biens nationaux en 1791 : la métairie et ses dépendances au lieu de la Ferrandière ainsi que trois étangs, le 21 mars, au Sr Duhautboutet, et la maison de la Ferrandière et ses dépendances, le 2 mai, à M. Butaud.

La Férandière (avec un seul r) est mentionnée sur la carte de Cassini, mais sans l'utilisation du symbole du fief. Sa présence est marquée entre des brandes au nord, des bois au sud et un vaste étang à l'est.

En 1976, l'abbé Reix donne la description suivante de l'état du château : " ce qui reste du château féodal de La Ferrandière est dans un état lamentable. La végétation viendra bientôt à bout des vieux murs qui subsistent.

Le propriétaire d'ailleurs a déjà bien aidé à la ruine complète des bâtiments, ayant fait enlever les pierres sculptées surmontant la porte sud de la chapelle, le mur s'est en partie écroulé faisant apparaître la grande brèche visible actuellement ".

Le propriétaire suivant a entrepris une "restauration/reconstruction" des bâtiments.

La ferme dépendant de la Ferrandière, figurée au nord-ouest du château et cadastrée C2 570 à 576 sur le plan cadastral de 1840, qui correspond à la métairie vendue comme bien nationaux en 1791, a aujourd'hui disparu. La maison appartenant à Paul de Marivault, cadastrée C2 572, est mentionnée comme démolie en 1856 sur les matrices cadastrales. En 1858, une nouvelle maison est construite par Jean Mazereau sur la parcelle C2 574. En 1887, une régularisation est indiquée pour la parcelle C 576 (démolition de la maison appartenant à M. de Cavaignac).

Cet ensemble en ruine est construit sur une parcelle grossièrement circulaire figurée comme non bâtie, en bois-taillis, sur le plan cadastral en 2016. Il n'a pas été possible de localiser précisément toutes les photographies de 1973, mais elles ont toutes été intégrées à ce dossier. Les photographies de 2016 ont été prises avec l'accord du propriétaire (privé) mais ne sont pas diffusables.

En 1976, l'abbé F. Reix a distingué :

- les restes de la chapelle (A), avec deux baies hautes en plein cintre sur le mur est et, sur le mur sud, une grande brèche récemment faite et une baie en plein cintre ;

- un mur d'enceinte ou reste de bâtiment (B) ;

- une tour (C), peut-être un donjon.

Le site a continué à se dégrader et à servir de carrière de pierres pour un autre château appartenant au même propriétaire. Il a ensuite été restauré et reconstruit dans les années 2000-2015.

La porte de la chapelle a été refaite à neuf ; la toiture est détruite et la voûte en mauvais état. Il reste une fenêtre couverte en plein cintre qui semble d'origine sur le mur sud et un triplet sur le mur est. Il n' pas été possible de voir l'état de l'autel maçonné qui menaçait ruine en 1976.

À l'ouest de la chapelle est adossé une tour de plan carré en grande partie reconstruite. À l'ouest de cette tour se trouve le logis, reconstruit, puis une tour, de plan circulaire, qui correspond à ce qui a été appelé la tour centrale en 1973-1976 et qui est figurée sur des cartes postales du début du 20e siècle. Plus à l'ouest se trouve une dernière tour, de plan circulaire, en grande partie arasée.

L'ensemble mériterait une étude de bâti soigneuse, afin de distinguer les différentes phases de constructions / démolitions / reconstructions.

  • Murs
    • calcaire moellon
  • État de conservation
    remanié, mauvais état, menacé
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    site archéologique