Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château de Coureilles, hôtel de ville

Dossier IA17012184 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

AppellationsChâteau de Coureilles, hôtel de ville de Périgny
Destinationschâteau, mairie
Parties constituantes non étudiéesparc, portail, mur de clôture, douves, dépendance, chapelle
Dénominationschâteau, hôtel de ville
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de La Rochelle
AdresseCommune : Périgny
Lieu-dit : Périgny
Adresse : rue du, Château , rue du
Péré
Cadastre : 2003 AL 5

"En 1422, le Dauphin Charles vint habiter en ce château, qui faisait partie de la Baronnie de Chatelaillon depuis 1309, lors de son passage à La Rochelle. Ne subsistent que quelques soubassements des tours (transformées) et un portail d´entrée de 1583 portant la devise en latin "Arrête toi où les destins ont fixé ton repos", qui ont du appartenir à la famille Joubert. En 1596, la terre de Périgny passe aux mains d´Antoine Courault, sieur de la Rochebarangère.La fille d´Abraham Caroet épousa le sieur Lequeux en 1611. Ceux-ci vendirent la moitié des terres au sieur Poitier qui faute de pouvoir les payer du les restituer. Leur fille seule héritière épousa en 1631 le sieur Legoux lequel vendit la terre en 1704, aux sieurs Regnier. En 1774, il passa aux mains de Charles Martin de Chassiron. En 1820, la famille Pandin de Romefort a fait transformer ce château (façade Restauration, intérieur Louis XVI et Restauration) et le parc (allée actuelle, montagne, rivière, statue de Cérès). En 1834, ? de Marsilly. En 1842, la famille Pillot se rend acquéreur du château ainsi que des fermes de Vauris de Morillon. Le Château échoit à Mlle Sureau Lamirande en 1896 qui ne l´habita jamais puis M. Georges Aristide Pillot et enfin la commune de Périgny, le 15 octobre 1971.Les deux tours du XIVe siècle que nous pouvons admirer sont en face de l´entrée de la future mairie. Devant elles existait autrefois un pont-levis et des douves aujourd´hui comblées. La place forte se trouvait sur un point élevé au sud où jusqu´au début du siècle l´on pouvait voir plusieurs moulins à vent. La nouvelle demeure fut édifiée sous la Renaissance à l´emplacement actuel entre les deux tours et la Moulinette. Il ne reste de cette merveilleuse époque que le portail de l´entrée et une très belle lucarne (Henri IV) au sommet d´un pavillon à toiture.En passant à pied, derrière les deux tours, vous pouvez admirer la chapelle qui fut construite en 1745 par suite d´un différent entre un curé et Pierre-Henri Regnier (propriétaire). Une magnifique porte Louis XVI lui sert d´entrée, malgré son mauvais état, elle n´en est pas moins belle. La noblesse de son architecture, le parc qui l´entoure, le calme qui y règne, la rivière qui le baigne, les oiseaux qui l´égayent en font un lieu de calme et de repos pour les habitants de la commune de Périgny".Source : Archives de Périgny.

Période(s)Principale : 16e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

"L´origine de la seigneurie de Périgny ou Coureilles est moins ancienne qu´on le dit. Le Château de Périgny, actuel hôtel de ville, fut, en réalité, bâti sur le fief de Coureilles dont le nom semble venir de Jean Courault qui en était propriétaire vers 1540. Son fils Antoine, receveur des traites de Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle, seigneur de Coureilles et de Fétilly, réunit au fief de Coureilles la seigneurie de Périgny lorsqu´il acheta, en 1596, la baronnie de Châtelaillon. Dès lors Coureilles et Périgny seront 2 terres unies, et le logis noble de Coureilles deviendra le château de Périgny. Puis il passa aux mains de différentes familles avant d´être acquit par la commune de Périgny, en 1971, pour en faire la mairie. Formant un ensemble harmonieux en bordure d´un parc traversé par la rivière de la Moulinette, le château est une belle construction composée de plusieurs pavillons couverts d´ardoise, dont les toitures sont éclairées par d´élégantes lucarnes à volutes et fronton semi-circulaire. Une partie des bâtiments a été remaniée au XIXe S., après la démolition de communs qui allaient rejoindre les dépendances. A cette époque, sur l´un des côtés, on a créé une nouvelle façade de 5 travées et coiffée par un fronton triangulaire. La porte cochère qui donne accès à la cour possède la date 1583, et une inscription en mauvais latin signifiant « Arrête toi où les destins ont fixé ton repos ». L´aile des dépendances présente 2 tours semi-cylindriques curieusement orientées encadrant une porte à double battant. Elles pourraient avoir marqué l´accès d´une 1ère propriété situé à l´origine dans une 2nde cour autour de laquelle s´organisent des bâtiments de dépendances, dont une petite chapelle avec porte à pilastres surmontée de triglyphes et métopes, portant la date de 1749. Tel qu´il paraît et malgré son style d´inspiration Louis XIII, le château de Périgny pourraient être dû aux Régnier, juste après l´achat de 1704."Texte extrait de : Châteaux, manoirs et logis ; La Charente-Maritime ; Association Promotion Patrimoine, p. 54 ; Château.

Typologieschâteau
Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle - Peyron Claire