Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chapelle Notre-Dame-entre-Deux-Arcs

Dossier IA33008657 réalisé en 2013

Fiche

VocablesNotre-Dame-entre-Deux-Arcs
Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographiesla Gironde
AdresseCommune : Saint-Estèphe
Lieu-dit : Port de la Chapelle
Cadastre : 2015 OA 1554 ; 1825 A4 1006

D'après Didier Coquillas, la chapelle est attestée dès le 14e siècle. On en trouve mention dans le mémoire de la Sirie de Lesparre.

Au milieu du 17e siècle, on y stockait du sel : elle est donc déjà probablement désaffectée.

Elle figure sur une carte datée 1692, puis en 1767 sur celle de Belleyme.

D'après l'abbé Baurein, elle se serait écroulée en 1704 et aurait été définitivement démolie en 1764, ses matériaux étant employés pour l'agrandissement de l'église de Saint-Estèphe. Un oratoire aurait été construit pour en perpétuer la mémoire.

Il indique également : "C’est au port de Saint-Estèphe, et dans le local où existoit l’Eglise de Notre-Dame Entre-deux-Arcs, que se tient une Foire le lendemain de la Fête de la Nativité de la Vierge, c’est-à-dire, le 9 septembre. C’est le concours du peuple à cette ancienne église, qui a donné occasion à cette Foire (…)".

Si le bâtiment figure sur le plan cadastral de 1825, il n'est pas indiqué comme chapelle.

Le petit édifice, encore conservé de nos jours, correspond probablement à l'oratoire construit après la démolition de la chapelle, à la fin du 18e siècle.

Période(s)Principale : 2e moitié 18e siècle , (?)

Le bâtiment de plan rectangulaire est situé dans un jardin. La porte d'accès est surmontée d'un arc en accolade retombant sur deux consoles moulurées.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 vaisseau
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
État de conservationvestiges
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, G 666, Archiprêtré de Lesparre (1603-1787)

    1644 : Opposition du curé, Me Jean Deschamps, à l'enlèvement d'une certaine quantité de sel déposé dans la chapelle de Notre-Dame-des-Arcs, sise dans la paroisse, "pour les droicts et la conservation des franchizes et immunitez de l'Eglize, et autres raizons que le promotteur des causes du dioceze desduira en temps et lieu".

  • Baurein, Variétés bordelaises, vers 1784-1786 [réédition 1876]

    Baurein, tome 1, 1876, p. 189 :

    Notre-Dame Entre-deux-Arcs (…) : Sa situation sur le bord de la Gironde, et sur un avancement de terre dans ce fleuve, qui formoit un arc de chaque côté, et qui lui a occasionné sa dénomination, semble annoncer une Eglise que la piété des Fideles avoit érigée sous l’invocation de la Vierge, pour les rassurer dans leur navigation sur une rivière qui ne laisse pas d’être dangereuse lorsque les vents sont contraires et tournés à la tempête (…). On assure qu’elle s’écroula en l’année 1704. Il existoit encore pour lors un Marguillier particulier pour cette Eglise, qui étoit nommé par les Paroissiens de Saint-Estèphe (…). Le sanctuaire de cette Eglise, qui étoit voûté, et qui annonçoit qu’elle n’étoit pas indifférente lorsqu’elle subsistoit en son premier état, s’est soutenu pendant longtemps, quoiqu’exposé à toutes les injures du temps. Il ne fut démoli que lorsqu’il fut question, en l’année 1764, de l’agrandissement de l’église paroissiale de Saint-Estèphe, auquel on fit servir les matériaux qui restoient de cette ancienne Eglise. La fabrique de Saint-Estèphe est demeurée propriétaire du terrein où étoit située cette Eglise. On y a fait construire un petit Oratoire, pour servir de mémoire du local où étoit placée l’ancienne Eglise Notre-Dame Entre-deux-Arcs. On y fait une Station chaque année, le premier jour de la Procession des Rogations (…).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Mémoire sur l'histoire de la terre de Lesparre et extraits relatifs à ses revenus, faits en vue d'en préparer la vente, 1501-1600, manuscrit.

    [numérisé et consultable en ligne sur Gallica]

    fol. 11 v° Bibliothèque nationale de France, Paris : Département des manuscrits, Français 5516
Bibliographie
  • BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd .

    p. 184
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

  • GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de France).

    p. 84
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire