Dossier IM40005918 | Réalisé par
Chapelle de Dom Pierre Laurent Darbo (calice, patène, 2 burettes et leur bassin, clochette d'autel), Église paroissiale Saint-Laurent
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Mugron
  • Commune Mugron
  • Emplacement dans l'édifice sacristie
  • Dénominations
    calice, patène, bassin à burettes, burettes, clochette d'autel
  • Titres

Cette chapelle de qualité, bel exemple d'orfèvrerie néoclassique, fut exécutée entre 1798 et 1809 par l'orfèvre parisien Jean Ange Joseph Loque (reçu maître en 1777, encore en activité en 1829), à l'exception de la clochette d'autel, ajoutée ou remplacée entre 1819 et 1822 par le Bordelais Léon Dupouy (Marmande, 1767 - Bordeaux, 1836). Propriété de Pierre Darbo, membre d'une vieille famille mugronnaise et ancien religieux barnabite (sous le nom de Dom Laurent) sécularisé à la Révolution et retiré à Mugron, les objets furent légués par lui à la fabrique de la paroisse Saint-Laurent par son testament du 21 septembre 1822, en même temps qu'un ostensoir dû au même Loque, mais ne faisant pas partie de la chapelle proprement dite (réf. IM40005923), et qu'un ornement "brodé en or" (apparemment disparu). Après la mort du testateur et l'autorisation de l'État d'accepter le legs le 19 mai 1824, Jean Darbo, notaire royal à Mugron et frère du défunt, remit la chapelle le 29 mai suivant au trésorier de la fabrique, Michel Marsan (1752-1829, beau-père de l'orfèvre Nicolas Affre de Saint-Sever). Les objets furent alors mis à la disposition de la confrérie du Saint-Sacrement (confirmée par Pie IX le 31 août 1860), qui en usa tout au long du XIXe siècle, à charge pour elle de faire célébrer chaque année trois messes à la mémoire du donateur "dans les octaves du Saint-Sacrement et de saint Laurent" (la dernière mention explicite de ces offices dans le registre de la confrérie date de 1931). Les pièces d'orfèvrerie, mentionnées dès le 5 mars 1828 dans un inventaire des "vases sacrés argenterie" de l'église, furent redorées par le doreur Pech en juin 1877 pour une somme de 140 francs.

  • Période(s)
    • Principale : limite 18e siècle 19e siècle
  • Lieu d'exécution
    Commune : Paris
  • Lieu d'exécution
    Commune : Bordeaux
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Loque Jean Ange Joseph
      Loque Jean Ange Joseph

      Orfèvre et bijoutier à Paris, reçu maître orfèvre en 1777, encore en activité en 1829. Mort à Paris 10e le 14 juin 1837 ; marié à Paris, le 3 mai 1779, à Marie Victoire Antoinette Caussin (Paris, 31 mars 1754 - Paris 10e, 16 janvier 1827), dont il eut au moins deux enfants : un fils, Jean Charles Marie (1780-?), et une fille mariée à un Degrieux, lieutenant de gendarmerie.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      orfèvre
    • Auteur :
      Dupouy Léon
      Dupouy Léon

      Orfèvre à Bordeaux. Né à Marmande (Lot-et-Garonne) le 11 avril 1767, fils de Jean Dupouy et d'Elisabeth Guiraud ; baptisé le même jour à l'église Notre-Dame, filleul de Raymond Celse Dupouy et de Jeanne Dupouy (AD Lot-et-Garonne, GG 12) ; mort à Bordeaux (25, place du Palais) le 16 janvier 1836 à 22 heures (AD Gironde, 4 E 1116). Il épousa à Bordeaux, le 25 janvier 1803 (5 pluviôse an XI), Rose Jouet (née à Bordeaux le 5 décembre 1777 et morte au 3 rue des Argentiers à Bordeaux le 21 mai 1859 [AD Gironde, 4 E 1321]), demeurant au 25, place Brutus (place du Palais), fille de l'orfèvre bordelais Jean Jouet "jeune" (1740-?) et de Louise David, nièce de Jean Jouet "aîné" (1730-?) et sœur de Guillaume Jouet (1772-apr. 1843), tous deux également orfèvres (AD Gironde, 4 E 867). Le couple eut un fils unique, Guillaume Dupouy, né au domicile familial (25, place Brutus) le 9 floréal an XII / 29 avril 1804, filleul de son oncle Guillaume Jouet, qui habitait avec les époux Dupouy. Le décès de Rose Jouet en 1859 fut déclaré par son petit-fils, l'avocat Eugène Dupouy (né en 1826).

      Léon Dupouy était, au moment de son mariage, "orphèvre (sic) demeurant à Bordeaux, rue des Argentiers n° 19" (son nouvel oncle Jean Jouet aîné habitait en face, au n° 20). Il s'installa après son mariage au domicile de son épouse, 25, place du Palais (place Brutus sous la Révolution et l'Empire), à proximité immédiate de sa première adresse. La totalité des productions religieuses et civiles de Dupouy repérées à ce jour (une quarantaine) date de la période 1819-1838. Son fils Guillaume devint orfèvre à son tour (poinçon "G. DUPOUY" dans un losange horizontal).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      orfèvre
    • Auteur :
      Pech
      Pech

      Doreur à Mugron (Landes) dans la seconde moitié du XIXe siècle.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      doreur attribution par source
    • Personnalité :
      Darbo Pierre Laurent
      Darbo Pierre Laurent

      Né Pierre Darbo dans une ancienne famille de Mugron (Landes), religieux barnabite avant la Révolution sous le nom de Dom Laurent, puis prêtre séculier à Mugron après le rétablissement du culte ; légua sa chapelle d'orfèvrerie à l'église Saint-Laurent de sa ville d'adoption en 1822.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      donateur attribution par source

Les objets composant la chapelle, tous en argent doré à l'exception de la clochette, sont placés dans un coffret en bois à ferrures de laiton, recouvert de cuir noir et garni intérieurement de feutre rouge. Calice à pied circulaire avec bord en cavet, tige à nœud en balustre, une collerette en bas et une bague en haut, coupe à lèvre évasée, fausse-coupe ajourée, médaillons figurés et scènes estampés et repris au ciselé ; croix rapportée sur le pied, constituée de onze brillants taillés en coussin. Patène à ombilic saillant et décor ciselé gravé. Burettes en forme d'aiguière, à pied circulaire, panse galbée, anse en crosse fondue et soudée au col et à la panse, couvercle mobile sur charnière ; bassin ovale à base rapportée et soudée, large marli à reliefs estampés et repris au ciselé, deux éléments vissés pour la fixation des burettes sur le fond. Clochette d'autel en argent blanc fondu, avec manche en balustre vissé et soudé.

  • Catégories
    orfèvrerie
  • Structures
    • plan, circulaire, ovale
  • Matériaux
    • argent, décor en bas relief, décor dans la masse, décor rapporté, ciselé au trait, ciselé au mat, estampage, fondu, décor à la molette, doré
  • Mesures
    • h : 31,5 (hauteur du calice)
    • d : 15,7 (diamètre du pied du calice)
    • d : 9,2 (diamètre de la coupe du calice)
    • d : 16,8 (diamètre de la patène)
    • l : 28,7 (longueur du bassin)
    • la : 15,8 (largeur du bassin)
    • h : 18,2 (hauteur des burettes)
    • la : 9,5 (largeur des burettes avec l'anse)
    • d : 5,77 (diamètre du pied des burettes)
    • h : 11 (hauteur de la clochette)
  • Iconographies
    • cycle narratif, Agonie du Christ, Montée au Calvaire, La Croix, Christ souffrant, Christ en croix
    • scène biblique, Pèlerins d'Emmaüs, repas, bourdon
    • ornementation, épi, pampre, roseau, noeud, ruban, feuille d'acanthe, draperie
  • Précision représentations

    Calice : programme iconographique consacré à la Passion du Christ (avec une incohérence : l'Agonie du Christ est représentée deux fois) ; Agonie du Christ au jardin des oliviers, Montée au Calvaire, la Croix (en brillants) devant Jérusalem avec le serpent de la Faute, dans des compartiments triangulaires à angles échancrés sur le talus du pied, entre des agrafes en saillie ornées d'une feuille d'acanthe ; frise de volutes et de feuilles sur le cavet ; course de laurier rubanée et rais de cœur sur la moulure inférieure du pied ; tore de laurier sur la collerette inférieure ; gerbes de blé fondues en relief à la base du nœud, draperies en relief sur l'épaulement du nœud, palmes en sautoir et feuilles d'eau ciselées gravées sur les surfaces lisses du nœud ; Agonie au jardin des oliviers (scène déjà figurée sur le pied, incohérence iconographique), Christ à la colonne et Christ en croix dans trois médaillons ovales "attachés" par des nœuds de ruban Louis XVI et entourés d'épis de blé, de roseaux et de pampres sur la fausse-coupe.

    Patène : la cène à Emmaüs (les deux pèlerins tiennent des bourdons jacquaires à gourde ; un cep de vigne s'épanouit à gauche) ciselée gravée sur l'ombilic dans une couronne de laurier nouée par un nœud de ruban ; quatre médaillons ovales à fleuron d'acanthe alternant avec des palmes nouées en sautoir, le tout encadré d'un filet double sur le pourtour de la patène.

    Burettes : palmettes dans des compartiments chantournés à volutes, flanqués de longues feuilles lancéolées sur le culot de la panse ; bandeau avec frise de postes fondues en relief sur l'épaulement de la panse ; frise de fleurettes sue le pied ; guirlandes en festons ciselées gravées sur le col ; longues feuilles fondues sur l'anse ; coquillage (burette de l'eau) et grappe de raisin (burette du vin) fondus en haut relief sur le couvercle.

    Bassin à burettes : sur le marli, quatre cartouches à volutes avec des grappes de raisin ciselées en fort relief sur fond amati, entourés de roseaux noués en sautoir gravés dans des compartiments à extrémités échancrées ; frise de marguerites et de feuilles (décor à la molette) sur le bord du marli ; stries sur le bord de la base.

    Clochette d'autel : frise de feuilles nervurées et de graines au bas du vase, double frise de feuilles cordiformes et de graines au cerveau, stries ou godrons au bas du manche, grènetis au sommet.

  • Inscriptions & marques
    • poinçon de fabricant
    • 1er titre Paris 1798-1809
    • moyenne garantie Paris 1798-1809
    • poinçon d'association des orfèvres de Paris
    • 1er titre départements 1819-1838
    • grosse garantie départements 1819-1838
    • signature, gravé
    • inscription concernant le donateur, gravé
  • Précision inscriptions

    Poinçons de premier titre et de moyenne garantie Paris 1798-1809 sur la coupe et le pied du calice, la patène, l'aile et le fond du bassin, le col et l'intérieur du couvercle des burettes. Poinçon de fabricant (sur les mêmes pièces) : J / L, une balance (losange vertical). Premier titre et grosse garantie départements 1819-1838 (avec le différent 31 : Bordeaux) sur la panse de la clochette. Poinçon de fabricant (sur la clochette) : L D, une flèche (losange vertical).

    Signature (gravée à l'intérieur du pied du calice) : LOQUE fecit.

    Inscription concernant le donateur : MEMENTO DOM LAURENTII DARBO E CLERICIS REGULARIBUS STI PAULI [sur le bord du pied du calice] ; D. L. DARBO BARNABITE PRETRE A MUGRON [sur le bord du socle du bassin et du pied des deux burettes] ; AUDITE / ET / ADORATE CHRISTUM / D. L. Darbo Barnabite [sur la panse de la clochette].

  • État de conservation
    • oeuvre restaurée
  • Précision état de conservation

    Les pièces en vermeil ont été récemment redorées.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
  • Protections
    classé au titre objet, 1979/12/14
  • Précisions sur la protection

    Arrêté de classement : fin du XVIIIe siècle, sans attribution.

Documents d'archives

  • Documents divers (1808-1863) : confréries, don de la maison Menine (1817), testament de Pierre Darbo (1822), inventaire du presbytère (1865), inscriptions des cloches, etc.

    Archives paroissiales, Mugron
    années 1822-1824
  • Conseil de fabrique, arrêtés de comptes et délibérations (1826-1836).

    Archives paroissiales, Mugron
    Inventaire du 5 mars 1828
  • Registre des délibérations et des comptes de la confrérie du Saint-Sacrement de Mugron (1850-1945).

    Archives paroissiales, Mugron
    année 1877
  • Monographie paroissiale de Mugron, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18 b
  • FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885.

    Archives départementales des Landes : 2 F 966-1 et 2

Annexes

  • Documents concernant le legs de Pierre Laurent Darbo à la confrérie du Saint-Sacrement de Mugron, 1822-1824 (AP Mugron, documents divers, 1808-1863)
  • Document concernant la redorure de la chapelle Darbo en 1877 (AP Mugron, Registre de la confrérie du Saint-Sacrement, 1850-1945)
Date d'enquête 2014 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Saint-Laurent

Église paroissiale Saint-Laurent

Commune : Mugron
Adresse : place Frédéric-Bastiat