Dossier IA17047048 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Chantier naval
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
  • Commune Marans
  • Lieu-dit
  • Adresse chemin des Enfreneaux
  • Cadastre 2016 AR 45

La construction et la réparation de bateaux est une activité pratiquée sur le port de Marans dès l'Ancien Régime (les registres d'état civil mentionnent des charpentiers de bateaux ou de navires aux 17e et 18e siècles, par exemple Paul Brunet, marié en 1660). Le lieu appelé "la Grave", dans une des boucles alors formées par la Sèvre à l'entrée du port, à l'emplacement du bassin à flot creusé en 1860, est occupé jusqu'à cette date par quelques installations qualifiées de "chantiers" sur le plan du port par Tréton-Dumousseau dès 1806. Julien Plaire (1811-1854), par exemple, y est charpentier de bateaux.

Son fils, François (1836-1910) s'installe en 1860 sur la nouvelle cale de carénage construite en même temps que le réaménagement du port. D'autres charpentiers s'établissent sur le site à partir de 1862, avec concession renouvelable de terrains par l'Etat, pour construire des bateaux, réaliser leur carénage et fabriquer des portes d'écluses. Parmi eux, figurent Jacques Métays (qui cesse son activité vers 1901), Auguste Dallet et Pierre Bureau. En 1890, le chantier Dallet, établi sur un terrain concédé de 195 mètres carrés, est racheté par Jean-Baptiste Tarut, puis en 1895 par Alcide Bureau (1856-1935), fils de Pierre.

En 1925, Alcide Bureau vend son chantier (d'une superficie de 345 mètres carrés) à Benjamin Durand, né à L'Ile-d'Elle, charpentier de bateaux sur la rive gauche de la Sèvre, à Marans, depuis 1921, et auquel Bureau sous-traitait déjà certaines de ses commandes. Le chantier Durand, tenu après Benjamin par son fils René (en 1964) puis par le fils de celui-ci, Jean-Luc (en 1996), produit de très nombreux bateaux, bac-râteaux et portes d'écluses. Les bâtiments et l'outillage évoluent au fur et à mesure, notamment dans les années 1960. Le chantier bénéficie d'une importante renommée dans tout l'Ouest de la France jusqu'à sa cessation d'activité en 2003. Acquis par la municipalité, le site est démoli en décembre 2017.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 20e siècle

L'ancien chantier naval étirait ses bâtiments le long de la grande cale de carénage sur la rive nord du bassin du port. Un petit bâtiment de bureaux, en rez-de-chaussée, parallèle à la cale, prenait place entre deux grands bâtiments à façade en pignon : un hangar de stockage à droite, un atelier à gauche. Ces deux grands bâtiments étaient construits en bois et couverts en métal, avec charpente métallique pour le second au moins. Leurs façades étaient percées de larges portes en bois coulissantes. La couleur sombre du bois provenait du coaltar appliqué sur les parois, un goudron obtenu par distillation de la houille et qui permet de rendre la paroi étanche.

  • Murs
    • bois enduit
  • Toits
    métal en couverture
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon
  • État de conservation
    détruit après inventaire
  • Statut de la propriété
    propriété publique

Documents d'archives

  • Informations, documentation, photographies et notes de dépouillements d'archives fournies par M. René Durand (1924-2018), Marans.

Bibliographie

  • Durand, René, Bourdu, Daniel, Barbot, Guy. 4 générations de charpentiers de bateaux. Marans et le Marais poitevin : un pays, une ville, un port, un chantier naval aux XIXe et XXe siècles. La Crèche : Geste éditions, 2012. 291 p.

Documents figurés

  • 1806, 10 janvier : Plan du port de Marans, traversé de la riviere de Sèvre avec le projet de redressement des quays et curement de son lit, par l'ingénieur en chef des Ponts et chaussées Tréton-Dumousseau.

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 S 14/3
Date d'enquête 2016 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.