Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chais, dits Clos Peyror

Dossier IA33010507 réalisé en 2020

Fiche

AppellationsClos Peyror
Parties constituantes non étudiéescuvage, logement, sous-sol, puits, portail
Dénominationschai
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
AdresseCommune : Gauriac
Lieu-dit : Peyror
Adresse : 8 route du
Belvédère
Cadastre : 1820 AU 466, 467 ; 2020 AD 32, 33, 34

Des bâtiments figurent à cet emplacement sur le plan cadastral de 1820 au lieu-dit Peyror. Ils appartiennent à deux propriétaires :

-M. Dupaty (parcelle A 466)

-M. Emeric (parcelle A 467)

Les augmentations et diminutions du cadastre indiquent en 1877 l'augmentation de construction d'une maison sur la parcelle A 466 pour le compte de Pierre Buitet.

Une partie des bâtiments ruinée pourrait dater du 18e siècle. Chais et cuviers ont été reconstruits probablement dans le 3e ou 4e quart du 19e siècle.

Les éditions de 1893 et 1898 de l'ouvrage Bordeaux et ses vins indiquent le cru A Peyrore (ou Peyrord) appartenant au Dr Abadie et produisant 15 tonneaux. L'édition de 1922 mentionne également un cru artisan A Peyrord produit par les frères Régnier. La propriété est acquise au cours du 20e siècle par Michel Jaubert qui y produit un vin sous l'appellation Château Peyror.

D'après un témoignage oral, l'ancien chai aurait été occupé par un maréchal-ferrant, dont les vestiges des installations sont encore en partie visibles.

Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle

Les bâtiments se composent de plusieurs dépendance et d'une habitation en ruine.

Un vaste bâtiment présentant un large pignon au sud-est abritait plusieurs espaces à vocation agricole et/ou viticole. Une partie logement lui était accolé au sud. La maçonnerie en moellon est percée de deux grandes portes charretières : l'une avec un arc en plein-cintre chanfreiné, surmontée d'un petit jour avec ébrasement extérieur ; l'autre avec vantail coulissant, dissimulant une ancienne baie murée, peut-être une baie de décharge pour la réception de la vendange. La première porte donne accès à un vaste espace, aujourd'hui ruiné, qui aurait abrité les activités d'un maréchal-ferrant. Des baies murées sur le mur gouttereau sud ont été obturées par l'adjonction de la partie habitation également en ruine.

Côté ouest, deux bâtiments de plan rectangulaire sont disposés en L. Ils sont construits en moellons avec enduit ocre rose et orangé. Ils abritaient sans doute des espaces de chais et de cuviers.

Au nord, à la jonction entre anciens et nouveaux chais, un caveau enterré et voûté en pierre de taille aurait servi de cuve à fioul.

Au sud, dans le jardin, un puits maçonné conserve sa manivelle en bois.

L'accès à la propriété s'effectuait côté sud, comme en témoignent les vestiges d'un portail avec superstructure métallique portant le nom du domaine : Clos Peyror.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
État de conservationenvahi par la végétation, vestiges
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    p. 544-545
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 592
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

    p. 821
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Roux Tom-Loup - Steimer Claire