Dossier IA17047179 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Canal de la Banche
Auteur
Beauvarlet Gilles
Beauvarlet Gilles

Photographe à l'Inventaire du patrimoine de Nouvelle-Aquitaine (site de Poitiers).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
  • Commune Marans
  • Lieu-dit
  • Commune Charron
  • Commune Taugon
  • Commune Saint-Jean-de-Liversay
  • Commune La Ronde
  • Commune Saint-Cyr-du-Doret
  • Dénominations
    canal
  • Parties constituantes non étudiées
    pont

Le canal a été creusé lors du dessèchement des marais de Taugon, La Ronde et Saint-Jean-de-Liversay. Son creusement a commencé par l'aval en 1656. En juillet 1657, il existait entre son embouchure et les terres hautes de Marans ou "banches". Le canal a semble-t-il été achevé un an plus tard.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 17e siècle
  • Dates
    • 1656, daté par source

Long d'environ 22 kilomètres, le canal de la Banche prend naissance à l'Angle d'Oie, entre La Ronde et Saint-Cyr-du-Doret, tout en étant prolongé en amont par le canal de Boëre qui draine les marais desséchés de Boëre. Il traverse et draine les marais desséchés des communes de La Ronde, Taugon, Saint-Jean-de-Liversay et Marans, selon un axe est-ouest. A Saint-Jean-de-Liversay (Thairé-le-Fagnoux) et à Marans, il transperce en une profonde entaille d'anciennes terres hautes en pierre calcaire ou "banche" qui lui a donné son nom. Particulièrement visible par endroits (par exemple à Thairé-le-Fagnoux), une bande de terre longe le canal sur sa rive droite ; appelée "jet", elle sert à y rejeter la terre excavée du canal lors des opérations de curage, et apparaît ainsi surélevée.

Le canal se jette enfin dans l'un des derniers méandres de la Sèvre Niortaise, au Brault, commune de Charron, après avoir franchi sa porte-écluse. Entre les deux, quatorze ponts, dont un ferroviaire, l'ont franchi. A l'ouest de Marans, il passe sous le canal de Marans à La Rochelle via un aqueduc ou siphon.

  • Statut de la propriété
    propriété d'une association, Propriété de l'Association syndicale autorisée (ASA) de Taugon, La Ronde, Saint-Jean-de-Liversay et Saint-Cyr-du-Doret.

Documents d'archives

  • 1657-1814 : registres des délibérations de l'assemblée générale de la Société des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 1Mi 544

Bibliographie

  • Suire, Yannis. Le Marais poitevin, une écohistoire du XVIe à l'aube du XXe siècle. La Roche-sur-Yon : Centre vendéen de recherches historiques, 2006.

    p. 94-95

Documents figurés

  • 1801, 27 juin : Plan de jets du canal de la Banche depuis les porte jusqu'au canal de la Marnerie. Arpenté et levé par moi Chartron arpenteur, par ordre du citoyen Fleuriau, directeur des Marais de Taugon La Ronde. Marans, le 8 Messidor an 9.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 31 ETP 1
  • Début du 19e siècle : plan du canal [de la Banche] dans le marais de Taugon, de Chouppeau, marais le Roy.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 31 ETP 17
Date d'enquête 2016 ; Dernière mise à jour en 2017
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Centre vendéen de recherches historiques
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.