Dossier IA17046896 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Blockhaus Riesel, sémaphore
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde
  • Commune Les Mathes
  • Cadastre 2009 OB 5251

Le sémaphore a été édifié en 1990 (inauguré le 28 février) en prenant comme fondation un des blockhaus construits par les troupes allemandes à partir de 1942 dans le cadre du Mur de l'Atlantique. Ce blockhaus, dit "l'Amiral" servait de poste de commandement à la marine allemande pour la pointe de la Coubre, ainsi que de poste direction et de tir pour la batterie qui l'accompagnait. Le site a été puissamment bombardé par l'aviation alliée au printemps 1945. Son dernier étage a été supprimé en 1990 lors de la construction du sémaphore. Celui-ci a cessé son activité dès 1998, et a été démoli en 2020.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1942, daté par source
    • 1990, daté par source

Le site défensif comprenait une quinzaine d'ouvrages aujourd'hui enfouis dans la forêt, à l'est de l'ancien sémaphore : des canons, quatre pièces d'artillerie de 150 mm, d'une portée de 23 kilomètres, des abris, une soute à munitions, une infirmerie, des tobrouks (postes de tir).

Le blockhaus principal, surnommé "le bunker amiral" par les riverains, abritait un poste de direction et de tir de type Leitstand M132. Il constituait le poste de commandement de la marine allemande pour la pointe de la Coubre. Juché sur une dune culminant à 24 mètres d'altitude, et mesurait lui-même 9 mètres de haut, il comprenait quatre niveaux. Au second étage (supprimé en 1990), un poste de télémétrie servait à guider les tirs des quatre pièces de 150 mm qui se trouvaient à côté. Au premier, des périscopes servaient à surveiller le golfe de Gascogne. Le rez-de-chaussée comprenait des salles des cartes, de télégraphie et de radio, ainsi que des sanitaires. Le sous-sol abritait un dortoir pour les soldats et officiers.

L'ancien sémaphore, qui a réutilisé le blockhaus comme soubassement, comprend une tour de 36 mètres de haut. Construite en béton et poutrelles métalliques, elle est repérable à ses bandes rouges.

  • Murs
    • béton enduit
  • Statut de la propriété
    propriété publique, Propriété de l'Office national des forêts.

Bibliographie

  • Gourmelon, Gwenaëlle. Inventaire des vestiges du Mur de l'Atlantique en Charente-Maritime, association Estuarium, 1998-1999.

    p. 49
  • Moreau, Henri, Daury, Jacques. La forêt de la Coubre et son histoire. Paris : les Indes Savantes, 2014, 167 p.

    p. 140-156
  • Prince, André, Les Mathes La Palmyre : histoire et récits. Paris : Les Indes savantes, 2008, 192 p.

    p. 47-49

Documents multimédia

  • Site internet du Musée du Patrimoine du Pays Royannais : pays-royannais-patrimoine.com.

Date d'enquête 2015 ; Dernière mise à jour en 2015
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.