Logo ={0} - Retour à l'accueil

Batterie de Chef-de-Baie

Dossier IA17012720 réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsde Chef-de-Baie
Parties constituantes non étudiéesfort, redoute, blockhaus
Dénominationsbatterie
Aire d'étude et cantonRochelle faubourgs (La) - Rochelle (La)
AdresseCommune : La Rochelle
Lieu-dit : la Pallice, Laleu
Cadastre : 2003 AZ 30, 51,144

« Située à la pointe septentrionale de la baie du port de La Rochelle, la redoute de Chef-de-Baie est établie sur un promontoire rocheux dominant le pertuis d´Antioche. Octobre 1627 : Louis XIII met le siège devant La Rochelle, alors la plus puissante des places fortes portuaires aux mains des Protestants. Afin d´empêcher la flotte anglaise de ravitailler les assiégés par la mer, le cardinal de Richelieu fait construire une digue barrant l´accès au port. Au moment où les Anglais attaquent les vaisseaux français et tentent, sans succès, de rompre la digue, le Roi commande, en personne, l´artillerie installée à Chef-de-Baie. Etablie pour empêcher le bombardement de La Rochelle et défendre les approches de son port, la batterie essuie alors le feu des navires ennemis faisant des victimes jusque dans l´entourage du Roi. La place -forte de La Rochelle devait néanmoins tomber au terme d´un an de siège. En 1690, à la demande du directeur des fortifications de La Rochelle, Ferry, le retranchement est « raccommodé » et deux ans plus tard, c´est au tour de la batterie proprement dite de faire l´objet de travaux d´entretien. Elle participe au dispositif de défense de la côte depuis le pointe des Minimes jusqu´à celle de Chef-de-Baie ; en 1695, les batteries de Coureilles et de l´anse des Minimes sont quasiment achevées : 46 pièces de canon et deux mortiers à la point de Chef-de-Baie protègent alors La Rochelle. Ferry, qui souhait continuer de renforcer ce dispositif, propose en 1697 d´établir une batterie revêtue à la point de Chef-de-Baie, mais Vauban en refuse le projet. Quatre ans plus tard, à la mort de Ferry, les batteries de Chef-de-Baie et des Minimes sont en état de défense, et l´armement de la côte a considérablement augmenté puisque l´on dénombre alors pas moins de 142 pièces de canons et 6 mortiers pour l´ensemble des batteries protégeant la baie." Texte extrait de : Desquesnes Rémy, Faille René, Prost Philippe ; Les fortifications du littoral. La Charente-Maritime ; Editions patrimoines & médias ; 1993 ; pp. 107-108. Une redoute sous forme de petite tour de plan carré est construite en 1708 pour protéger les batteries existantes et servir de réduit de défense en cas d'attaque. Le dispositif de la batterie de Chef-de-Baie est complété au milieu du XIXème siècle par la construction d'un corps de garde défensif. Lors de la seconde Guerre Mondiale, les fortifications du mur de l'Atlantique réinvestissent ce site stratégique avec la construction de plusieurs bunkers.

Période(s)Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : milieu 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

"La redoute comme le corps de garde défensif demeurent aujourd'hui encore en excellent état, même si la redoute a été modifiée, au siècle dernier, perdant sa toiture au profit d'un parapet lui donnant un quatrième niveau faisant office de plate forme sommitale. Si le corps de garde reste à l'intérieur d'un site militaire, la redoute est à l'inverse accessible. » Texte extrait de : Desquesnes Rémy, Faille René, Prost Philippe ; Les fortifications du littoral. La Charente-Maritime ; Editions patrimoines & médias ; 1993 ; p. 108. L'état de conservation des blockhaus est plus inégal, un certain nombre d'entre eux étant ensablés ou envahis par la végétation.

Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle - Cussey Yann