Dossier IA17050835 | Réalisé par
Bassin de retenue dit Fosse aux Mâts de la prairie de Rhône ou de l'Arrière-Garde
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Charente - cantons du département 17
  • Commune Saint-Hippolyte
  • Lieu-dit Rhône
  • Cadastre 1838 A 1 à 7  ; 2016 ZA 158, 159
  • Dénominations
    bassin de retenue
  • Précision dénomination
    Fosse aux Mâts
  • Appellations
    de la prairie de Rosne, de l'Arrière-Garde

Un devis est établi en 1776 par Augias et Toufaire pour une fosse longue de 200 toises (soit environ 360 m), prévue dans "la prairie de Rosne". Les travaux d'aménagement d'un bassin sont finalement réalisés à cet endroit entre 1787 et 1793, par le sieur Rambaud, architecte.

Cette fosse maçonnée est destinée à conserver dans l'eau saumâtre les pièces de mâture d'approvisionnement de l'arsenal pour les protéger des insectes nuisibles. Elle est alimentée en eau douce par la rivière le By grâce à un fossé de 540 mètres (300 toises) de longueur. La prairie, située au niveau des plus hautes marées, permet de contrôler l'arrivée de l'eau douce et de l'eau de mer. Les fermes de charpente qui maintiennent les mâts immergés sont ainsi toujours maintenues dans l'eau, de façon à prévenir leur pourrissement. Elle peut contenir 1450 mâts de 24 à 84 centimètres de diamètre.

La fosse étant essentiellement alimentée par de l'eau douce, elle ne s'envase pas autant que les fosses aménagées précédemment, notamment à Saint-Nazaire-sur-Charente, cependant elle doit être dévasée tous les douze ans. Un poste de gardien est créé pour sa surveillance.

Cette fosse n'est plus utilisée à partir des années 1850. Dans les années 1920, elle est transformée en un établissement de pisciculture pour lequel deux vannes sont installées de façon à constituer trois bassins indépendants. Le site est désormais désaffecté et, comme les fosses de la Gardette, il est géré par le CREN de Poitou-Charentes.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 18e siècle

Ce bassin de 500 m de long se situe sur la rive gauche de la Charente, face à la corderie. Orienté nord-sud, il adopte une forme courbe au nord pour sa jonction avec le fleuve.

Le pont-écluse qui enjambe le chenal de jonction avec la Charente n'a pas conservé sa porte d'èbe (ouvrant vers le bassin). La vanne actuellement visible a vraisemblablement été installée après la désaffectation de la fosse. Cette vanne à guillotine présente un bâti en bois et vis sans fin : chapeau et poteaux maintenus par des pièces métalliques, écrou et porte-écrou.

Les deux écluses des années 1920, situées dans la partie nord de la fosse, sont ménagées dans deux énormes blocs en béton. Elles ne possèdent plus qu'une partie de leurs mécanismes, vis sans fin et partie métallique du bâti.

Le poste de garde, envahi par la végétation, est désormais dépourvu de toit. Doté de deux pièces à l'origine, il a été prolongé du côté sud. Sa façade antérieure, en pierre de taille et couronnée d'une corniche en doucine, est orientée vers l'ouest, du côté du fleuve. A l'intérieur, une cheminée en pierre est visible dans l'une des deux pièces.

  • Murs
    • calcaire pierre de taille

Documents d'archives

  • 1776, 8 juillet : Etat de la dépense d'une fosse aux mâts dans la prairie de Rosne, par Augias et Toufaire (copie).

    Service historique de la Défense, Rochefort : 2 K 1 39
  • 1787, 2 juin : lettre du ministre à M. le Comte de Vaudreuil et de La Grandville (copie).

    Service historique de la Défense, Rochefort : 2 K 1 39
  • Le Blanc, François-Yves. Etude historique, archéologique et patrimoniale des anciennes fosses aux mâts de l'arsenal de Rochefort (Charente-Maritime). Rochefort : Conservatoire du Littoral, avril-septembre 2009.

    p. 81-96

Bibliographie

  • Thomas. Mémoires pour servir à l'histoire de la ville et du port de Rochefort. Rochefort, Faye, 1828.

    p. 277-278
  • Auriol, M. "Conservation des bois de construction". Société d'agriculture, des belles-lettres, sciences et arts de Rochefort. Travaux : année 1862-1863. Rochefort : Ch. Thèze, 1863.

    p. 243
  • Gautier, Guy, Hine, André. Sur notre Charente. Bulletin de la Société charentaise des études locales, 1930/01.

    p. 17
Date d'enquête 2015 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel