Dossier IA17048019 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Barrage du Vieux Béjou
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
  • Commune Damvix
  • Lieu-dit Bazoin
  • Cadastre 1835 E 1518  ; 2021 AN 302
  • Commune La Ronde
  • Lieu-dit Bazoin
  • Cadastre 1812 B 1691  ; 1867 B 2485  ; 2020 WS 86

Le barrage est établi sur le Vieux Béjou, ancienne rivière serpentant depuis Damvix à travers les marais de La Ronde et Damvix (actuels canal de Virecourt et conche de la Baronnerie), et qui recevait la rivière du Mignon vers les Forges. Le tout a été canalisé à partir des années 1820-1830. Parmi les ouvrages réalisés sur le site de Bazoin, un premier barrage en bois et à aiguilles est établi à l'embouchure du Vieux Béjou sans doute vers 1840, mais dès 1859, il est question de le reconstruire. Le projet en est présenté le 16 mars par l'ingénieur ordinaire Houbeau. Les travaux se déroulent de janvier à juin 1861. Il sont réalisés par Jean-François Auger, entrepreneur. Peu auparavant, une passerelle a été construite juste en aval du barrage, en même temps que la passerelle sur la Vieille Sèvre. Les plans des deux ouvrages ont été présentés le 20 septembre 1855 par l'ingénieur en chef Joseph Maire.

Comme l'ensemble des ouvrages du site de Bazoin, le barrage du Vieux Béjou est reconstruit en novembre 1960 pour augmenter son débit. L'opération est menée par l'entreprise Truchetet et Tansini, de Paris. Enfin, le barrage est restauré en 2017-2018.

Le barrage est établi à l'embouchure du Vieux Béjou qui marque la frontière entre les communes de La Ronde (Charente-Maritime, rive gauche) et de Damvix (Vendée, rive droite). Franchi par un pont en béton, il est précédé et suivi par des bassins élargis, aux parois également en béton et inclinées. La vanne de fond est mue par deux crics à crémaillères que soutiennent un portique en métal.

  • Murs
    • béton
    • métal
  • Couvrements
  • Statut de la propriété
    propriété publique, Le barrage est la propriété de l'IIBSN (Institution interdépartementale du bassin de la Sèvre Niortaise), successeur de l'Etat (portique peint en vert).
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler

Documents d'archives

  • Archives départementales des Deux-Sèvres ; 3 S 422. 1859-1861 : construction d'un barrage en bois à l'embouchure du Vieux Béjou.

  • Archives départementales des Deux-Sèvres ; 3 S 471. 1864-1871 : construction de passerelles sur le Vieux Béjou et la Vieille Sèvre à Bazoin.

Documents figurés

  • Plan cadastral de La Ronde : 1812. (Archives départementales de la Charente-Maritime ; E dépôt 233/328, 1 G 1)

  • Plan cadastral de La Ronde : 1867. (Archives départementales de la Charente-Maritime ; 3 P 3075)

  • Photographies des chantiers de reconstruction d'ouvrages sur la Sèvre Niortaise : 1960-1963. (Archives départementales des Deux-Sèvres ; 1898 W 173)

  • Plan cadastral de Damvix, 1835. (Archives départementales de la Vendée ; 3 P 78).

Date d'enquête 2021 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Centre vendéen de recherches historiques
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.