Dossier IM64004175 | Réalisé par
Autel de saint François d’Assise, autrefois de Notre-Dame du Mont-Carmel (autel, degré, 2 gradins, tabernacle), Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Notre-Dame-des-Infirmes
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
  • Commune Eaux-Bonnes
  • Adresse place de l' Église
  • Emplacement dans l'édifice collatéral droit, 3e travée
  • Dénominations
    autel, degré d'autel, gradin d'autel, tabernacle
  • Appellations
    de saint François d’Assise, autrefois de Notre-Dame du Mont-Carmel

La commande des autels secondaires de la nouvelle église d’Eaux-Bonnes n’est pas documentée, la plupart d’entre eux ayant apparemment été offerts par des personnes privées sans que des archives conservent la trace de ces dons. Quelques-uns, voire la totalité, pourraient revenir au marbrier oloronais Jean-Baptiste Hum (1826-1893), auteur du maître-autel en 1879. Des détails structurels et/ou ornementaux communs permettent de définir deux ensembles ou types : au premier appartiennent les autels actuellement dédiés à la Vierge (ex-saint Joseph), au Sacré-Cœur, à saint François d’Assise (ex-Notre-Dame du Mont Carmel), à sainte Thérèse (ex-saint François d’Assise), à saint Vincent de Paul (ex-sainte Thérèse) et à saint Joseph (ex-saint Jean-Baptiste) ; au second, les autels de saint Étienne et de sainte Anne (ex-saint Vincent de Paul). L’autel de saint Antoine de Padoue n’appartient à aucun de ces deux ensembles. Le meuble ici étudié est identique (à l’exception du relief figuré de son tombeau) aux autels de saint Vincent de Paul (autrefois de sainte Thérèse), qui lui fait face dans le collatéral de gauche, et de sainte Thérèse d’Avila (autrefois de saint François), son voisin dans le bas-côté droit.

A une date récente et pour une raison inconnue, la quasi-totalité des statues qui surmontaient les autels ont été déplacées d’un meuble à l’autre, sans tenir compte de leur dédicace primitive, identifiable grâce à l’iconographie spécifique de leurs décors et, pour six d’entre eux, à celle des verrières qui les surmontent. Ainsi, l’autel actuellement dédié à saint François l’était-il originellement au Scapulaire ou plus précisément à Notre-Dame du Mont Carmel, comme l’indiquent le relief sculpté sur son tombeau et le monogramme marial MA sur la porte du tabernacle. Il était jusqu'à une date récente surmonté d'une statue en bois de la Vierge (offerte par Adolphe Moreau) aujourd'hui posée sur l'ancien autel de saint Joseph. A l'origine, il devait l'être par la statue de saint Simon Stock (donataire du scapulaire), actuellement dans l’arcade au-dessus des anciens fonts baptismaux (voir présentation du mobilier, œuvres non étudiées). Quant à la statue de saint François, elle surmontait avant ces transferts l’autel voisin dans la deuxième travée du même collatéral, aujourd’hui dédié à sainte Thérèse d’Avila.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Lieu d'exécution
    Commune : Oloron-Sainte-Marie
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Hum Jean-Baptiste , dit(e) Hum-Sentouré
      Hum Jean-Baptiste

      Marbrier à Oloron-Sainte-Marie, né en 1826 et mort en 1893 ; fonde en 1852 une entreprise de marbrerie d'art spécialisée dans "les monuments funéraires, caveaux, chapelles, autels, appuis de communion, fonts baptismaux, chaires à prêcher, bénitiers...". Rayonnant dans tout le Sud-Ouest, mais aussi en Espagne et en Amérique, elle était réputée pour la qualité de ses marbres (blanc de Carrare, rose de Moncal, rosé d'Oréal, vert "Henri IV", rouge, rose et brèche basques). A la mort du fondateur en 1893, lui succède son fils Jean-Baptiste (1859-1929), né de Marie Anne Francine Lichets (1838-1914), époux de Marie Julie Mondine (1862-1899) et père de Jean-Baptiste Michel (1888-1918), aussi marbrier.

      Nombreuses œuvres de Jean-Baptiste père et fils conservées dans les Pyrénées-Atlantiques : Eaux-Bonnes (1879), Aramits (1885), Cescau (1896), Castétis (vers 1897), Noarrieu (vers 1897), Carresse (1899), Saint-Martin de Biarritz (1899), Laruns (1899), Bruges (1905), Bergouey, Rébénacq, Goès (vers 1900), Bedous, Osse-en-Aspe ; plusieurs monuments aux morts. La marbrerie Hum-Sentouré est toujours active à Oloron.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      marbrier, sculpteur (incertitude)

Autel en marbre blanc des Pyrénées plaqué sur maçonnerie (structure). Autel-tombeau à la face scandée par quatre colonnettes libres couronnées de consoles en talon, avec table en marbre, adossé à un massif postérieur portant deux gradins droits superposés, le supérieur encastrant un tabernacle parallélépipédique avec porte rectangulaire en laiton doré inscrite dans un arc trilobé ; bas-reliefs sculptés dans la masse et dorés sur le panneau frontal du tombeau d'autel. Posée sur l’exposition (carrée) du tabernacle, une statue grandeur nature en bois, sans doute de tilleul.

  • Catégories
    marbrerie, sculpture
  • Structures
    • plan, rectangulaire
    • élévation, droit
    • colonne, 4
  • Matériaux
    • marbre uni, blanc, en plusieurs éléments taillé, tourné, poli, placage, décor en bas relief, décor dans la masse, décor à fond en cuvette, gravé, doré
    • laiton, repoussé, martelé, fondu, doré
  • Mesures
    • h : 232 (hauteur totale de l'autel)
    • la : 200 (largeur totale de l'autel)
  • Précision dimensions

    Tombeau d'autel : h = 100 ; la = 200 ; pr = 66. Massif postérieur : pr = 54. Gradin inférieur : h = 20. Gradin supérieur : h = 20. Tabernacle : h = 112 (avec l’exposition) ; la = 59 ; pr = 51.

  • Iconographies
    • ornementation, scapulaire, lys, quadrillage, console, MA, croix ancrée
  • Précision représentations

    La face du tombeau est ornée de trois bas-reliefs en cuvette représentant, au centre, un scapulaire (décoré de la croix et des instruments de la passion) suspendu à un nœud de ruban dans un quadrilobe, flanqué de deux vases à feuilles d'acanthe contenant des lys épanouis ; les gradins sont gravés d’un quadrillage incluant des croix ancrées. La porte en laiton du tabernacle est décorée du monogramme marial MA dans une mandorle et surmontée d'un rosaire couronné d'un bouquet de roses, auquel est suspendu un scapulaire également frappé du monogramme MA ; l'ensemble est inscrit dans un arc trilobé à frise de perles.

  • Précision état de conservation

    Ancien autel de Notre-Dame du Mont Carmel aujourd’hui dédié à saint François d’Assise.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler

Bibliographie

  • MAISONNAVE Jean-Philippe. Architecture religieuse dans les Pyrénées-Atlantiques, 1800-1940. Rapport de l'enquête d'inventaire menée entre 1988 et 1991.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
    p. 145-146
Date d'enquête 2019 ; Dernière mise à jour en 2020
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Université de Pau et des Pays de l'Adour