Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
  • Commune Eaux-Bonnes
  • Adresse place de l' Église
  • Emplacement dans l'édifice collatéral droit, 4e travée
  • Dénominations
    autel, gradin d'autel, tabernacle, statue
  • Titres
    • Saint Étienne
  • Appellations
    de saint Étienne

La commande des autels secondaires de la nouvelle église d’Eaux-Bonnes n’est pas documentée, la plupart d’entre eux ayant apparemment été offerts par des personnes privées sans que des archives conservent la trace de ces dons. Quelques-uns, voire la totalité, pourraient revenir au marbrier oloronais Jean-Baptiste Hum (1826-1893), auteur du maître-autel en 1879. Des détails structurels et/ou ornementaux communs permettent de définir deux ensembles ou types : au premier appartiennent les autels actuellement dédiés à la Vierge (ex-saint Joseph), au Sacré-Cœur, à saint François d’Assise (ex-Notre-Dame du Mont Carmel), à sainte Thérèse (ex-saint François d’Assise), à saint Vincent de Paul (ex-sainte Thérèse) et à saint Joseph (ex-saint Jean-Baptiste) ; au second, les autels de saint Étienne et de sainte Anne (ex-saint Vincent de Paul). L’autel de saint Antoine de Padoue n’appartient à aucun de ces deux ensembles.

L’autel dédié au Protomartyr, placé sous le vitrail de La Lapidation de saint Étienne, est l’un des trois (avec ceux du Sacré-Cœur et de saint Antoine) à n’avoir pas changé de dédicace au cours des dernières décennies. Comme le signale une inscription gravée sur son gradin, il fut offert en août 1873, en hommage à son saint patron, par Étienne Moreau-Nélaton (1859-1927), le futur historien de l'art et collectionneur, bienfaiteur du Louvre et de la Bibliothèque nationale. L'âge du jeune garçon (quatorze ans) laisse toutefois supposer que le don fut fait en son nom par son père, Adolphe Fernand Moreau (1827-1882), lui-même collectionneur, qui offrit également à la nouvelle église d'Eaux-Bonnes deux statues de la Vierge, peut-être acquises par son propre père, Adolphe Moreau senior (1800-1859), l’un des bienfaiteurs de la station thermale en pleine expansion. La famille donna enfin deux tableaux, une copie de la Vierge consolatrice des affligés de Saint-Denys-du-Sacrement et une copie d'une supposée Visitation de Raphaël au Louvre (cette dernière est perdue). La verrière figurant La Lapidation de saint Étienne qui surmonte l'autel est probablement, au même titre que celui-ci, un don des Moreau.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1873, porte la date
  • Lieu d'exécution
    Commune : Oloron-Sainte-Marie
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Hum Jean-Baptiste , dit(e) Hum-Sentouré
      Hum Jean-Baptiste

      Marbrier à Oloron-Sainte-Marie, né en 1826 et mort en 1893 ; fonde en 1852 une entreprise de marbrerie d'art spécialisée dans "les monuments funéraires, caveaux, chapelles, autels, appuis de communion, fonts baptismaux, chaires à prêcher, bénitiers...". Rayonnant dans tout le Sud-Ouest, mais aussi en Espagne et en Amérique, elle était réputée pour la qualité de ses marbres (blanc de Carrare, rose de Moncal, rosé d'Oréal, vert "Henri IV", rouge, rose et brèche basques). A la mort du fondateur en 1893, lui succède son fils Jean-Baptiste (1859-1929), né de Marie Anne Francine Lichets (1838-1914), époux de Marie Julie Mondine (1862-1899) et père de Jean-Baptiste Michel (1888-1918), aussi marbrier.

      Nombreuses œuvres de Jean-Baptiste père et fils conservées dans les Pyrénées-Atlantiques : Eaux-Bonnes (1879), Aramits (1885), Cescau (1896), Castétis (vers 1897), Noarrieu (vers 1897), Carresse (1899), Saint-Martin de Biarritz (1899), Laruns (1899), Bruges (1905), Bergouey, Rébénacq, Goès (vers 1900), Bedous, Osse-en-Aspe ; plusieurs monuments aux morts. La marbrerie Hum-Sentouré est toujours active à Oloron.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      marbrier, sculpteur (incertitude)
    • Personnalité :
      Moreau Adolphe Fernand
      Moreau Adolphe Fernand

      Adolphe Fernand Moreau, né à Paris le 5 octobre 1827 d'Adolphe Moreau et de Françoise Gauldrée-Boilleau, mort à Paris le 4 juillet 1882. Collectionneur d'art et conseiller d'État, il épousa en 1858 la céramiste Camille Nélaton (1840-1897), fille d'un chirurgien de Napoléon III sénateur de l'Empire, dont il eut le célèbre collectionneur et historien de l'art Étienne Moreau-Nélaton (1859-1927).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      donateur
    • Personnalité :
      Moreau-Nélaton Adolphe Étienne Auguste
      Moreau-Nélaton Adolphe Étienne Auguste

      Adolphe Étienne Auguste Moreau (puis Moreau-Nélaton par décret du 26 mars 1874), né le 21 décembre 1859 à Paris et mort dans la même ville le 25 avril 1927, célèbre peintre, collectionneur et historien de l'art. Fils du collectionneur Adolphe Fernand Moreau (1827-1882) et de la céramiste Camille Nélaton (1840-1897) - elle-même fille d'un chirurgien de Napoléon III et sénateur de l'Empire -, époux d'Edmée Braun, il est surtout connu aujourd'hui pour ses importantes donation de peinture française du XIXe siècle au musée du Louvre, de dessins et d'archives à la Bibliothèque nationale.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      donateur

Autel en marbre blanc des Pyrénées plaqué sur maçonnerie (structure) et en marbre brèche rouge du Languedoc (panneaux décoratifs encastrés). Autel-tombeau à colonnettes angulaires, arcature trilobée et table en marbre, adossé à un massif postérieur portant deux gradins droits superposés, le supérieur encastrant un tabernacle parallélépipédique avec porte rectangulaire (décor en relief dans la masse). Posée sur l’exposition, une statue en plâtre polychrome sur socle rapporté en bois peint.

  • Catégories
    marbrerie, sculpture, menuiserie
  • Structures
    • plan, rectangulaire
    • élévation, droit
    • colonne, 2
    • revers sculpté
  • Matériaux
    • marbre uni, blanc, gris, en plusieurs éléments taillé, tourné, poli, placage, décor en bas relief, décor dans la masse, gravé, doré
    • brèche, rouge, décor poli
    • plâtre, moulé, peint, polychrome
    • bois blanc, mouluré, peint, polychrome
  • Mesures
    • h : 183 (hauteur totale de l'autel)
    • la : 252 (largeur totale de l'autel)
  • Précision dimensions

    Tombeau d'autel : h = 95 ; la = 202 ; pr = 65. Massif postérieur : la = 252. Gradin inférieur : h = 25. Gradin supérieur : h = 15. Tabernacle : h = 63 ; la = 47. Statue : h = 120 (avec le socle) ; h = 14 (socle).

  • Iconographies
    • ornementation, croix latine
    • saint Etienne diacre, dalmatique, palme, pierre
    • ornementation, ornement à forme végétale
  • Précision représentations

    Le massif postérieur est orné de panneaux décoratifs encastrés en brèche rouge du Languedoc. La porte du tabernacle est sculptée dans la masse d’une croix latine.

    Statue de saint Étienne, revêtu de la dalmatique diaconale rouge, couleur du martyre (peinte de monogramme SE et de croix pattées dans des rinceaux), et tenant la palme et les pierres de son supplice ; socle en bois peint de motifs végétaux stylisés.

  • Inscriptions & marques
    • inscription concernant le donateur, latin, français, gravé
    • date, gravé
  • Précision inscriptions

    Inscription concernant le donateur et date (gravées sur la face du gradin supérieur) : EX DONO ADOLPHE ETIENNE AUGUSTE M.N. / AOUT M.DCCCLXXIII.

  • État de conservation
    • manque
  • Précision état de conservation

    Il manque la pierre d’autel ainsi que des ornements rapportés dans les trilobes décoratifs du tabernacle.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler

Bibliographie

  • MAISONNAVE Jean-Philippe. Architecture religieuse dans les Pyrénées-Atlantiques, 1800-1940. Rapport de l'enquête d'inventaire menée entre 1988 et 1991.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
    p. 145-146
Date d'enquête 2019 ; Dernière mise à jour en 2020
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Université de Pau et des Pays de l'Adour
Édifice
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Notre-Dame-des-Infirmes

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Notre-Dame-des-Infirmes

Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : place de l' Église