Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Saint-Sever
  • Commune Montaut
  • Adresse
  • Emplacement dans l'édifice chapelle de la Vierge

Ensemble composite. Le gradin date certainement de la première moitié du XVIIIe siècle. L'autel, plus tardif, pourrait dater de la fin du XVIIIe ou du début du XIXe, à moins (hypothèse plus plausible) qu'il n'ait été remplacé en 1857 par le décorateur et fabricant de mobilier bordelais Pierre Louis Daux (de la maison Doumeret et Daux), qui restaura cette année-là les peintures de la chapelle (voûte et murs) et "redora" l'autel pour une somme totale de 400 francs. Le galbe et les sculptures ornementales du meuble se retrouvent en effet sur des meubles attestés de Daux, parmi lesquels l'autel fourni par lui pour la chapelle voisine du Sacré-Cœur en 1856.

  • Période(s)
    • Principale : 1ère moitié 18e siècle
    • Principale : limite 18e siècle 19e siècle , (incertitude)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1857, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Daux Pierre Louis
      Daux Pierre Louis

      PIerre Louis Daux, doreur sur bois et marchand d'ornements religieux bordelais d'origine parisienne, né à Paris le 25 août 1800 et mort à Bordeaux après 1855 ; fils de Remy Daux, boucher à Paris, et de Victoire Séré. Il épousa à Bordeaux, le 14 février 1824, Jeanne Françoise, dite Fanny Doumeret (Bordeaux, 21 novembre 1806 - Bordeaux, 23 septembre 1844), fille de Jean Doumeret (Bordeaux, 12 janvier 1778 - après 1844), doreur sur bois, et de Marie Roché, dont il eut deux enfants : Jeanne Amélie Alexandrine (née à Bordeaux le 13 juin 1826), mariée à Bordeaux, le 24 novembre 1849, à Louis Treignac, chasublier et marchand d'ornements religieux (né à Périgueux le 16 octobre 1825), fils de Guillaume et de Jeanne Chambareau ; et Jean Alfred Daux (Bordeaux, 1828 - Dax, 1878). Parmi les témoins du mariage de Pierre Louis Daux et Françoise Doumeret figurèrent le doreur Charles Marie Laporte (1760-?) et les ébénistes Justin Léonard (1789-?) et Guillaume Ladrée (1801-?) ; les déclarants du décès de Françoise Doumeret furent le peintre André Mousselard (27, rue des Remparts) et le doreur sur bois François Toulouse (8, rue Berquin) - tous, peut-être, collaborateurs de Daux et Doumeret.

      Par ce mariage fut créée la maison Doumeret et Daux, chasublerie et dorure, puis fabrique de mobilier religieux à Bordeaux, spécialisée dans la production d'autels, active de la Restauration au Second Empire. L'atelier était situé au 58, cours de Tourny, le magasin au 2, rue de l'Archevêché, le domicile personnel de Pierre Louis Daux et de sa belle-famille au 14, cours de Tourny, puis 8, rue d'Albret. La fabrique produisit de nombreuses œuvres repérées en Gironde, en Charente-Maritime et dans les Landes. Ces dernières furent certainement fournies par la succursale de Dax (rue des Carmes), dirigée dans les années 1850 par "Daux fils" (Jean Alfred). En 1855, "M. Daux, fabricant d'autels à Bordeaux" (Pierre Louis), était membre, sous la direction de Léo Drouyn, de la section girondine de la Société française pour la conservation des Monuments historiques et participa au Congrès archéologique de France à Moulins en 1854, aux côtés de son gendre Louis Treignac, "chasublier et fabricant d'autels", de l’architecte Gustave Alaux et du marbrier-sculpteur bordelais Bernard Jabouin.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      doreur, restaurateur attribution par source

Autel-tombeau de plan rectangulaire et d'élévation galbée, placé sur un degré en chêne ciré et supportant un gradin droit rectangulaire. Autel adossé au massif postérieur. Tombeau peint en faux marbre (blanc veiné, vert veiné, fausse brèche rouge pour le panneau central), décor doré.

  • Catégories
    menuiserie, sculpture
  • Structures
    • plan, rectangulaire
    • élévation, galbé
  • Matériaux
    • bois, décor en bas relief, mouluré, peint, faux marbre, doré à la feuille
  • Mesures
    • h : 97 (hauteur de l'autel)
    • la : 207 (largeur de l'autel)
    • h : 18 (hauteur du degré d'autel)
    • h : 14,5 (hauteur du gradin)
    • la : 224,5 (largeur du gradin)
  • Iconographies
    • ornementation, fleur, feuille d'acanthe
  • Précision représentations

    Grandes feuilles d'acanthe aux angles antérieurs du tombeau d'autel, table à encadrement mouluré sur la face de l'autel avec panneau peint (décoré de fleurs en 1969, motif disparu en 2017). Sur le gradin, rinceaux d'acanthe rapportés, dorés, sur fond peint en rouge.

  • État de conservation
    • oeuvre restaurée
  • Précision état de conservation

    Restauré en 2015.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler

Documents d'archives

  • Registre paroissial de Montaut, 1845-1951.

    Archives communales, Montaut

Bibliographie

  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 39-40
Date d'enquête 2017 ; Dernière mise à jour en 2017
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Articulation des dossiers