Dossier IA86008629 | Réalisé par ;
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Ancienne maison du passeur, ferme, actuellement maison
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vals de Gartempe et Creuse - Saint-Savin
  • Commune La Bussière
  • Lieu-dit le Port
  • Cadastre 2011 H 477
  • Dénominations
    ferme
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, étable

Aucun bâtiment ne figure à cet emplacement sur le plan cadastral de 1826. Ces bâtiments ont été construits par l'Etat (division de la navigation) suite à une décision ministérielle du 26 novembre 1879 pour loger le passeur (ou fermier) du bac de Busserais, pour la somme de 2971,37 francs, avec une souscription de 307 francs de la mairie. Le terrain a été remis gracieusement par M. Hélion

En juin 1880, les travaux sont confiés par soumission aux sieurs Girault Charles et Bidault Henri, entrepreneurs.

En 1881, l’État finance pour 500 francs la construction d'annexes à la maison du fermier du bac, à savoir un four à pain et d'un toit servant en même temps de cellier, la commune ayant fait savoir qu'elle ne trouverait pas de sous-fermier pour le bac sans ces annexes. Les dépenses pour la construction de la maison s'étant élevées à 2744,59 francs (dont 2700 sur le budget de 1880), il reste 526,78 francs de crédit, l’État débloque 71,37 francs supplémentaires pour la construction de l'annexe. La dépense est affectée au budget du bac.

Dans les recensements de 1881 et 1886, Sylvain Griffon, passeur, y vit avec sa femme et sa fille.

D'après l'inventaire du 30 août 1888, l'ensemble comprend aussi la maison du passeur, composée d'un rez-de-chaussée et d'un grenier, un cellier attenant à la maison du côté nord, un four à pain placé à l'est de la maison et complètement séparé de cette dernière et une pièce de terre de 920 m2 environ, attenante à la maison au sud.

En 1894, la commune conteste la propriété des immeubles du bac de Busserais à l’État. Le 18 février 1895, le ministère des travaux publics confirme la propriété de l’État sur cette maison et refuse à la commune le droit de s'opposer à son aliénation.

L’État, propriétaire du bac dont la commune est fermière, met le bâtiment en vente en 1896 ; la vente aux enchères a lieu le 19 décembre 1897 pour la somme de 1625 francs, sur lesquels la mairie réclame le retour de sa souscription initiale.

L'ensemble a été converti en ferme lorsque le bac a été supprimé en 1910.

Le logement, séparé de la route par une cour fermée par un muret et un portail, présente des baies couvertes en arc segmentaire. Les granges sont situées à l'est du logement.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse, tuile plate
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Typologies
    Ferme à bâtiments dispersés.
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Bac de Busserais.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 O 50 3
  • 1811-1910. Bacs et passages d'eau sur la Gartempe, fonds de la préfecture.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 3 S 35

Documents figurés

  • " Bac de Busserais sur la rivière Gartempe, commune de La Bussière. Remise à l'administration des domaines pour en opérer la vente des immeubles affectés à l'exploitation du bac, extrait du plan cadastral ". M. Antin, ingénieur ordinaire. 1896, 10 avril. Plan aquarellé.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 3 S 35
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2017
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.