Dossier IA33008202 | Réalisé par
Ancien collège de la Madeleine puis Hôtel de Ville, puis caserne des Fossés, actuellement Lycée Montaigne
Copyright
  • (c) Lycée Montaigne

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Nouvelle-Aquitaine
  • Commune Bordeaux
  • Adresse 226 rue Sainte-Catherine
  • Cadastre 2016 DS 54;95;177

1/ Le collège jésuite

Le collège de la Madeleine fondé par les Jésuites en 1572 s'implante dans le prieuré Saint James, à l'angle de l'actuelle rue du Mirail et de l'actuel cours Victor Hugo. Il s'agit alors d'un emplacement de choix, sur les anciens fossés comblés, au centre urbain, en face de l'Hôtel de ville d'alors et à proximité du Collège de Guyenne, son rival. Les Jésuites adaptent peu à peu les lieux en créant des salles de classes et des chambres pour le logements des Pères. Selon un plan dressé entre 1628 et 1633, le collège est organisé autour de deux grandes cours, l'une réservée aux locaux d'habitation avec réfectoire et l'autre aux classes et à la grande salle pour recevoir les étrangers.

Un nouveau plan, dressé en 1695 par le Père Desforges, et décrit en détail par l'historienne Michèle Peyrissac, indique que le collège forme un grand quadrilatère dont les côté font de 85 à 90 m, fermé de toutes parts et doté de cinq cours. A l'ouest, la cour principale s'ouvre sur la rue des Fossés (actuel cours Victor Hugo) et est entourée de corps de logis abritant les classes. A l'est, une autre cour, ne s'ouvrant que sur la rue du Mirail, par "la porte des pèlerins", est réservé à la vie domestique. On trouve au sud la chapelle de la Grande Congrégation et au dessus, une bibliothèque signalée dès 1641. Un jardin vient compléter l'ensemble au sud, à l'extérieur du quadrilatère.

Toujours selon Peyrissac, le nom de la Madeleine attribué au collège vient d''une chapelle du même nom présente à proximité et détruite en 1548 lors de la révolte de la Gabelle. L'église du collège est celle du prieuré, fondée au XIIe siècle, située de l'autre côté de la rue du Mirail. Les Jésuites lui adjoignent au XVIIe siècle deux galeries, rehaussent les murs et y apportent un décor soigné.

Un millier d'élèves fréquentent l'établissement au cours du XVIIe siècle, provenant des classes dirigeantes de Bordeaux et des régions voisines. Ils sont externes et l'enseignement est gratuit.

En 1698, les Jésuites font édifier une façade monumentale sur la rue des Fossés par les architectes de la ville : Jean Paul, Etienne Martin et Louis Lecoq. Le projet, conservé aux archives départementales, consiste en un pavillon d'angle et deux maisons séparées par une entrée pour le collège permettant un accès direct à l'ancienne cour domestique. Les maisons, louées, permettront des rentrées d'argent. Puis, en 1726, les Jésuites élaborent un projet d'agrandissement qui ne verra pas le jour. Il permet cependant d'apprendre que, dans le premier quart du XVIIIe siècle, deux autres maisons et un pavillon d'angle sont également construits à l'ouest, entre la rue des Fossés et la cour des classes. L'ensemble, forme ainsi une façade homogène sur la rue des Fossés que vient interrompre en son centre deux petites maisons décrites dans un rapport en 1790, là où les Jésuites espéraient édifier en 1726 une autre église.

Après l'expulsion des Jésuites, le collège de la Madeleine ferme définitivement en 1772. Le nouveau Collège Royal, né de l'union du collège jésuite avec celui de Guyenne, prend place dans l'ancienne Maison professe des Jésuites, rue des Ayres.

2/ Nouvelles affectations entre 1791 et 1876

Les bâtiments de l'ancien Collège de la Madeleine abritent alors l'Hôtel de ville de 1791 à 1835 puis une caserne. Selon l'historien Philippe Maffre, cette caserne est alors la plus grande de Bordeaux et a pour particularité d'abriter à la fois des quartiers de cavalerie et d'infanterie.

3/ L'installation du lycée

Dès 1868, la municipalité souhaite transférer dans cette caserne le lycée de Bordeaux installé depuis le début du XIXe siècle dans les couvents des Feuillants et de la Visitation.

Grâce aux travaux de l'historienne Hélène Guenet, l'histoire de ce transfert est bien connu. Le projet d'installation du lycée dans la caserne est dû à l'architecte municipal, Charles Burguet. Lorsque ce dernier commence à travailler, rien ne subsiste du Collège jésuite excepté la façade sur le cours des Fossés (rebaptisé cours Napoléon). Cependant, depuis le XVIIIe, cette façade est restée inachevée et est occupée en son centre par des bâtiments successifs, les derniers étant ceux du Conseil de Guerre de la caserne. Burguet propose ainsi à la place la construction d'un grand pavillon central dans un style fidèle au XVIIe siècle, permettant d'unifier la façade. Ses plans et devis du 4 avril 1876 sont approuvés par le Conseil municipal mais révisés suite aux remarques de Charles Le Coeur, membre de la Commission des bâtiments des lycées et collèges au Ministère de l'Instruction publique, puis aux demandes du ministre Waddington. Ils sont finalement adoptés par la municipalité le 8 octobre 1878. Les plans sont prévus pour accueillir 1200 élèves et une école primaire de 200 enfants. L'ensemble se divise en trois grandes cours successives, du nord au sud : celle des Grands, puis des Moyens et des Petits. La chapelle est placée au sud-est de la cour des Grands. De la caserne, l'architecte ne garde finalement que le corps de logis séparant les Grands des Moyens.

Les travaux commencent dès octobre 1877 et sont poursuivis sous la direction de Marius Faget, architecte des bâtiments communaux de la voirie, lorsque Burguet décède en mars 1879. Faget semble ainsi notamment l'auteur de la chapelle construite en avril 1979 (détruite dans les années 1970). Le 5 août 1880, le nouveau lycée de Bordeaux est inauguré. L'exécution de la façade du cours Napoléon est due au sculpteur Coëffard de Mazerolles et l'ornementation des portes d'entrées à Rispal et Martin (qui se chargent aussi des sculptures intérieures de la chapelle). Dans le vestibule, les travaux de sculpture ont été confiés à Bedat et Maugey. La façade intérieure, sur la cour des Grands, est réalisée par Courbatère. La chapelle est décorée par Lucien Tapieau.

L'établissement prend le nom de Michel Montaigne en 1933. En 1952, l'hôtel Martin dit "de Razac" situé au Sud-est de l'ilôt, sur la rue du Mirail, est inclus dans le périmètre du lycée.

4/ Les restructurations des années 1970

Suite à une visite effectuée en avril 1970 par l'architecte en chef des monuments civils et des palais nationaux, Jacques Barge, également conseiller technique pour le Ministère de l’Éducation nationale, le rapport de Barge conclut à la nécessité de démolir l'ensemble des bâtiments existants à l'exception de la façade cours Victor Hugo (ancien cours Napoléon) et des deux ailes en retour encadrant la cour des Grands. A la place, il propose de construire, comme il l'a fait au Collège Stanislas à Paris, "un ensemble cruciforme montant à 7 niveaux sur rez-de-chaussée et sous-sol, et composé de 2 ailes inégales avec noyau central". Finalement, les architectes Bargé, Benerech et Sire, choisis pour la restructuration, mènent à bien la démolition prévue, mettant fin aux trois cours successives existantes depuis 1880. Mais ils reconstruisent à la place un ensemble de barres parallèles et orthogonales.

5/ Les transformations à partir de la décentralisation (1986)

Entre 1994 et 1997, les architectes Michel Pétuaud-Letang et Hubert Saladin restructurent l'ensemble des années 1970. Une barre d'internat est détruite laissant place à une cour ; l'ancien cinéma Le Gallia, sur la rue Sainte-Catherine, est annexé, détruit, et on reconstruit à la place un bâtiment semi-elliptique abritant notamment le CDI ; enfin, les façades des barres reçoivent un bardage métallique et des panneaux solaires.

En 2007, l'agence des architectes Ferron et Monnereau livre une rénovation du bâti existant, notamment des blocs scientifiques.

Enfin, en 2011-2012 a lieu la rénovation de l'hôtel Martin par les architectes Geneviève Robert et Stéphane Robert.

Le lycée Montaigne est implanté en centre-ville.

1/ Les bâtiments du XIXe siècle :

La façade sur le cours Victor-Hugo est composé de la restauration par Burguet, des pavillons est et ouest hérités des Jésuites et d'une partie centrale, entièrement refaite à neuf par ses soins. L'ensemble forme une élévation à travées en pierre de taille, de plan rectangulaire, à deux étages carrés (trois en partie centrale) et un étage de comble, couverte d'un toit en ardoises à plusieurs pans. Les deux bâtiments en retour d'équerre ont, eux, à deux étages carrés et un toit à longs pans en tuiles. Ces bâtiments offrent de nobles matériaux : pierre de taille de Bourg pour les façades, pierre de Barsac ou de Verdelais pour les socles et appuis de fenêtres, marbre des Pyrénées pour les cheminées.

L'ornementation de la façade sur le cours est particulièrement soignée. Coëffard de Mazerolles sculpte dans les médaillons du second étage, à l'est, les portraits de Montaigne, Descartes, Molière et Montesquieu et à l'ouest, ceux de Pascal, Cuvier, Lavoisier et Ampère. Le pavillon central est le plus décoré, comptant cinq travées séparées par des pilastres adossés aux bossages et offrant la superposition des ordres toscan, dorique, ionique et corinthien. Les deux travées latérales à la travée centrale sont occupées par des baies rectangulaires avec des mascarons à tête d'anges en guise d'agrafe rappelant ceux qui ornaient la façade du collège jésuite. La travée centrale est plus large. Au rez-de-chaussée, la porte forme un arc en anse de panier, elle est cantonnée de deux colonnes corinthiennes sur piédestaux. Le niveau dorique comprend une grande baie rectangulaire flanquée d'ailerons à volutes et rinceaux, couverte d'un fronton plein cintre brisé par un écusson. Le troisième étage, corinthien, affiche une horloge circulaire surmontée du visage d'Athénien.

La façade intérieure, réalisée par Courbatere, est plus sobre. Les fenêtres de l'étage de comble offrent une alternance de frontons triangulaires et courbes. Les travées du pavillon central sont séparées par des bossages. Les ailes en retour d'équerre sont encore plus sobres, avec des fenêtres à chambranle mouluré en arc segmentaire au rez-de-chaussé et rectangulaire au-dessus.

Pour une description plus complète, nous renvoyons à l'article d'Hélène Guenet (1995).

2/ Les bâtiments des années 1970-1990 :

Les bâtiments érigés dans les années 1970 sont des élévations à travées en béton, de plan rectangulaire, à trois ou quatre étages carré, couvertes d'un toit terrasse auquel on a ajouté au centre des longs pans en tuiles. Le gymnase semble, lui, couvert, d'un toit à longs pans en bitume. Au niveau de l'entrée rue Sainte-Catherine, la façade est constitué de larges poteaux en pierres de taille placés devant des baies vitrées et supportant un toit débordant. Ce bâtiment, abritant le CDI se poursuit selon des lignes courbes vers l'intérieur du lycée. Son toit est à plusieurs pans en tuiles et se prolonge en terrasse.

Pour l'Hôtel Martin, nous renvoyons à l'étude de Laurent Chavier (2001).

  • Murs
    • pierre pierre de taille
    • béton béton armé enduit
  • Toits
    tuile, ciment en couverture, bitume
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    4 étages carrés, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation à travées

Documents d'archives

  • Plans et coupes du lycée impérial de Bordeaux, 1861.

    Archives nationales, Paris : AN. CP/F/17/*/2533
  • État des bâtiments et du mobilier usuel et scientifique, 1858.

    Archives nationales, Paris : AN. F/17/7572
  • État des bâtiments et du mobilier, 1861.

    Archives nationales, Paris : AN. F/17/7573
  • Aménagements divers, 1955-1958.

    Archives nationales, Paris : AN. 19771495/11
  • BARGE, Jacques. Restructuration du Lycée "Michel Montaigne" à Bordeaux, Rapport pour Ministère de l’Éducation nationale, 1970.

    Archives du lycée

Bibliographie

  • ASSOCIATION DES ANCIENS ELEVES DU LYCEE DE BORDEAUX. Le centenaire du lycée de Bordeaux (1802-1902). Bordeaux : Féret et fils, 1905.

  • CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux 3, 2009.

  • CHAVIER Laurent. Etude historique et architecturale de l'hôtel Martin, 2001.

  • DUSSOL Dominique, LAROCHE Claude. "Les facultés de Bordeaux". La Sorbonne et sa reconstruction. La Manufacture, 1987

  • GUENET Hélène. L'aménagement du lycée Michel Montaigne par Charles Burguet. Mémoire de l'Université Bordeaux III, département histoire de l'art, s. d.

  • LAVAUD Sandrine (coord.). Atlas historique des Villes de France : Bordeaux, III-sites et monuments. Pessac : Ausonius, 2009.

  • PETUAUD-LETANG Michel et RODEL Patrick. Lycée Montaigne. Bordeaux : Confluences, 1997.

Périodiques

  • GUENET Hélène. "Le lycée Michel Montaigne de Bordeaux". Revue archéologique de Bordeaux, tome LXXXVI, 1995.

    p. 87-98
  • MAFFRE Philippe. "Atlas des Bâtiments militaires des places de France. Bordeaux 1849". Revue archéologique de Bordeaux, tome XCIV, 2003.

  • PEYRISSAC Michèle. "Le collège de la Madeleine au XVIIe siècle". Revue archéologique de Bordeaux, tome LXXXVI, 1995.

    p. 53-86

Documents figurés

  • Atlas des Bâtiments Militaires. Place de Bordeaux. Génie, Direction de La Rochelle, 1849.

Annexes

  • Complément d'information : Les implantations successives à l'origine du Lycée Montaigne
Date d'enquête 2016 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Articulation des dossiers