Logo ={0} - Retour à l'accueil

Abbaye Saint-Pierre d'Airvault

Dossier IA79004168 réalisé en 2012

Fiche

Vocablessaint Pierre
Destinationsposte, musée, église paroissiale
Parties constituantes non étudiéeséglise, prison, chapelle, logis
Dénominationsabbaye
Aire d'étude et cantonPays de Gâtine - Airvault
AdresseCommune : Airvault
Adresse : place
Saint-Pierre
Cadastre : 1829 F 492 (église), 1023 (fontaine), 489-511 ; 2012 AE 368 (église), 352, 353, 365-367, 621, 626, 627, 687, 703

Située sur les bords du Thouet, la ville d'Airvault est au carrefour des anciennes routes reliant Parthenay à Loudun et Poitiers à Bressuire. L'abbaye Saint-Pierre d'Airvault a récemment fait l'objet d'une étude approfondie par Laurent Prysmicki et Bénédicte Fillion lors de la réunion du congrès archéologique de France en 2001 dans les Deux-Sèvres. La synthèse présentée ci-dessous se réfère en premier lieu aux résultats de cet article (mentionné sous la référence CAF, 2001).

L'abbaye aurait été fondée à la fin du 10e siècle par la vicomtesse de Thouars Aldéarde d'Aulnay, femme d'Herbert 1er, entre 965 (date de son mariage) et 1010 (année de son décès à Thouars). Cette information est fournie par l'ordinaire du monastère daté du 14e-16e siècle (G. Martin, 1911, p. 48). La même source textuelle évoque également une double translation du corps de la fondatrice, sans toutefois en préciser la date exacte, de l'église Saint-Jean-Baptiste et Saint-André de Thouars à l'église d'Airvault et ensuite du transept d'Airvault vers le chœur. De cette première installation, peu d'éléments nous sont actuellement connus. Seule, la chapelle des Gallénies, accolée au sud de la façade de l'église actuelle, identifiée par Laurent Prysmicki comme étant l'élément le plus ancien du site, pourrait relever de cette période (CAF, 2001, p. 30-31).

En 1064, la chronique de Saint-Maixent indique que l'autel de la Croix est béni alors que " pour la première fois " les chanoines s'installent dans le vaisseau central (J. Verdon, 1975, p. 457). Cette précision invite à penser que la nef est déjà construite à ce moment là. Cependant, on ignore s'il s'agit de la nef actuelle de 7 travées ou de celle de l'édifice antérieur. Vers 1096, l'évêque de Poitiers, Pierre II, désigne Pierre de Saine-Fontaine (1096-1110), ancien chanoine de l'abbaye de Lesterps en Charente, abbé de la communauté d'Airvault pour y instaurer la règle de saint Augustin. L'église est reconstruite à partir des dernières années du 11e siècle sous son abbatiat avec une nef fermée par une première façade écran et un porche simple d'une travée avec collatéraux (pour désigner le porche, le lecteur pourra également trouver les termes de massif occidental ou de narthex dans les légendes des photographies). Quatre années après son arrivée, le 31 octobre 1100, la chronique de Saint-Maixent indique que l'autel majeur est consacré.

Pendant la première moitié du 12e siècle, le massif occidental est agrandi d'une nouvelle travée avec collatéraux à l'ouest du premier porche (ce qui donne deux travées de trois vaisseaux au total) et une nouvelle façade occidentale (celle que nous voyons aujourd'hui) est édifiée vers 1150 en même temps que la tribune au-dessus du porche. Au début de la seconde moitié du 12e siècle, la salle capitulaire est reconstruite.

Puis dans le premier tiers du 13e siècle, l'église subit d'importantes transformations en terme de voûtement, comme à Saint-Jouin-de-Marnes, modifiant aussi bien l'élévation intérieure qu'extérieure. La nef principale, le vaisseau central de la tribune, la croisée du transept et le chevet sont dotés d'un voûtement à nervures multiples de type angevin avec des fenêtres hautes aménagées entre les retombées des voûtes. Une nouvelle fenêtre gothique avec un remplage rayonnant est construite dans la partie centrale du second niveau de la façade.

Au 15e siècle, l'aumonier Racaux fait reconstruire l'aile sud du cloître (dont on ne conserve rien en élévation aujourd'hui) et ajoute la chapelle du Saint-Sépulcre au nord, à l'emplacement de l'ancien cimetière des moines. En octobre 1569, une partie des bâtiments et le cloître sont incendiés par les Protestants. À la fin du 18e siècle et au 19e siècle, des travaux de restaurations sont effectués à l'intérieur de l'église. Puis, elle est classée Monument historique sur la liste de 1840. À partir de cette date de nombreuses restaurations suivent (pour plus de détail, voir CAF, 2001, p. 33-34). De 1840 à 1844, l'architecte Théophile Segrétain restaure toutes les couvertures de l'abside et des absidioles, fait reconstruire les parties hautes des murs gouttereaux ainsi que les contreforts, fait dégager les parties basses du chevet à l'extérieur. En 1868, son successeur Loué dégage les bases des supports de la nef et du transept et propose un projet de restauration, prévoyant notamment la suppression des voûtes du 13e siècle, qui ne fut heureusement jamais réalisé. Entre 1891 et 1914, Joseph-Henri Déverin fait entièrement reconstruire le mur gouttereau nord de la nef et supprime de ce fait les peintures murales encore en place sur l'élévation (connues grâce à un relevé conservé à la Médiathèque du patrimoine). Il remonte totalement les contreforts du gouttereau sud, élimine le remplage rayonnant de la baie centrale de la façade occidentale en le remplaçant par une voussure sculptée de palmettes et refait à l'identique deux vieillards de l'Apocalypse du portail d'entrée. En 1934, Gabriel Brun intervient sur la façade occidentale et remplace le Christ en gloire au-dessus de la porte d'entrée par une voussure simple à claveaux. En 1989, Pierre Bonnard reprend les parties hautes des angles de la façade (colonnes et clochetons). Enfin, de 1999 à 2003, François Jeanneau, architecte en chef des Monuments historiques, restaure l'extérieur de l'église avec notamment la restitution des vingt-quatre vieillards de l'Apocalypse, de la mandorle placée au-dessus liée à l'archivolte du portail central et fait abaissé le parvis pour dégager la façade occidentale.

De l'ancienne abbaye d'Airvault sont conservés l'église, quasiment entièrement romane (hormis le voûtement de la nef et du chevet daté du 13e siècle ainsi que la chapelle du Saint-Sépulcre, placée au nord et construite au 15e siècle), une fontaine romane, l'aire du cloître au sud construite dans la seconde moitié du 12e siècle avec de nombreux arrachements des galeries septentrionale et orientale et, dans le prolongement du bras sud du transept, la salle capitulaire et le dortoir. Du 13e siècle, il reste également plusieurs bâtiments non étudiés situés au sud-est de l'église : le logis abbatial, la chapelle de l'abbé, une galerie voûtée et la prison.

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Précision au lecteur : L'orientation de l'église est décalée vers le sud-ouest mais par convention le chevet sera noté à l'est, la façade à l'ouest et le cloître au sud.

Le plan de l'église d'Airvault comprend un porche de deux travées, une nef à trois vaisseaux de sept travées, un large transept à chapelles orientées, un vaste chevet à déambulatoire et trois chapelles rayonnantes.

La façade apparaît dans toute sa hauteur depuis l'abaissement du niveau de la place en 2002 d'environ 1,50 m. Ces travaux ont engendré plusieurs opérations archéologiques de 1998 à 2002 permettant la découverte de quelques sépultures creusées au pied de la façade. La façade-écran de l'église présente une élévation à deux niveaux coiffée d'un pignon surmonté d'un petit clocher-mur. Deux colonnes doubles, faisant office de contreforts, surmontées d'un petit clocheton aveugle encadrent la façade et deux colonnes simples la divisent en trois parties. Au rez-de-chaussée, le portail central en arc brisé, encadré de deux arcades ouvertes, permet d'accéder au porche d'entrée. Une corniche à modillons couronne le premier niveau. Au second niveau, se trouve au centre une grande baie avec de part et d'autre deux arcades aveugles surmontées au sud d'une baie en plein cintre tandis qu'au nord se trouve un oculus ajouré. La façade apparaît dissymétrique. En effet, la travée sud est moins large que les deux autres. Cette division verticale ne correspond pas tout à fait à celle que l'on retrouve à l'intérieur du porche d'entrée et de la nef. On comprend ce choix en étudiant l'ensemble du massif occidental, sur lequel nous reviendrons plus tard, avec le porche d'entrée et la chapelle des Gallénies, placée au sud.

Avant de parler de la décoration sculptée, il faut repréciser que la façade a fait l'objet de nombreux remaniements, comme déjà indiqué dans l'historique, d'abord à l'époque gothique, puis au 19e siècle, au 20e siècle, enfin, la dernière en date, en 2001-2003. Le portail d'entrée présente une voussure avec les vingt-quatre Vieillards de l'Apocalypse et le peut-être le Christ (aujourd'hui disparu) dans une mandorle coiffant l'arc à sa clef. Les claveaux, réalisés en tuffeau blanc des bords de la Loire, étaient en effet très abîmés tandis que la mandorle avait été en partie détériorée en 1828 par l'intégration, à son emplacement, d'une pendule qui avait été par la suite supprimée en 1930. Sous l'arcade aveugle nord, sont également conservés les vestiges d'une statue équestre monumentale, dont on voit encore la partie inférieure du cheval, le bas de la robe du personnage et son pied gauche éperonné. Le thème du cavalier est très récurrent dans la région, on le rencontre par exemple à Parthenay-le-Vieux, Notre-Dame-de-la Couldre à Parthenay, Benet, Saint-Hilaire de Melle, Civray, Châteauneuf-sur-Charente, Aubeterre, Surgères. La bibliographie sur le sujet est abondante et les interprétations proposées variées. Celle la plus souvent retenue invite à voir dans la présence du cavalier celle de l'empereur Constantin. Cette image est véhiculée, à l'époque médiévale, par la statue équestre de Marc-Aurèle écrasant un barbare placée devant l'église Saint-Jean-de-Latran et qu'on assimilait à Constantin foulant le paganisme. Le reste de la façade est décoré de nombreux motifs végétaux et les modillons de la corniche sont ornés de têtes humaines et animales.

La chapelle des Gallénies, placée directement au sud de la façade occidentale, est un des vestiges les plus anciens de l'abbaye daté du 10e siècle (CAF, 2001, p. 30-31). Elle a fait l'objet d'une étude archéologique en 2000-2001 par Laurent Prysmicki qui a permis de constater que sa construction est antérieure à la façade du 12e siècle et à la nef du 11e siècle, ce qui explique la dissymétrie notée dans la façade et que l'on retrouve également dans le porche et dans la tribune.

L'élévation sud de l'église a été largement reprise dans ses parements au début du 20e siècle ; les contreforts ont notamment été remontés. La paroi est scandée de sept travées, chacune éclairée d'une grande baie romane, sauf la sixième travée placée à l'est percée d'une baie gothique. Les décrochages des toits visibles vers l'ouest correspondent à la jonction entre le porche d'entrée et la première façade de l'église. On perçoit également au-dessus du collatéral sud un second niveau d'éclairage, celui de la nef principale, percée de hautes baies au 13e siècle lors de la construction du voûtement gothique. Dans la partie inférieure de la paroi se voient encore les arrachements des formerets des voûtes de la galerie nord du cloître. Les baies sont richement décorées de nombreux motifs sculptés tels que des acanthes, palmettes, rinceaux, billettes, pointes de diamants, oiseaux etc.

Le bras sud du transept est scandé de deux contreforts, côté ouest, et d'une tourelle d'escalier, dans l'angle nord-est de l'ancien cloître, permettant d'accéder au clocher. Les combles au-dessus du voûtement en berceau du bras du transept sont éclairés de deux étroites baies et la partie sommitale de l'élévation est décorée de deux rangées de modillons composés de têtes humaines et animales. Dans le prolongement du bras du transept sont encore visibles les vestiges de la salle capitulaire au premier niveau et du dortoir au second intégrés dans une construction moderne, sur lesquels nous reviendrons plus loin. Le clocher, de plan carré, s'élève au-dessus de la croisée du transept. Il présente quatre arcades sur chaque face, les deux centrales percées de baies, les deux latérales aveugles. Il est surmonté d'une flèche octogonale en maçonnerie et de quatre pinacles aux angles. Le clocher a été entièrement reconstruit au 13e siècle.

La lecture du chevet n'est pas aisée dès le premier regard, elle a été modifiée par l'établissement du voûtement gothique du chœur au 13e siècle. Il faut restituer au 12e siècle un chevet à deux niveaux de toitures avec celles des trois chapelles rayonnantes puis plus haut celle du déambulatoire. Les parements des bras du transept et du chevet sont assisés en pierre de taille sur environ 2 à 3 m de hauteur puis en moellons grossiers non assisés sur le reste de la hauteur. L'élévation est scandée de colonnes-contreforts et de corniches à modillons. La chapelle du bras nord et du bras sud transept est reliée au déambulatoire par des arcs en tiers-point et des colonnes jumelées. La même mise en œuvre architecturale est employée entre les trois chapelles orientées. Le décor sculpté est réservé aux modillons, aux chapiteaux des colonnes-contreforts et aux baies de la chapelle d'axe. Notons que les élévations est des bras sud et nord du transept sont également décorées de modillons. Au 13e siècle, on a surhaussé le rond-point et percé des baies pour avoir un éclairage direct dans le chœur.

L'élévation nord de l'église est bordée par une rue dont la création remonte au courant du 13e siècle, unique axe de communication est-ouest dans la ville. Les fouilles archéologiques de ce secteur ont montré que les fondations du bras nord du transept, datant de la fin du 11e siècle, reposent directement sur le rocher suivant le pendage est-ouest de la vallée (J. P. Nibodeau, 2000). On sait également qu'un cimetière se développa de ce côté, une porte ouverte dans la façade du bras du transept permettait d'y accéder de l'église. L'utilisation de cette zone comme espace d'inhumation ne semble pas perdurer au-delà du 14e siècle, sans doute à cause du développement de la voirie. À partir de 1889, Joseph-Henri Deverin, succédant à Loué, fait démolir les maisons placées entre la route et le mur gouttereau nord dans une volonté de mettre en valeur et d'isoler l'église. Entre 1891 et 1896 commence ensuite la réfection intégrale de l'élévation nord ainsi que la reprise de la voûte du collatéral, de la charpente et de la couverture (voir S. Guin-Gilbert, 2010, p. 251). Cette restauration entraîne à l'intérieur de l'église la disparition des peintures murales placées le long de l'élévation nord.

Intérieur

Le porche présente six travées voûtées d'arêtes portées au centre par deux piliers quadrangulaires, dont celui placé au sud conserve, à la base, un relief sculpté des quatre symboles des Évangélistes. Cet avant-corps occidental est un témoignage unique en Poitou avec un porche d'entrée au rez-de-chaussée et, à l'étage, une tribune de mêmes dimensions dédiée à Saint-Michel ouvrant sur la nef centrale. D'après les recherches récentes, le proche aurait été construit en deux étapes. À la fin du 11e siècle, la nef aurait été fermée par une première façade, correspondant aujourd'hui à la paroi orientale du porche dont subsiste la porte d'entrée décorée de plusieurs voussures sculptées essentiellement de motifs végétaux et animaux. En même temps que la construction de cette première façade, on décide d'édifier un premier porche de trois travées voûté d'arêtes avec des arcs en plein cintre. Dans un second temps, au cours du premier tiers du 12e siècle, on fait le choix de prolonger le porche vers l'ouest de trois nouvelles travées avec des arcs brisés (CAF, p. 27-30). Notons que la nef centrale apparaît un peu plus haute et large que les collatéraux. Une attention particulière a été portée à l'arc placé au revers de la façade sculpté de billettes et de rondins. L'axe du porche ne coïncide pas tout à fait avec celui de la nef et de la façade. Le décor des chapiteaux est essentiellement végétal avec des motifs de feuillages, d'entrelacs, de palmettes et animal avec des lions, des quadrupèdes (peut-être des chevaux dans l'ébrasement nord de la porte menant à l'église). Un centaure tirant sur un dragon est figuré dans l'angle sud-ouest du porche. On voit également de nombreux vestiges de peintures murales, non identifiés, sur les parois ainsi qu'une sculpture en relief encastrée dans la paroi orientale placée au nord de l'entrée menant à l'église.

La nef est composée de trois vaisseaux de sept travées dont la première et la dernière sont plus courtes que les autres. Les collatéraux sont recouverts de voûtes en berceau de l'époque romane tandis que la nef principale a été voûtée d'ogives au 13e siècle. Nous nous proposons d'étudier d'abord ce qui relève de l'époque romane pour revenir ensuite sur les reconstructions de l'époque gothique. À l'époque romane, la nef centrale devait être soit, comme les collatéraux, recouverte d'un berceau en plein cintre soit charpentée. Les murs nord et sud des collatéraux sont traités différemment. Au nord, l'élévation est scandée d'une série de grande arcades, avec des tailloirs sculptés, reposant sur les colonnes portant les doubleaux de la voûte. Dans la dernière travée du collatéral nord, sous l'arcade placée côté nord sont rassemblés plusieurs reliefs sculptés, placés à cet endroit lors de la reconstruction du mur en 1889-1896 par Joseph-Henri Déverin, architecte en chef des Monuments historiques. Parmi les motifs représentés se trouvent des palmettes, lions, griffons, cordages, etc. Alors qu'au sud, il n'y a pas d'arcade mais des colonnettes géminées, reposant sur une demi-colonne engagée, supportant les doubleaux. À cela s'ajoute une corniche ainsi qu'un cordon sculptés de motifs végétaux se développant sur presque toute la longueur du collatéral. Le mur sud apparaît, à l'intérieur de l'église comme à l'intérieur du cloître, avoir fait l'objet d'une décoration plus riche par rapport au nord.

L'ensemble des chapiteaux de la nef et des collatéraux, de l'époque romane, sont sculptés de motifs variés. Il a pu être mis en évidence deux groupes stylistiques : le premier concerne les chapiteaux des grandes arcades et du collatéral sud et le deuxième rassemble ceux des doubleaux de la nef centrale (pour plus de détail voir CAF, 2001, p. 24). Parmi les thèmes les plus représentatifs, on rencontre des lions dressés, des sirènes poissons, Saint-Georges et le dragon, des soldats avec des boucliers de part et d'autre d'un autel, trois cavaliers, des funérailles, les noces de Cana, Daniel dans la fosse aux lions, etc (voir dossier photographique pour le détail de chacun des chapiteaux du collatéral nord, de la nef principale et du collatéral sud, vues prises de l'ouest vers l'est). Une autre singularité liée à d'Airvault réside dans la présence, dans les écoinçons des grandes arcades de la nef principale, de grandes sculptures de personnages en pied, de l'époque romane, reposant sur des consoles sculptées de monstres grimaçants. Leurs vêtements et les objets qu'ils tiennent dans leurs mains laissent penser qu'il s'agit de religieux sans pouvoir aller plus loin dans l'identification. Ces statues, par leur emplacement dans la nef sont uniques dans la région à cette époque et participent au même titre que tous les chapiteaux à la décoration de la nef de l'église d'Airvault. Notons également, que dans le collatéral gauche (au nord) en entrant dans l'église, est exposé le devant d'autel découvert dans le chœur en 1888. Au centre, le Christ est représenté assis dans une mandorle en losange entouré des quatre Évangélistes, et de part et d'autre deux personnages saints debout figurent sous des arcades. Enfin, on sait qu'entre le 14e et le 16e siècle, d'après l'ordinaire, l'autel de la Croix (mentionné plus haut et détruit en 1727) était situé entre la sixième et la septième travée de la nef, appuyé contre le jubé séparant l'espace paroissial de celui réservé au chœur liturgique des chanoines. On conserve, dans l'épaisseur de la paroi de la sixième travée du collatéral sud, une piscine liturgique. Notons qu'une encoche visible sur le pilier placé entre la cinquième et la sixième travée de la nef, côté sud pourrait indiquer l'emplacement du jubé.

Au 13e siècle, la nef centrale ainsi que la tribune fait ensuite l'objet d'un voûtement généralisé. La dernière travée de la nef est surmontée d'une voûte octopartite se rejoignant autour d'une clef centrale tandis que dans le reste du vaisseau central se déploient des voûtes à nervures multiples avec de nombreuses clefs et médaillons sculptés suivant un programme iconographique lié à l'ancien et au nouveau testament. De l'ouest vers l'est, en partant au-dessus de la tribune, on trouve la création et la chute de l'Homme (création de la femme, tentation d'Adam et Ève, expulsion du paradis et offrandes d'Abel et Caïn), puis saint Michel et le dragon, des femmes en prière, le Christ entouré des Évangélistes, des prophètes, des apôtres, la Vierge à l'enfant et le Christ bénissant et tenant un globe.

La croisée du transept a également été entièrement reconstruite au 13e siècle, on ignore son apparence au 12e siècle. Elle est surmontée d'une voûte octopartite avec des nervures pénétrantes se terminant au centre par un oculus. Au nord et au sud, se trouvent les collatéraux de la croisée également voûtée d'ogives tandis que les bras du transept sont en berceau plein cintre. Dans chaque bras du transept, les chapelles sont prolongées par une travée droite. L'observation des toitures à l'extérieur montre un décrochement à cet endroit précisément laissant penser qu'on aurait voulu marquer extérieurement la séparation entre le transept et le vaste chevet. Pierre de Saine-Fontaine est enterré dans la chapelle de Sainte-Madeleine située dans le bras nord du transept où se trouve toujours aujourd'hui sa sépulture, placée le long de la paroi nord sous une arcade coiffée d'une corniche à modillons et métopes. Porté par quatre atlantes, la face principale du sarcophage est sculptée de neuf figures sous arcades (pour une description approfondie, voir A. Embs, 2011. p. 175-176). Dans l'élévation sud du bras sud du transept, une porte murée permettait d'accéder aux bâtiments monastiques, notamment le dortoir. Enfin, lors de sondages effectués en 1991, de nombreux fragments de peinture murale de l'époque romane ont été mis au jour sur les arcs du bras sud du transept avec des motifs végétaux (rinceaux, palmettes) et d'autres de la période gothique dans le bras nord du transept avec un ange et la présentation de la Cène eucharistique.

Le chevet est pourvu d'un déambulatoire à trois chapelles rayonnantes. Cinq travées sur sept conservent des voûtes d'arêtes romanes, tandis que les deux premières travées ainsi que les travées droites du chœur sont des voûtes quadripartites du début du 13e siècle. Les chapiteaux des six colonnes du rond-point diffèrent du style de ceux de la nef et des collatéraux. Deux d'entre eux ont fait l'objet de motifs iconographiques sculptés. De gauche à droite, on rencontre les thèmes de la Création avec Dieu qui endort Adam pour créer Ève, Dieu qui leur parle, Adam et Ève de chaque côté de l'arbre du Paradis, Dieu les habillant avant leur expulsion du Paradis puis le thème des travaux avec deux hommes travaillant la terre, un autre taillant un arbuste et un dernier en armure avec son cheval (pour l'analyse des sculptures, voir CAF, 2001, p. 26-27 et M.-T. Camus, 2009, p. 142-146). Ainsi, la partie orientale de l'église d'Airvault, réservée aux chanoines, est particulièrement mise en valeur par le développement du transept et du chevet.

Parmi les bâtiments conventuels conservés se trouve l'aile orientale, comprenant la salle capitulaire et le dortoir. La rue principale actuelle traversant la ville (route de Poitiers) a été percée en 1866 en traversant la partie sud du cloître et en démolissant une partie des bâtiments tels que la partie méridionale de la salle capitulaire et l'aile sud du cloître avec le réfectoire et la cuisine. Enfin, sur le parvis devant l'église se trouve une fontaine romane, aujourd'hui souterraine mais à demi-enterrée au 12e siècle. Elle se présente sous la forme d'un couloir voûté de 13 m de longueur implanté selon un axe nord-est/sud-ouest et voûté d'un berceau sur doubleaux en plein cintre puis, en allant vers le nord-est, en arc brisé reposant sur des consoles. Son accès médiéval a été modifié et n'est pas celui que nous voyons aujourd'hui.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire moellon
Toittuile creuse, ardoise
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'arêtes
voûte à nervures multiples
voûte en berceau
cul-de-four
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
appentis
pignon découvert
croupe polygonale
État de conservationrestauré
Techniquessculpture
Représentationssujet chrétien, Dieu le Père, Christ glorieux, Adam, Eve, Evangéliste, Prophète, scène chrétienne, saint scène de la vie rurale, scène de chasse ornement figuré, homme, soldat, humain fabuleux, sirène, centaure, atlante ornement animal, animal fantastique, dragon, animal, lion, oiseau, cheval ornement végétal, feuille, palme ornement géométrique, entrelacs, damier, billette, dent de scie, cercle
Précision représentations

Seule la représentation romane a été prise en compte. Les clefs de voûte gothiques ne sont pas dans les mots-clefs ci-dessus.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
propriété d'une société privée
propriété de la commune
Protectionsclassé MH partiellement, 1914/04/18
inscrit MH partiellement, 1934/01/12
classé MH partiellement, 1934/07/02
classé MH partiellement, 1934/08/10
classé MH partiellement, 1987/09/15
Précisions sur la protection

Eglise abbatiale : classement par journal officiel du 18 avril 1914 ; Propriété de M. Andréault aux abords de l'église : inscription par arrêté du 12 janvier 1934 ; Terrain bordant l'église et appartenant à la société immobilière du Poitou et à M. Emile Guérin : classement par arrêté du 2 juillet 1934 ; Terrains au sud de l'église et appartenant à la commune et à M. Bécavin. : classement par décret du 10 août 1934 ; Restes des bâtiments abbatiaux : prison, cuvier, chapelle et logis du prieur transformé en musée ; sol de la parcelle non bâtie (AE 352) ; façade sud du logis du prieur, devenu la poste actuelle, et portail et sol de la parcelle AE 621 (cad. AE 352, 353, 621) : classement par arrêté du 15 septembre 1987.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales. F 13 1810 (liasse 1). Commune possédant un dossier aux Archives nationales (bâtiments civils).

    Archives nationales, Paris : F 13 1810 (liasse 1)
  • Archives nationales. F 21 421. 1852, 30 juillet : arrêté ministériel : une copie du tableau d'Agnese Dolci, "Le Sauveur du monde", commandé à Mme de Montmirail par décision du 5 juin 1852, est accordée pour la décoration de l'église d'Airvault.

    Archives nationales, Paris : F 21 421
  • Archives départementales des Deux-Sèvres. 4 N. Travaux de Segrétain, architecte (44 plan d'églises).

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 4 N
  • 1878, 15 mai : consécration d'autel. La Semaine liturgique du diocèse de Poitiers, 1878, p. 284. 1894, 23 septembre : bénédiction de cinq cloches, nom des parrains et marraines. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1894, p. 640. 1909, 15 août : bénédiction de la statue de Jeanne d'Arc, "les yeux au ciel, écoutant ses voix, portant haut son étendard, pressant avec tendresse son épée sur son cœur". La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1909, p. 587.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : M 1/Archives épiscopales de Poitiers
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    6 p. : 125 fig., 2 plans, 2 élévations, 4 coupes Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Documents figurés
  • Médiathèque de Niort. Corpus des dessins d'Arthur Bouneault.

    Médiathèque centrale Pierre-Moinot, Niort : Collection Arthur Bouneault
  • " Airvault (Deux-Sèvres). Le narthex et Porte de l'église sous le narthex. Paysages et monuments du Poitou ". Sans date. Jules Robuchon. 121 x 170 mm, pour les deux photographies. Photographies (héliogravures). Bibliothèque nationale de France. Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I (A-M).

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I (A-M)
  • " Airvault (Deux-Sèvres). L'église, vue intérieure [vers l'est]. Paysages et monuments du Poitou ". Sans date. Jules Robuchon. 164 x 221 mm. Photographie (héliogravure). Bibliothèque nationale de France. Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I (A-M).

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I (A-M)
  • " Airvault (Deux-Sèvres). L'église. Façade principale, vue prise à l'ouest. Paysages et monuments du Poitou ". Sans date. Jules Robuchon. 168 x 229 mm. Photographie (héliogravure). Fenêtre axiale ouest avant restauration avec remplage. Bibliothèque nationale de France. Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I (A-M).

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I (A-M)
  • " Airvault : 1 à 8 : chapiteaux de la nef ; 9 : archivolte des fenêtres de la façade ; 10 : archivolte de la porte principale ; 11 : ruines du cloître ". 157 x 215 mm. Lithographie E. Conte. Arnauld, Charles. Monumens religieux, militaires et civils du Poitou, Deux-Sèvres. Niort : Robin, 1843, 6e livraison.

  • " Airvault. Arceau roman des travées de la nef centrale. G. Girault [vers 1890] ". Cliché Robuchon. Les Archives religieuses du Pays poitevin, tome 1, 1902-1903 : pl.

  • " Airvault. Autel de l'église abbatiale. G. Girault [vers 1890] ". Cliché Robuchon. Les Archives religieuses du Pays poitevin, tome 1, 1902-1903 : pl.

  • " Intérieur de Saint-Pierre d'Airvault ". 157 x 215 mm. Lithographie E. Conte. Arnauld, Charles. Monumens religieux, militaires et civils du Poitou, Deux-Sèvres. Niort : Robin, 1843, 6e livraison.

  • " Église d'Airvault (Deux-Sèvres). pl. 90 : élévation de façade ; pl. 91 : idem, autre projet de restauration ", par Deverin, fin XIXe siècle. La Construction moderne, 1893-1894, tome 9 : 2 planches.

  • " Vue de la fenêtre axiale ouest après restauration ". 80 x 139 mm. Photographie. Fenêtre avec triple rouleau sur colonnettes [Bibliothèque nationale de France. Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I].

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Département des Estampes. Topographie de la France, Va 79, tome I
  • " Saint-Pierre d'Airvault ". 157 x 215 mm. Lithographie E. Conte. Arnauld, Charles. Monumens religieux, militaires et civils du Poitou, Deux-Sèvres. Niort : Robin, 1843, 6e livraison.

  • " Croquis de l'intérieur de la flèche du clocher de l'église abbatiale Saint-Pierre d'Airvault. Brutails indique que c'est à «rapprocher de Torcello». Brutails signifie par Torcello, la cathédrale Santa Maria Assunta de Torcello, Venise (Vénétie, Italie). 1. Notes sur l'église abbatiale Saint-Pierre d'Airvault : «Airvault. Eglise. Chapelle nord du transept nord = toiture = procédé pour éviter une noue (rapprocher de Coutances [Cathédrale Notre-Dame de Coutances (Manche, France)] )». 2. Croquis de l'arc ouvrant sur l'absidiole orientée du bras nord du transept de l'église abbatiale Saint-Pierre d'Airvault. ". Jean-Auguste Brutails, juin 1903, notes et croquis (crayon à papier), 21 x 13,1 cm. Carnet, page paginées 7 et 8.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 90 J 48/8, 10
  • Église d'Airvault (Deux-Sèvres). L'Architecture, 1912, p. 367-370 : pl. 74-76 : 3 figures. Datation : début XIIe siècle. Relevé par Déverin au XXe siècle. p. 368-369 : 2 coupes ; p. 370 : plan ; planche 74 : 2 élévations ; planche 75 : élévation de la façade ancienne ; planche 76 : élévation de la façade restaurée.

Bibliographie
  • Andrault-Schmitt, Claude. Le cavalier Constantin, une image polysémique de Rome dans l'Aquitaine du XIIe siècle. Méditerranées, n° 28, 2001.

    p. 129-153
  • Arnauld, Charles. Monuments religieux, militaires et civils du Poitou, Deux-Sèvres. Niort : Robin, 1843.

    p. 122-129, 220 : 3 planches
  • Auber, abbé Charles-Auguste. Instructions de la commission archéologique diocésaine établie à Poitiers, sur la construction, les restaurations, l'entretien et la décoration des églises [...]. Poitiers : Oudin, 1851.

    1ère partie, p. 1-58
  • Auber, abbé. Des monuments antérieurs au XIe siècle dans l'Ouest de la France. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 7, 1884.

    p. 162 ; cf. p. 185
  • Aubert, Marcel. Les plus anciennes croisées d'ogives. Leur rôle dans la construction. Bulletin monumental, tome 93, 1934.

    p. 62 n. 2, 63, 67
  • Barbier de Montault, Xavier. L'architecture et la décoration à l'abbaye cistercienne des Châtelliers du XIIe au XVIIIe siècles. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 14, 1891.

    p. 354 n. 3, 355, 358, 378
  • Barbier de Montault, Xavier. Iconographie et symbolisme de l'église abbatiale de Fontgombaud. Bulletin monumental, tome 56, 1890.

    p. 467
  • Beauchet-Filleau, Henri. Recherches sur Airvau, son château et son abbaye. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1857.

    p. 276-283, 308-309, 311, 352-363 : ill., pl. I : p. 252
  • Bercé, Françoise. Les premiers travaux de la Commission des Monuments historiques, 1837-1848. Procès-verbaux et relevés. Paris : Picard, 1979.

    63, 86, 117-118, 205, 317, 326 : fig. 37 (travaux de Segrétain, p. 118, n. 1)
  • Berthelé, Joseph. Recherches critiques sur trois architectes poitevins de la fin du XIe siècle. Bulletin monumental, tome 52, 1886.

    p. 564
  • Berthelé, Joseph. Communication à la séance du 5 décembre 1888. Bulletin de la société de statistique du département des Deux-Sèvres, première série, tome 7, 1888-1890

    p. 183
  • Berthelé, Joseph. Communication à la séance du 6 mai 1885. Bulletin de la société de statistique du département des Deux-Sèvres, première série, tome 6, 1885-1887.

    p. 57
  • Berthelé, Joseph. Carnet de voyage d'un antiquaire poitevin. Paris : Lechevalier ; Montpellier : Calas, 1896.

    p. 101, 184-185
  • Berthelé, Joseph. Enquêtes campanaires. Notes, études et documents sur les cloches et les fondeurs de cloches du 8e au 20e siècle. Montpellier : imprimerie Delord-Boehm et Martial, 1903.

    p. 56, 104
  • Berthelé, Joseph. Note sur les divers textes fournissant la date de l'église d'Airvault. Bulletin de la société de statistique du département des Deux-Sèvres, tome 6, 1885-1887.

    p. 119-122
  • Blomme, Yves. L´image de l´apocalypse dans la sculpture gothique Plantagenêt (XIIe et XIIIe siècles). Dans Apocalypse, imaginaire et création artistique, sous la direction de Marie-Claude Rousseau, Cahiers du CIRHiLL, Hors série 2004, Angers, Édition de l´UCO.

    p. 19-45 et fig. 9 à 12
  • Boissavit-Camus, Brigitte, Saint-Jouin-de-Marnes, Le Château (79). Romains et Barbares entre Loire et Gironde, IVe-Xe siècles, Poitiers, 1989.

    p. 82, 259, 226-227, 263, 264, 274, ill.
  • Bouneault, Arthur. Communication à la séance du 2 juillet 1890. Bulletin de la société de statistique du département des Deux-Sèvres, première série, tome 7, 1888-1890.

    p. 555
  • Camus, Marie-Thérèse. La sculpture romane dans les anciens diocèses de Poitiers, Angoulême et Saintes. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 134-153, fig. 19
  • Camus, Marie-Thérèse. Tours-porches et fonction d'accueil dans les églises du Poitou au 11e siècle. Avant-nef et espace d'accueil dans l'église entre le IVe et le XIIe siècle, actes du colloque d'Auxerre 17-20 juin 1999, Paris, 2002.

    p. 260-280
  • Camus, Marie-Thérèse. Les oiseaux dans la sculpture du Poitou roman. Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, t. 11, 1967-1970.

    p. 10, 11, 17 (n. 9), 34, 45, 51 (n.61), 52, 52 et n.62, 71, 72
  • Camus, Marie-Thérèse, Carpentier, Elizabeth, Amelot, Jean-François. Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs d'oeuvre. Paris : Éditions A. et J. Picard, 2009.

  • Camus, Marie-Thérèse. Sculpture romane du Poitou. Les grands chantiers du XIe siècle, Paris, 1992. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 31, 160, 247-253, 690, ill.
  • Caumont, Arcisse de. Note sur l'église d'Airvault (Deux-Sèvres). Bulletin monumental, tome 6, 1840.

    p. 209-211
  • Chappuis, René. Utilisation du tracé ovale dans l'architecture des églises romanes. Bulletin monumental, tome 134, 1976.

    p. 34 n. 33
  • Charbonneau-Lassay, Louis. Saint Fort de Tourtenay et son culte dans le nord du Poitou. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 4, 1916-1918.

    p. 237-238
  • Colin, Jean-Claude, Blanchet, François, Guilbert, S., Prysmicki, Laurent. Études patrimoniales. Airvault, topographie et évaluation archéologique du bâti aux abords du parvis Saint-Pierre, rapport d'étude documentaire, Service régional de l'archéologie Poitou-Charentes, Poitiers, 2000.

  • Cornec, Thierry, Dalle, Serge, Ranché, Christophe. Airvault (Deux-Sèvres) : église abbatiale Saint-Pierre - opération de sondages sur le parvis et dans le narthex, rapport de fouille, Service régional de l'archéologie Poitou-Charentes, Poitiers, 1998.

  • Cornec, Thierry, Hemmert, Jean-Noël. Airvault, parvis Saint-Pierre, rapport de fouille, Service régional de l'archéologie Poitou-Charentes, Poitiers, 2002.

  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 3-5 : 4 ill., 1 plan
  • Crozet, René. Églises romanes à déambulatoire entre Loire et Gironde. Bulletin monumental, tome 95, 1936.

    p. 76
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    (voir fichier topobibliographique). Médiathèque, Thouars : 944.6
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 66, 155, 177
  • Crozet, René. Mélanges : chapiteaux berrichons en Touraine et en Poitou. Bulletin monumental, tome 94, 1935.

    p. 237-240 : ill
  • Crozet, René. Survivances antiques dans le décor roman du Poitou, de l'Angoumois et de la Saintonge. Bulletin monumental, t. 114, 1956.

    p. 16 n. 3, 29
  • Daoudal, Solène. Sirènes romanes en Poitou, XIe-XIIe siècles. Avatars sculptés d'une figure mythique. Presse universitaire de Rennes, collection Mnémosyne, 2007.

    p. 38-39, 45, 87, 120-122
  • Daras, Charles. Les représentations équestres de Constantin en Aquitaine. Archeologia, n° 32, janvier-février 1970.

    p. 21
  • Daras, Charles. Réflexions sur les statues équestres représentant Constantin en Aquitaine. Bulletins de la société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 10, 1969-1970.

    p. 155
  • Dervieu, lt col. La poterie au Moyen Âge. Bulletin monumental, tome 73, 1909.

    p. 49 (pot actuellement au musée Sainte-Croix de Poitiers)
  • Deschamps, Paul. Étude sur la renaissance de la sculpture en France à l'époque romane. Bulletin monumental, tome 84, 1925.

    p. 66, 90, 97
  • Deshoulières, François. Essai sur les bases romanes. Bulletin monumental, tome 75, 1911.

    p. 95, 100 : ill. p. 99
  • Deshoulières, François. La théorie d'Eugène Lefèvre-Pontalis sur les écoles romanes. Seconde partie. Bulletin monumental, tome 85, 1926.

    p. 16
  • Doray, Jean. Information à la séance du 15 janvier 1975. Bulletin de la société historique et scientifique des Deux-Sèvres, deuxième série, tome 8, 1975.

    p. 62-63
  • Doray, Jean. Le service des Monuments historiques en Deux-Sèvres : ses débuts et son premier architecte, Pierre Théophile Segrétain. Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, t. 16, 1983.

    p. 166, 168, 171-172, 174-175, 177, 180, 186, 187, 189-190
  • Doray, Jean. Les bâtiments de France (travaux de l´année 1973). Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, tome VI, n° 4 (1973).

    p. 94, 95
  • Embs, Anne. La mémoire dans la pierre : monuments funéraires en Poitou-Charentes à l'époque romane. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 175-176
  • Eygun, François. Communication à la séance du 26 janvier 1933. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 9, 1931-1933.

    p. 622-623 : découverte de sépultures dans le cloître
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 85, 90, 93, 103, 112, 114, 119-120, 122, 125, 136, 139, 149, 173 : 3 planches
  • Eygun, François. L'abbaye Notre-Dame de la Réau, O. S. A. Étude historique et archéologique. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3ème série, tome 15, 1938.

    p. 286-287
  • Fillion, Bénédicte, Prysmicki, Laurent. Airvault, ancienne abbatiale Saint-Pierre. Congrès archéologique de France, Deux-Sèvres, 2001, Paris, 2004.

    p. 19-37
  • Fourquet, Christiane. La sortie des amis civraisien du 15 mai 1994. Amis du Pays civraisien (Les), septembre 1994.

    p. 4-5
  • Gabriel Martin. « Ordinaire de l´abbaye d´Airvault ». Archives historiques du Poitou, 1911.

  • Garand, Raymond. Compte-rendu de l'année sociétaire 1976. Bulletin de la société des Amis du Vieux-Bressuire, n° 26, 1976.

    p. 9
  • Ginot, Émile. Note sur les cimetières antiques du Poitou et leurs sarcophages superposés. Bulletins de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 8, 1928-1930.

    p. 454-455
  • Grosset, Charles. Étude sur les sculptures romanes d'Airvault. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, quatrième série, tome 3, 1955-1956.

    p. 41-47
  • Héliot, Pierre. Les églises abbatiales de Saint-Maixent, de Celles-sur-Belle et l'architecture poitevine. Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e s., t. 2, 1955.

    p. 25 et n. 18, 27, 28, 37 n. 75, 55 n. 171
  • Héliot, Pierre. Statues sous les retombées de doubleaux et d'ogives. Bulletin monumental, tome 120, 1962.

    p. 124, 127
  • Imbert, Hugues. Notice sur les vicomtes de Thouars de la famille de ce nom. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, première série, tome 29, 1864.

    p. 331-332
  • La Bouralière, A. de. Airvault. Congrès archéologique, Poitiers, 70e session, 1903.

    p. 75-78 : 1 plan, 1 coupe, dépliant
  • La Fontenelle de Vaudoré, Armand de. Communication à la séance du 21 juin 1840. Bulletin monumental, tome 6, 1840.

    p. 336, 340
  • Labande-Mailfert, Yvonne. Poitou roman. 2e édition. La Pierre-qui-Vire : Zodiaque, 1962 (La nuit des temps, 5).

    p. 32
  • Landry-Delcroix Claudine, Amelot Jean-François (photographe). La peinture murale gothique en Poitou, XIIIe-XVe siècle. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

    p. 21, 28, 45, 227-228
  • Le Roux, Hubert. L'art roman tardif en Poitou. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, cinquième série, t. 1, 1987.

    p. 96
  • Le Roux, Hubert. Figures équestres et personnages du nom de Constantin aux XIème et XIIème siècles. Bulletin de la société des antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 12, 1973-1974.

    p. 380 bis (dépliant)
  • Ledain, Bélisaire. Communication à la séance du 3 avril 1889. Bulletin de la société de statistique du département des Deux-Sèvres, première série, tome 7, 1888-1890.

    p. 274
  • Ledain, Bélisaire. Communication à la séance du 20 décembre 1888. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 4, 1886-1888.

    p. 555
  • Ledain, Bélisaire. Notice historique et archéologique sur l'abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 2e série, t. 6, 1883.

    p. 59
  • Ledain, Bélisaire. Fouille du tombeau de Pierre, premier abbé d'Airvault. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 3, 1880.

    p. 365-372 : ill., pl. 1 bis ; cf. p. 18 et 61
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. L'école orthodoxe et l'archéologie moderniste. Bulletin monumental, tome 75, 1911.

    p. 41
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. Les nefs sans fenêtres dans les églises romanes et gothiques. Bulletin monumental, tome 81, 1922.

    p. 261, 262
  • Lesueur, dr. L'église abbatiale Saint-Lomer de Blois. Bulletin monumental, tome 82, 1923.

    p. 38
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Communication à la séance du 9 décembre 1880. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 2, 1880-1882.

    p. 158-159
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Une tombe de l'église Saint-Pierre d'Airvault. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 3, 1880.

    p. 355-364 : ill
  • Marsy, comte de. L'archéologie monumentale à l'exposition des Champs-Elysées en 1894. Bulletin monumental, 1894.

    p. 282
  • Martin, Gabriel. L'abbaye d'Airvault et la Commission des Réguliers. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 10, 1904-1906.

    p. 441-446
  • Martin, Gabriel. Les saints patrons des autels de l'église Saint-Pierre d'Airvault, au XVe siècle. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1904.

    p. 490-492
  • Mérimée, Prosper. Lettres aux Antiquaires de l'Ouest (1836-1869), recueillies et annotées par Jean Mallion. Mémoires de la société des antiquaires de l'Ouest, 3e s., t. 14, 1937.

    p. 21, 69-70, 85 n. 2, 86, 99, 110 n. 1, 113-114
  • Monnet, A. Notice biographique sur MM. Désiré Martin-Beaulieu et Pierre-Théophile Segrétain. Bulletin de la société des statistiques, sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres, 1864-1865.

    p. 98
  • Mussat, André. Le style gothique dans l'Ouest de la France. Paris : Picard, 1963.

    p. 49, 247, 357, 360-361, 362, 363, 365, 370, 404, 405 : 1 plan, 1 planche
  • Nibodeau, Jean-Paul, avec la collaboration de Pierre Baty et Annie Bolle. Airvault, église abbatiale Saint-Pierre - rapport de suivi de travaux, Service régional de l'archéologie Poitou-Charentes, Poitiers, 2000.

  • Nogues, abbé Jules. À propos des voûtes Plantagenêt de Vandré. Rec. commission des arts de la Charente-Inférieure, tome 9, 1888.

    p. 73
  • Pérouas, Louis. Tables des visites du diocèse de La Rochelle aux XVIIe et XVIIIe siècles, manuscrit.

    p. 1, 65, 76
  • Poignat, Maurice. Histoire des communes des Deux-Sèvres (vol. 2). Le pays Mellois. Niort : Éditions du Terroir, 1982.

    p. 184
  • POIGNAT, Maurice. Histoire des communes des Deux-Sèvres. Le pays thouarsais. [vol. 6], Thouars, Argenton-Château, Airvault, Saint-Varent. Niort : Editions du Terroir, 1985.

    p. 264-269, 318 Médiathèque, Thouars : 909.4 POI
  • Prysmicki, Laurent. Airvault (79), abbatiale Saint-Pierre : chapelle des Gallénies - suivi archéologique des travaux de restaurations, rapport de fouille, Service régional de l'archéologie Poitou-Charentes, Poitiers, 2000.

  • Prysmicki, Laurent. Airvault (79), abbatiale Saint-Pierre : chapelle des Gallénies - suivi archéologique des travaux de restaurations : deuxième opération (archéologie du bâti de la façade et des combles), rapport de fouille, Service régional de l'archéologie Poitou-Charentes, Poitiers, 2001.

  • Prysmicki, Laurent. Le massif occidental de l´église d´Airvault et le problème des façades-écrans dans le Centre-Ouest de la France, DEA de civilisation médiévale, Faculté Sciences Humaines et Art, Poitiers 1996.

  • Salet, Francis. L'art gothique. PUF, collection Les neuf muses, 1963.

    p. 57
  • Sauvaget, Jean. Églises et vieux cimetières en pays civraisien. Les Amis du Pays Civraisien, n° 55, décembre 1983.

    p. 7
  • Segrétain, Pierre Théophile. Communication à la séance du 21 juin 1841. Bulletin monumental, tome 7, 1841.

    p. 387 ; cf. p. 474
  • Serbat, Louis. Chronique : église d'Airvault. Bulletin monumental, tome 76, 1912.

    p. 585
  • Skubiszewski, Piotr. Le thème de la Parousie sur les voûtes de l'architecture Plantagenêt. De l'art comme mystagogie. Iconographie du Jugement dernier et des fins dernières à l'époque gothique. Actes du colloque de la Fondation Hardt à Genève du 13 au 16 février 1994, Poitiers, 1996.

    p. 105-153
  • Stoddard, Brooks W. A romanesque master carver at Airvault. Gesta, XX, 1, 1981.

    p. 67-72
  • Stoddard, Brooks W. The sculpture from the Abbey Saint-Pierre at Airvault (Deux-Sèvres). New York, 1970. Thèse.

    114 p. xérographiées : 67 planches.
  • Tcherikover, Anat. Some Observations on Sculpture at Airvault. Gesta. XXIV/2, 1985.

    p. 91-103
  • Thomas, Henri. L'architecture préromane dans les Deux-Sèvres. Bulletin de la société historique et archéologique des Amis des Antiquités de Parthenay, tome 12, 1963.

    p. 11
  • Tortouin, François. Les bâtiments de France. Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, t. 12, 1979.

    t. 10, 1977, p. 174 ; t. 11, 1978, p. 109 ; t. 12, 1979, p. 97 ; t. 13, 1980, p. 78
  • Treffort, Cécile. Le Poitou et les pays charentais à l'époque romane, portrait d'une terre heureuse. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 12-29, fig. 1
  • Trotet, Gérard ; Dupuy, Pierre ; Grossin, François. Renseignements statistiques et écologiques concernant l´extension des Cyanophycées calcicoles dans les monuments historiques de la Vienne et des Deux-Sèvres. Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, t. 13, 1975-1976.

    p. 384
  • Verdon, Jean. Intérêt archéologique du " Chronicon sancti Maxentii ". Cahiers de civilisation médiévale, tome 3, 1960.

    p. 357
  • Verdon, Jean. La chronique de Saint-Maixent et l'histoire du Poitou aux IXe-XIIe siècles. Bulletin de la société des antiquaires de l'Ouest, quatrième série, tome 13, 1975-1976.

    p. 457
  • Warmé-Janville, Jeanne. L'église Notre-Dame de Villesalem, l'harmonie de son décor et ses liens avec l'art roman de la région. Bulletin de la société des antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 15, 1979/1980.

    p. 293
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Brudy Pascale - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.