Logo ={0} - Retour à l'accueil

Abbaye Notre-Dame-et-Saint-Junien de Nouaillé-Maupertuis

Dossier IA86007735 réalisé en 2015

Fiche

Sur les bords du Miosson, s'élève l'ancienne abbaye fortifiée, dédiée à saint Junien dont elle conserve un intéressant tombeau reliquaire. Elle offre un remarquable panorama sur l'histoire de l'architecture religieuse du 11e au 18e siècle.

L'abbaye de Nouaillé est une des plus anciennes fondations monastiques du Poitou. Dès la fin du 7e siècle, une petite communauté religieuse s'installe sur les bords du Miosson, petite rivière se jetant dans le Clain au sud de Poitiers.

À la fin du 8e siècle, la communauté, qui relève du monastère de Saint-Hilaire de Poitiers, se sépare de ce dernier et adopte la règle de vie de saint Benoît.

Dotée de terres par les rois d'Aquitaine, l'abbaye reçoit les reliques de saint Junien de Mairié. Ces dernières sont déposées dans la nouvelle église dédicacée en 830, sous l'abbatiat de Godelin.

Ami de sainte Radegonde, fondatrice du monastère Sainte-Croix à Poitiers (vers 550/560), et du roi Clotaire, saint Junien avait fondé un monastère à Mairé (aujourd'hui Mairé-l'Évescault, en Deux-Sèvres) où il serait mort en 587. Le monastère étant ruiné, le roi d'Aquitaine Pépin Ier autorise la translation des reliques à Nouailé.

Une première église romane.

À la fin du 9e et au début du 10e siècle, peut-être à l'initiative de l'abbé Constantin qui dirige alors le monastère, une nouvelle église est édifiée à l'emplacement de bâtiments plus anciens construits en matériaux périssables (bois, terre...). Elle est érigée en moellons de calcaire. Elle est constituée d'une nef, d'un transept avec absidioles orientées, d'un chœur à abside et d'une crypte. Celle-ci reprend vraisemblablement les dispositions du chœur et comprend une abside et deux petites absidioles. Entre l'abside et les absidioles prennent place d'étroites petites chapelles rectangulaires.

La nef est charpentée et les parties orientales, où se tient l'autel, voûtées. La crypte abrite le sarcophage-reliquaire de saint Junien qui est orné de peintures murales représentant trois aigles dans des cercles perlés.

L'église n'est pas réservée à la seule communauté monastique. Elle sert de lieu de culte aux habitants du village qui se déploie au nord-est de l'abbaye. Une porte est aménagée à l'attention des paroissiens dans le mur nord de la nef. Ce mur présente un décor d'arcatures aveugles en plein cintre superposées absent au sud, côté cloître, où vivent les religieux.

Les aménagements romans du 12e siècle.

Au début du 12e siècle, en 1118, le pape Gélase II place l'abbaye de Nouaillé et ses biens sous la protection directe du Saint-Siège, confirmant ainsi l'autonomie du monastère vis-à-vis des chanoines de Saint-Hilaire de Poitiers.

Les bâtiments de monastère subissent de grandes transformations au cours du 12e siècle.

Vers 1130-1150, la couverture charpentée de la nef de l'église est remplacée par un couvrement en pierre. Ce matériau, considéré plus noble que le bois, embellit la "maison de Dieu", est plus résistant au feu et permet de magnifier les prières chantées des moines.

Du fait de son poids, le couvrement en pierre nécessite une modification de l'espace de la nef. De grandes arcades composées de piliers quadrilobés (à quatre demi-colonnes) reliés par des arcs légèrement brisés sont édifiées afin d'en réduire la largeur. La nef comprend désormais un vaisseau central et deux étroits collatéraux (ou couloirs de circulation) de quatre travées. La nef centrale est couverte d'une voûte en berceau brisé et les collatéraux d'une voûte en berceau. Le berceau central est porté par des arcs doubleaux qui retombent sur des deux colonnettes montant du pilier à la voûte. Comme il est fréquent dans les églises du Poitou, le contrebutement de la voûte centrale est en partie assuré par le couvrement des collatéraux, les voûtes étant construites à même hauteur. Le système est ici consolidé par les arcs en quart de cercle des collatéraux élevés au niveau des chapiteaux des piliers des grandes arcades.

Les murs latéraux de la nef sont confortés à l'intérieur par de petits contreforts et par des grandes arcades aveugles. À l'extérieur, ils sont consolidés par de hautes arcades aveugles et des contreforts. Au nord, ces éléments se superposent aux arcades aveugles du 11e siècle. Un porche vient abriter le portail nord, partiellement fermé par le premier contrefort. Les baies de la nef sont agrandies.

Les sculpteurs participent à cette campagne de travaux. À l'intérieur, ils interviennent principalement sur les chapiteaux des piliers et des colonnettes recevant les arcs doubleaux. Le travail est maîtrisé et adapté aux corbeilles. Le décor sculpté est composé majoritairement de larges feuilles d'angle qui sont parfois ornées de crossettes, de têtes humaines ou monstrueuses jaillissant aux angles. Il était peut-être complété par des peintures.

À l'extérieur, ce sont les modillons des corniches qui portent les sculptures représentant des animaux, des têtes diaboliques, grimaçantes, des têtes humaines...

À la même période sont reconstruits les bâtiments conventuels est et ouest. Ce dernier possède une des rares cheminées romanes de la région. Elle est signalée par la souche de cheminée circulaire située au-dessus de la porte. Au sud du bâtiment s'élève le couronnement de l'escalier desservant l'ancien bâtiment méridional. De petit contreforts épaulent les murs sur lesquels reposent les voûtes des salles intérieures. L'étage est éclairé de baies originellement géminées comme en témoignent les deux fenêtres situées au-dessus de la porte.

À l'est, le bâtiment abritant le dortoir et la salle capitulaire est érigé dans le prolongement du bras sud du transept et communique avec ce dernier par une porte en plein cintre toujours visible.

À la fin du siècle, un clocher-porche est érigé à l'emplacement de l'ancienne façade de l'église. Construit en pierre de taille, il est doté dans les angles occidentaux de massifs contreforts. La façade ouest comprend un portail à la sobre voussure et, au-dessus, une baie dotée trois siècles plus tard d'un remplage flamboyant. Ces deux ouvertures s'inscrivent à l'intérieur d'une haute arcade brisée composée de trois arcs en ressaut.

Le niveau supérieur est construit selon un plan carré. Un glacis permet de passer du plan rectangulaire du porche au plan carré du clocher. Quatre clochetons construits au 19e siècle amortissent les angles. Les murs du clocher sont ornés d'arcades aveugles en plein cintre et ajourés de quatre baies. Une toiture à quatre pans coiffe le clocher.

À l'intérieur, deux petits collatéraux voûtés délimitent une travée centrale de plan carré. Celle-ci est couverte d'une coupole octogonale sur trompes portée par quatre piliers composés. La coupole est ornée de huit nervures partant d'un oculus central et retombant sur des colonnettes.

La sculpture est très présente dans cet espace. Autour de l'oculus, des grotesques prennent place entre chaque départ de nervure. L'une de ces dernières, au nord, est ornée de choux frisés, motif très fréquent dans la sculpture gothique. Ce style, qui se développe après la période romane, est aussi perceptible sur les chapiteaux des piliers sud-ouest, sud-est, nord-ouest. Ceux-ci portent deux rangs de feuillages aux lobes très découpés se retournant sur eux qui annoncent le décor végétal gothique. L'ornementation figurée des chapiteaux du pilier nord-est - personnages luttant, des musiciens, un acrobate, des monstres (griffons, sagittaire) - s'inscrit quant à elle dans la continuité de la sculpture romane.

C'est vraisemblablement à cette période que le monastère se développe au sud avec la construction le long de la galerie sud du cloître d'un bâtiment prolongé d'une cuisine partiellement conservée.

Les derniers siècles du Moyen Âge.

Comme de nombreuses abbayes de la région, celle de Nouaillé semble connaître son apogée au début du 13e siècle. Elle possède des prieurés, des paroisses, des terres, principalement localisées dans le sud du Poitou. L'église Saint-Martial est édifiée dans le village, à proximité de l'enceinte orientale du monastère.

Les deux siècles suivants sont traversés par la guerre de Cent Ans qui oppose les rois de France et d'Angleterre pour le trône de France. En 1356, Nouaillé est particulièrement affecté par ce conflit car c'est à proximité de l'abbaye que se déroule une des premières batailles. Le roi de France Jean II le Bon est défait et capturé par le Prince Noir, fils aîné d'Edouard III d'Angleterre.

Les troubles qui s'ensuivent entraînent la fortification de nombreuses églises. À Nouaillé, l'enceinte de l'abbaye est dotée de tours munies d'archères (et plus tard de canonnières). Un chemin de ronde, attesté par une estampe de 1699 et un relevé du milieu du 19e siècle, surmonte les murs de l'église.

À la fin du 15e siècle, la paix retrouvée, l'abbaye, comme de nombreux monastères du royaume de France, passe sous le régime de la commende (l'abbé ne réside pas dans la communauté et a souvent d'autres charges ecclésiastiques). Ainsi, entre 1468 et 1511, Raoul du Fou, évêque d'Angoulême puis d'Évreux, est abbé de Nouaillé. Il fait restaurer l'abbaye. Le logis abbatial (à l'angle nord-est de l'enceinte fortifiée), la chapelle couverte de voûte d'ogives attenante à la chapelle du bras sud du transept, le remplage flamboyant de la baie occidentale du clocher-porche témoignent de ses interventions.

Les travaux de l'époque moderne.

Après les guerres de Religion, pendant lesquelles l'abbaye est pillée, plusieurs procès-verbaux de visite et plans font état des dommages subis par les bâtiments. Les moines ne respectent plus la clôture. François de La Béraudière, abbé de 1597 à 1645, entreprend la remise en ordre de l'abbaye. En 1612, celle-ci rejoint la congrégation de Saint-Maur. Des moines mauristes s'installent à Nouaillé, ce qui engendre un renouveau spirituel.

La restauration des bâtiments s'échelonne sur plus de cent ans. Les travaux marquent particulièrement l'église dont les parties orientales sont refaites par l'architecte poitevin Jacques Béziau entre 1683 et 1691. Le chœur, surélevé, est édifié selon un plan carré ainsi que les deux chapelles qui ouvrent sur les bras nord et sud du transept. Le chœur et les chapelles sont couvertes de voûtes d'ogives ainsi que le transept. Une large baie occupe la partie haute du chevet.

La crypte est comblée et le tombeau – reliquaire de saint Junien est déposé dans un enfeu aménagé dans le mur de chevet et orné de peintures représentant saint Junien et sainte Radegonde. L'enfeu est souligné par une nuée en stuc, petite touche d'inspiration baroque alors que le décor du chœur, composé de pilastres cannelés à chapiteau ionique portant un haut et sobre entablement, est de facture classique.

Le sculpteur poitevin Jean Girouard est sollicité dans les années 1690 pour achever les stalles et le jubé commencés vers 1660/1665 par le menuisier René Thourin. Il réalise également deux statues en pierre (Marie et saint Jean) qui s'ajoutent aux statues en terre cuite du frère Faron Crouillères (Ecce Homo, Crucifixion, Pietà).

Le monastère bénéficie également de travaux. Au début du 17e siècle, la principale entrée est déplacée du nord-est de l'enceinte au sud-ouest où est édifiée une porte avec pont-levis. Les dépendances de la basse cour sud sont réparées. Le cloître est restauré, les ailes est et sud reconstruites. Cette dernière est refaite dans le second quart du 18e siècle. Elle abrite les rares moines vivant dans l'abbaye. Au rez-de-chaussée, les cuisines, le réfectoire et autres salles se succèdent et, à l'étage, les cellules. Le bâtiment jouxte à l'ouest l'ancienne cuisine médiévale.

L'époque contemporaine

L'église Saint-Junien est classée au titre des monuments historiques en 1846. Trois principales campagnes de travaux s'ensuivent : 1849, avec l'architecte Joly-Leterme, 1876-1877, 1893-1894 avec l'architecte J. Formigé.

Les murs et les toitures sont repris, le chemin de ronde de l'église est supprimé. En 1872, les stalles et le jubé qui délimitaient le chœur liturgique sont séparés ; le jubé est avancé d'une travée afin de permettre aux paroissiens d'assister à la messe. En 1879,l'ancienne crypte est retrouvée et fouillée par le père de La Croix qui en dessine le plan. Le toit à l'impériale du clocher-porche édifié au 17e siècle est remplacé par un toit à deux versants pentus et croupes. Le porche nord et les appentis adossés au mur nord sont détruits.

Les bâtiments monastiques, privés, sont protégés au titre des monuments historiques en 1945 ainsi que les vestiges de l'enceinte.

Plusieurs campagnes de travaux sont engagées au cours de la seconde moitié du siècle. La crypte est dégagée, le clocher est doté d'un toit à quatre pans, le chœur et les vitraux restaurés. L'enceinte (pour les parties devenues publiques) et le logis abbatial, qui accueille à partir de 1990 la mairie, sont restaurés à

partir des années 1980.

Genrede bénédictins
VocablesNotre-Dame, saint Junien
Parties constituantes non étudiéeséglise
Dénominationsabbaye, église paroissiale
Aire d'étude et cantonPays des six Vallées - Villedieu-du-Clain (La)
HydrographiesMiosson
AdresseCommune : Nouaillé-Maupertuis
Cadastre : 1809 A 4, 4a, 6, 7, 9, 10, 11, 12, 13, 16, 17, 20, 21, 22, 23, 24, 26, 28, 29, 30, 31, 32, 34, 35, 36, 38, 39, 40, 41 Eglise A 27 ; 1957 D 169p, 175p, 176, 177, 178, 182p, 183p, 185p, 186-189, 195-198, 200-205 Église parcelle D 202
Période(s)Principale : 1ère moitié 11e siècle, 12e siècle , (?)
Principale : 13e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Auteur(s)Auteur : Beziau Jacques
Beziau Jacques

Actif entre 1683 et 1690


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Formigé Jean Camille
Auteur : Joly-Leterme Charles
Murscalcaire moellon
calcaire pierre de taille
Toittuile creuse, ardoise
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte en berceau brisé
coupole à trompes
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans croupe
toit en pavillon
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Techniquessculpture
peinture

Aire d'étude : patrimoine roman (édifice étudié par Christine Sarrazin).

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
propriété de la commune
Protectionsclassé MH partiellement, 1846
classé MH partiellement, 1945/01/06
classé MH partiellement, 1957/06/04
inscrit MH partiellement, 1957/12/23
Précisions sur la protection

Eglise : classement par liste de 1846 ; l'ensemble des bâtiments situés à l'intérieur de l'enceinte (à l'exception de l'église déjà classée) et les vestiges de l'enceinte avec ses tours, ses ponts et ses douves (cad. D 176, 178, 186, 189, 204, 205) : classement par décret du 6 janvier 1945 ; Immeubles nus et bâtis (y compris les écuries des moines) (cad. DI 169p, 175p, 177, 182p, 183p, 185p, 187 à 189, 195 à 198, 200, 201, 203, 211p, 212p) : classement par arrêté du 4 juin 1957 ; Immeubles nus et bâtis (cad. D 199) : inscription par arrêté du 23 décembre 1957.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1634, 9 octobre : visite pastorale de messires Jean Filleau et Denys Guilloteau, commissaires députés par arrest des Grands Jours de Poitiers.

    p. 12-13 Archives départementales de la Vienne, Poitiers : Microfilms (Archives privées Beauchet-Filleau).
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    8 p. : 20 fig., 2 plans, 2 élév., 3 coupes ; 7 p. : 21 fig., 4 plans, 2 coupes ; 3 p... Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
  • 1897/04/12 : Résultats archéologiques des deux fouilles réalisées par le Père de la Croix le 27 et 28 juin 1879.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. Doc. n° 078645 (014).
  • 1901-1979. Eglise : restauration des couvertures et des charpentes ; écoulement des eaux ; réparations intérieures ; restauration des vitraux, du choeur, de la sacristie ; aménagement de l'autel ; étaiement de la sacristie ; clôture ; mise hors d'eau ; consolidation de la voûte.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0081/086/0023. Doc 0081/0086/0197/02
  • 1930-1985 : correspondance. Acquisition d'un relevé ; travaux divers ; travaux et financement ; demande d'un permis de démolir. 1948-1978 : dossiers de travaux. restauration de la couverture de l'ancien logis abbatial ; curage des douves ; consolidation du logis abbatial ; tourelle d'escalier à droite ; restauration du pont et des douves.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0081/086/0022. Doc n° 0081/086/0197/01
  • 1941-1946. Devis. Correspondances. Aspect des bâtiments avant 1650. Froidevaux, Yves-Marie. Architecte.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0080/039/0051
  • Archives. Protection. 1946.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0080/039/0019
  • 1955/05/01 : Aménagement de l'autel. Couverture des fouilles. Plan de l'autel. Plan des cryptes. Coupe sur le chœur. Coupe d'accès à la crypte.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. N° doc : 048926 (003)
  • 1992/06 : Restauration des couvertures du transept, du chœur et restauration des baies et vitraux de l'édifice. Etude Préalable, rapport.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : ETU/ 0272
  • 1999/10 : Restauration des couvertures du transept et du chœur. Restauration des baies. Dossier documentaire et des ouvrages exécutés.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 1999/003/0031
  • Dossier documentaire de protection.

    Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, Conservation régionale des monuments historiques, Poitiers
Documents figurés
  • Veüe de l'Abbaye de Noaillé prez poictiers. [dessin : Louis Boudan. Aquarelle. Collection Roger de Gaignières. Edition : 1699]

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Département Estampes et photographies. EST VA-86 (2).
  • Tombe de pierre devant l'entrée du chapitre dans le cloître de l'abbaye de Noaillé. [Aquarelle].

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Estampes. Collection Gaignières. Pe 1g Réserve, folio 144
  • Tombe de pierre vis à vis de l'entrée de l'abbaye de Nouaillé dans le cloître à gauche. [Aquarelle].

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Estampes. Collection Gaignières. Pe 1g Réserve, folio 143
  • Tombeau proche la porte du chapitre dans le cloistre de l'Abbaye de Noaillé. [Aquarelle]

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Estampes. Collection Gaignières. Pe 1f Réserve, folio 56
  • Tombeau de pierre presqu'en entrant à main-gauche du costé de l'église dans le cloistre de l'abbaye de Noaillé. [Aquarelle]

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Estampes. Collection Gaignières. Pe 1g Réserve, folio 142
  • Vue perspective d'ensemble. Croquis avant restauration. Signé : Chergé

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. Doc n° 3407.
  • Coupe [date : 1855], plan, élévations.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. Doc n° 5394,5395,5396,5397.
  • Vues perspectives. Vue perspective de la façade principale. Vues perspectives du transept. 1875. Formigé [ACMH]

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. N° doc 07845 (020, 021, 022, 023, 024)
  • 1875/08/24 : Couverture de la nef et cour des petits escaliers. Coupe et élévation (doc. 005). 1875/08 : Restauration du clocher. Elévation longitudinale côté nord. Plan du clocher et d'une travée de la nef (004). 1876/08 : Elévation de la façade (001). 1894 : Plan de la façade et indication des propriétaires.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. Doc. n° 041521 (001 à 007).
  • Plans, coupes, élévations, croquis de détails.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/086/1005. N° doc. 078645 (002-011, 016-019, 025-047)
  • " [Page horizontale 14 v°] : Notes sur un document distribué à Nouillé-Maupertuis : «Lettre d'un représentant du pays le sur l'[…] vol, récemment distribué». [Page verticale 15 r°] : Coupe du bas-côté Nord de la nef de l'église abbatiale Saint-Junien de Nouaillé-Maupertuis. [Page horizontale 15 v°] : Croquis du chapiteau et du tailloir d'une colonnette de l'arcature du second niveau d'élévation de la façade septentrionale de l'église abbatiale Saint-Junien de Nouaillé-Maupertuis. [Page verticale 16 r°] : Croquis de l'élévation d'une travée de la façade septentrionale de l'église abbatiale Saint-Junien de Nouaillé-Maupertuis. Brutails choisit une travée avec une élévation à trois niveaux. Il légende son croquis. Il fait un détail du cordon de billettes, légendé «A»«, situé dans la partie basse du troisième niveau. Il fait un détail (avec une coupe) de la moulure de l'appui de la fenêtre et un détail du cordon à la base de l'arcature du deuxième niveau.". Jean-Auguste Brutails, juin 1903, notes et croquis (crayon à papier), 21 x 13,1 cm. Carnet, pages paginées paginée 14 v°, 15 r°, 15 v° et 16 r°.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 90 J 48/14
Bibliographie
  • Acin, Jean-Louis. L'abbaye Saint-Junien de Nouaillé et les crises des XIVe et XVe siècles : ruines et redressement. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1994.

    p. 8, 12-14, 26-27
  • Airault, M. La translation des reliques de saint Junien à Nouaillé [suivi de] Les reliques de Nouaillé. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1891.

    p. 535-537, 549-552.
  • Barbier de Montault, Xavier. La liturgie à l'abbaye de Nouaillé d'après des documents inédits. Les Archives religieuses du Pays poitevin, t. 1, 1902-1903.

    p. 21-37.
  • Beauchet-Filleau, Henri. Pouillé du diocèse de Poitiers. Niort (22, rue des Halles) : L. Clouzot ; Poitiers (4, rue de l'Éperon) : H. Oudin, 1868.

    p. 39, 40, 104, 174-175 Bibliothèque nationale de France, Paris : 254 BEA
  • Bercé, Françoise. Les premiers travaux de la Commission des Monuments historiques, 1837-1848. Procès-verbaux et relevés. Paris : Picard, 1979.

    p. 85, 303, 337 n. 2 : fig. 150.
  • Bosoky, Edina. Culte des saints et des reliques en Poitou, IXe siècle - première moitié du XIIe siècle. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 204-213, fig. 2
  • Camus, Marie-Thérèse, Carpentier, Elizabeth, Amelot, Jean-François. Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs d'oeuvre. Paris : Éditions A. et J. Picard, 2009.

    p. 19, 34, 187, 202, 218, 242, 256, 258, 263, 277. Fig. 183, 223, 252, 270, 560
  • Chergé, Charles de. Rapport d'ensemble sur les monuments historiques du département de la Vienne. Bulletin monumental, t. 9, 1843.

    p. 405-407.
  • Chivailles, J., Crozet, René. Une vue de l'abbaye de Nouaillé en 1699. Bulletin de la société des antiquaires de l'Ouest, 1er trimestre 1944.

    p. 355-373
  • Courant, Daniel. L'abbaye de Nouaill-Maupertuis. Etude des parties romanes et pré-romanes. Mémoire de maîtrise sous la direction du professeur Carol Heitz. Université de Poiters, 1973.

  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 117-119 : 2 ill., 1 plan.
  • Crozet, René. Etudes et documents sur les monuments religieux de Nouaillé du XVIe au XVIIIe siècle. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3e s., t. 11, 1936-1938.

    p. 722-732.
  • Crozet, René. Nouaillé. Bulletin monumental, t. 98, 1939.

    p. 265-297 : ill.
  • Crozet, René. Nouveaux documents sur les travaux d'art exécutés à l'abbaye de Nouaillé (XVIIe - XVIIIe siècles). Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3e s., t. 12, 1939-1941.

    p. 365-368.
  • Day, Véronique P. Le Maître d'Yvon du Fou : un enlumineur poitevin au service d'Yvon du Fou, Grand Veneur de France. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 5e s., t. 10, 1996.

    p. 294.
  • Denifle, R. P. Henri, O.P. La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans. t. I - t. II (2 vol.). Paris : Picard, 1897-1899.

    p. 169-170, n° 419, [1441, 25 février]
  • Durand, dom, Martène dom. Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, 1e partie. Paris : Fl. Delaulne, H. Foucault..., 1717.

    p. 12.
  • Favreau, Robert. Une charte de sainte Radegonde de Poitiers de janvier 926. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 5e s., t. 3, 1989.

    p. 206, 211, 212.
  • Favreau, Robert, Camus, Marie-Thérèse. Abbayes et prieurés du Poitou (Vienne). Association Gilbert de la Porée. Poitiers, 2013.

    p.25-29
  • Favreau, Robert ; Michaud, Jean ; Labande, Edmond-René [dir.]. Corpus des inscriptions de la France médiévale. T. I-2 : Département de la Vienne (excepté la ville de Poitiers), 1975.

    p. 64-65
  • La Bouralière, A. de. Nouaillé. Congrès archéologique de France, Poitiers, 70e session, 1903.

    p. 79-83 : 1 pl., 1 plan.
  • La Croix, Camille de, S. J. Notes archéologiques sur Nouaillé. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3e s., t. 2, 1910-1912.

    p. 20-23.
  • Landry-Delcroix Claudine, Amelot Jean-François (photographe). La peinture murale gothique en Poitou, XIIIe-XVe siècle. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

    p. 12, 17, 28, 56, 224, 255, 259
  • Largeault, abbé Alfred. Inscriptions métriques composées par Alcuin à la fin du VIIIe siècle pour les monastères de Saint-Hilaire de Poitiers et de Nouaillé. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 2e s., t. 7, 1884.

    p. 220, 222, 223, 224, 225, 271-283.
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Archéologie religieuse de l'Ouest. La Semaine liturgique du diocèse de Poitiers, 1879.

    p. 255-257, 292-293, 389-390, 425-426, 450-451, 497-499, 531-532, 581-583, 610-611.
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Les anciennes fresques des églises du Poitou. Poitiers : Oudin, 1881.

    p. 230-244
  • Mandon, Fabrice. Evolution d'un ensemble monastique : l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis. Mémoire de D.E.A. de civilisation médiévale, CESCM, UFR de Sciences Humaines. Université de Poitiers, 2002.

  • Mandon, Fabrice. L'abbaye de Nouaillé-Maupertuis : données archéologiques récentes. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 298-302, ill
  • Monsabert, Pierre de (O.S.B.). Les chartes de l'abbaye de Nouaillé. Archives historiques du Poitou, tome 49, 1936.

  • Ollivier, abbé ; Trugeat. Communication à la séance du 15 avril 1948. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3e s., t. 14, 1946-1948.

    p. 498-499.
  • Petit, Robert. Nouaillé-Maupertuis au fil du temps. Nouaillé-Maupertuis, 1997.

  • Semur, F. Abbayes, prieurés et commanderies de l'ancienne France vers IVe siècle - vers XVIIIe siècle en Poitou-Charentes-Vendée. Baunalec, 1984.

    p. 111-112
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine